séance 8 – Mathieu Triclot

Mathieu Triclot, maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES) développera son intervention sur « [Pour] une phénoménographie du jeu vidéo ».

Cette communication présentera les résultats d’une recherche en cours sur l’analyse des pratiques des joueurs de jeu vidéo en France (ANR Ludespace, 2011-2014). Le matériau de l’enquête est  constitué de situations de jeu filmées selon une méthodologie issue de la linguistique interactionnelle, qui s’attache à modifier le moins possible les conditions de la pratique ordinaire. Chaque session est ainsi saisie au moyen de plusieurs caméras, positionnées par les protagonistes eux-mêmes dans leur environnement familier : sur le ou les joueurs, sur l’écran, sur l’activité des mains. Les situations filmées reflètent la diversité des modes de pratique : seul ou à plusieurs, au salon ou dans le bureau, dans l’espace domestique ou à l’extérieur, sur dispositifs mobiles, etc.

Cette recherche interroge le rapport à l’image dans l’enquête sous deux formes. Le matériau filmique premier est lui-même élaboré : synchronisation des vues en une seule image, timelines et recodage des interactions verbales. L’intérêt de ce premier matériau est de confronter le chercheur à des modes d’engagement faibles, qui contrastent avec la description ordinaire des jeux vidéo en termes d’immersion, d’engagement, voire de fascination. Loin d’illustrer un savoir préalable, ce matériau filmique interroge le décalage entre ce qui est saisi sur la durée d’une session et ce qui peut en être verbalisé, notamment en entretiens. C’est toute la question de la manière dont les acteurs constituent le sens de leur activité qui est posée par cet écart entre le linguistique et le filmique.

La question de l’image intervient ensuite, à un second niveau, non plus sous la forme du matériau filmique premier, mais sous celle de son recodage. Pour extraire de la signification de ce matériau en apparence extrêmement pauvre en moments signifiants, et respecter cette insignifiance même, nous faisons usage des instruments « phénoménographiques » élaborés par Albert Piette (L’acte d’exister, une phénoménographie de la présence). L’analyse des « modes de présence », la notion d’ « homme minimal », l’insistance sur les « engagements faibles » en deçà des constructions de sens correspondent en effet particulièrement bien au matériau étudié. Les situations filmées sont ainsi recodées en utilisant le graphe de Piette, lui-même considérablement modifié pour l’adapter à ce nouvel usage : saisie temporelle plutôt que simultanée, redéfinition des catégories, choix d’un cadre plus serré pour l’activité. Ce travail phénoménographique fait apparaître les transitions entre différents modes d’engagement et de présence au sein des situations étudiées.

Ce recodage graphique d’un matériau filmique poursuit le projet, amorcé dans Philosophie des jeux vidéo, de passer d’une analyse du jeu en tant que game, dispositif d’objet ou système de règles, à une analyse du play, des joueurs engagés dans leur activité et des affects qui s’y produisent. L’attention portée aux transferts de mouvement entre les différents « corps du jeu vidéo », sur le modèle des analyses de Raymond Bellour en théorie du cinéma (Le corps du cinéma), vise à faire apparaître des formes d’émotions, de nature rythmique, qui ne se laissent appréhender par les catégories de haut rang de la psychologie : en deçà des rapports à la fiction, aux personnages, aux représentations, que ces dernières peuvent saisir. Au plus près de l’enquête et de ses matériaux, de son recodage, il y a ici place pour un travail de nature philosophique, qui interroge les données de base de la sensation. Les jeux vidéo fournissent un objet de choix pour une telle esthétique minimale dans la mesure où ils offrent prise, par leur nature numérique, à des possibilités d’objectivation qui ne se présentent aussi aisément pas pour les autres formes culturelles.

Atelier d’ethnographie visuelle

AFFICHE_atelier2015-2-1

L’atelier portera sur les étapes et les modalités d’intervention de
l’iconographie dans certaines phases classiques du processus de
production des connaissances en sciences sociales, telles que la
préparation de l’enquête, l’identification de la fonction heuristique des
images, la collecte des éléments iconographique pendant le terrain et
enfin l’analyse et la restitution dans une forme visuelle des données.
Il s’agira de produire dans un temps réduit des films courts (5 à 13
mn). Vous participerez ainsi à une performance collective, de l’écriture
jusqu’à la restitution publique en passant par les dispositifs d’enquête et
la fabrication de vidéos. Cet atelier s’organisera autour de trois étapes :
1)-construction de l’objet de recherche ;
2)-collecte des images sur le terrain ;
3)-le montage comme opération de transcription et d’argumentation
conceptuelle (avec l’assistance de la cellule audiovisuelle du IIAC).
Le terrain :

Nous avons choisi cette année de travailler sur un supermarché
asiatique, Paris Store, situé dans le 13ème arrondissement de Paris.
L’équipe investira ce lieu de consommation afin d’y découvrir par
l’image les manifestations des rapports sociaux liés à l’appropriation
marchande d’objets et à leurs usages par les clients de ce magasin,
fréquenté principalement par des membres de la diaspora asiatique de
Paris. Il s’agira d’exercer une ethnographie visuelle des pratiques de
consommateurs. Celles-ci manifestent les dimensions symboliques,
identitaires et statutaires des clients exprimées dans un contexte de
globalisation et d’interaction élargie des appartenances référentielles.
Nous envisageons d’observer dans ces pratiques et discours de
consommation les permanences et les modifications, aux échelles
individuelles et collectives, des normes et catégories culturelles. La
dimension diasporique de ce supermarché permet de décrypter la
confrontation des modèles de relations sociales qu’expriment les
logiques de consommation de biens.

Une des séances préparatoires sera consacrée aux modes de
consommation de la diaspora chinoise. Intervenant : Emmanuel Ma
Mung, Directeur de recherche au Cnrs, spécialiste des migrations
chinoises,

Le terrain se déroulera du 22 au 26 juin. L’atelier est ouvert aux
étudiants de master et aux doctorants disposant d’une caméra vidéo et
ayant une très bonne connaissance de l’environnement numérique.
Les inscriptions seront closes le mercredi 8 avril 2015. Pour
s’inscrire, envoyer par email un court texte indiquant l’intérêt pour cet
atelier accompagné d’un court cv à arghyro.paouri@cnrs.fr et manon.denoun@ehess.fr

 

Programme 2014 – 2015

Les séances du séminaire au premier semestre de 2015 se tiendront les différents jeudi du mois, de 15h à 17h30, au bâtiment « Le France » (190 Avenue de France 75013). Les séances se tiendront principalement dans la salle 1 du France, à l’exception de certaines dates (détails ci-dessous).

 

Date Intervenant, Titre Lieu et salle
1. 08/01/2015 Albert Piette, Professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense
Membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Paris Nanterre – CNRS) 
Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine
Salle du Conseil B
2. 22/01/2015 Ioulia Podoroga (Université de Genève) Le temps et l’expérience. Sur la méthodologie de l’image chez Henri Bergson Salle 1
3. 05/02/2015 Olivier Godechot, Chargé de recherche CNRS – Co-Directeur du MaxPoIllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier. 

Salle 1

4. 05/03/2015 Sylvaine Conord, Maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense Membre du Laboratoire d’Anthropologie urbaine du CNRS (Ivry UPR34) La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations.  Salle 1
5. 19/03/2015 Catherine Allamel-Raffin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg (Unistra / IRIST) Le statut épistémique des images au sein des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales  Salle 2
6. 02/04/2015 Katharina Fink, Bayreuth Academy of Advanced African StudiesRevolution beyond area: digital entanglements of images Salle 1
7. 16/04/2015

Cassis Kilian (Department of Anthropology and African Studies / Johannes Gutenberg University Mainz)

Les rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites

Salle du Conseil A
8. 28/05/2014 Mathieu Triclot, Maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES)Pour une phénoménographie du jeu vidéo Salle 1
9. 11/06/2014 Daniel Fabre, directeur d’études à l’EHESS (LAHIC-IIAC/CNRS)Le dessin ethnographique : une enquête revisitée  Salle 3

 

 

 

 

 

Séminaire Mosaïque – Memoire des lieux, la ville en image

Séminaire Mosaïques
VENDREDI 28 MARS 2014, 10h-13h
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bâtiment T salle 206 (2ème étage)
Mémoire des lieux. La ville en images
(Responsable Sylvaine Conord)

La séance se déroulera autour des interventions de :

– Cécile Cuny (Maîtresse de conférences, Chercheure au Lab’Urba, Université Paris Est)
« Photographier et prendre des notes: parle-t-on vraiment de la même chose? »
– Claire Lévy-Vroelant (Professeure de sociologie, Université de Paris 8 Saint-Denis, Chercheure au Centre de recherche sur l’habitat, UMR LAVUE 7218)
« La langue comme métaphore. Récits d’hôtels et de migrations »
-Sophie Didier (Maîtresse de conférences, Université Paris 13-Nord, en délégation CNRS à l’UMR LAVUE, Mosaïques)
« Home away from home: une expérience de photographie participative dans un quartier de migrants à Johannesburg. »
-Henri Desbois (Maître de conférences en géographie, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense)
« Monuments intimes : les thomassons, témoins modestes des mutations contemporaines de l’urbanité. »

L’enquêteur et ses « capteurs »

Un passage, particulièrement apprécié, en consultant les actes d’un Congrès international en 1973 Pour une anthropologie visuelle

 » Pour moi, donc, la seule manière de filmer est de marcher avec la caméra, de la conduire là où elle est le plus efficace, et d’improviser pour elle un autre type de ballet où la caméra devient aussi vivante que les hommes qu’elle filme. C’est là la première synthèse entre les théories vertoviennes du « ciné-oeil » et l’expérience de la « caméra participante » de Flaherty. Cette improvisation dynamique – que je compare souvent à l’improvisation du torero devant le toro – ici, comme là, rien n’est donné d’avance, et la suavité d’une faëna, n’est pas autre chose que l’harmonie d’un travelling marché en parfaite adéquation avec les mouvements des hommes filmés.

Ici encore, c’est une question d’entraînement, de maîtrise du corps qu’une gymnastique adéquate permet d’acquérir. Alors, au lieu d’utiliser le zoom, le caméraman réalisateur pénètre réellement dans son sujet, précède ou suit le danseur, le prêtre ou l’artisan, il n’est plus lui-même mais un « oeil mécanique » accompagné d’une « oreille électronique ». C’est cet état bizarre de transformation de la personne du cinéaste que j’ai appelé, par analogie avec les phénomènes de possession, la « ciné-transe ». »1

Adhérant entièrement à l’idée de cette gymnastique (qui ramène au système tri-partite enquêteur-graphies-geste (ou « la main »)), je trouverais bon d’expérimenter les captations des séances par Iphone…

  1. Jean Rouch « La camera et les hommes », Pour une anthropologie visuelle: recueil d’articles, Paris La Haye Paris : Mouton École des hautes études en sciences sociales, 1979, p. 63