Noémie Oxley – Vidéos amateurs en zone de conflit : deux études de cas

La sixième séance du séminaire l’Enquête et ses graphies; figurations iconographiques d’après société (https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1746/) se tiendra le
jeudi 13 avril 2017
de 15h à 17h30
salle 255 du site CNRS-Pouchet
59-61 rue Pouchet, 75017 Paris
Noémie Oxley (EHESS-CRAL/Université Américaine de Paris)
interviendra sur les
Vidéos amateurs en zone de conflit – deux études de cas.

Cette présentation portera sur les vidéos amateurs tournées par les soldats Américains durant la seconde guerre d’Irak, entre 2005 et 2009. Ces vidéos offrent une vision spontanée et directe de l’expérience du soldat sur le front, loin des doctrines de la guerre technologique et de contre-insurrection, et des représentations et discours officiels de la guerre dans les médias traditionnels. Ces versions construisent une représentation technologique, divertissante, spectaculaire et humanitaire de la guerre excluant la mort et le corps meurtri du champ de bataille.

Je m’appuierai sur deux productions amateurs en particulier, l’une portant sur l’expérience des soldats confrontés à l’insurrection lors d’explosions de mines anti-personnelles (IED) et d’embuscades, et l’autre sur la destruction d’une mosquée par une frappe aérienne de la coalition, filmée de loin par un groupe de soldats. Je déploierai dans un premier temps le cadre méthodologique adapté à l’analyse de ces vidéos, notamment fondé sur l’iconologie et le « paradigme indiciaire » proposé par Carlo Ginzburg, qui me permet d’explorer l’expérience de guerre du soldat en partant de leurs images. Les vidéos présentées exposent le contraste entre une représentation structurée par des références constantes à d’autres images de conflits, et le compte rendu brut de leur anxiété, excitation, agressivité ou peur sur le front. Ce contraste reflète les contradictions inhérentes au rôle du soldat sur le champ de bataille à la fois technologique et virtualisé, et défini par la capacité de l’insurrection à contourner et mettre en échec les stratégies déployées par l’Armée Américaine contre elle. Les productions amateurs expriment, plus que tout, la vulnérabilité et l’impuissance des fantassins confrontés aux tactiques de l’insurrection, et ce malgré la suprématie militaire américaine.


Ce contenu a été publié dans Actualités / News, Les séances 2016/17 par ArghyroPaouri, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos ArghyroPaouri

Arghyro Paouri a fait des études à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris et d'infographie au département Arts et Technologies de l’Image à l’Université de Paris 8. Elle a suivi le cours Postgrade en informatique technique, Visualisation scientifique et simulation graphique à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et a obtenu un D.E.A. en Esthétique et sciences de l'art de l'Université de Paris I, Panthéon - Sorbonne. Assistante de recherche et d’enseignement à l’Université de Genève de 1989 à 1992, elle a par la suite travaillé de 1992 à 2006 à la Direction de communication de l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique). Elle a réalisé des films de visualisation et de présentation des méthodes et techniques utilisées (résultats de la recherche dans le domaine de simulation numérique et du calcul scientifique), pour un public spécialisé. Elle a été responsable du service audiovisuel de l’UPS 2259 de 2006 à 2012 participant ainsi à la réalisation/montage d’une soixantaine de documents audio/vidéo en collaboration avec des chercheurs en ethnologie & linguistique. Depuis mai 2012 elle est responsable de la Cellule audio/vidéo du Centre Edgar-Morin, équipe de l’IIAC (UMR 8177), ouverte à toutes les demandes des chercheurs, enseignants ou ingénieurs des équipes CNRS ou associées (recouvrant le domaine des SHS) de la région Ile-de-France, et au-delà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *