Clio Simon – Face au réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

Chères et Chers Collègues,

La seconde séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le jeudi 8 décembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France, métro Quai de la gare), salle 015, de 15h à 17h30.

Clio Simon est réalisatrice, diplômée du Studio national des arts contemporains du Fresnoy. Elle poursuit actuellement des collaborations avec le Fresnoy et l’Ircam – Centre Georges Pompidou. Son projet filmique en cours fait l’objet d’un séminaire pluridisciplinaire (2016/2017) qu’elle coordonne à l’EHESS, à Paris, en collaboration avec des anthropologues, des sociologues et des artistes. Clio Simon est auteure, entre autres, de courts métrages Diable écoute (2015), Camanchaca, là où les corps crient (2014), Le bruissement de la parole (2013) et de performances: Droit contre le mur (2016), A l’origine de la parole. 1° Le Cri (2015), de Valores/ De Valparaiso à Paris (2011). Clio Simon présentera une intervention intitulée :

Face au Réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

A partir des vues de Mallarmé, de Jean Vigo, de Duchamp et de Jean-François Lyotard nous questionneront ce qu’est une oeuvre d’art en prenant au sérieux les mots de Deleuze : « L’oeuvre d’art n’est pas un instrument de communication, l’oeuvre d’art n’a rien à faire avec la communication, l’oeuvre d’art ne contient strictement pas la moindre information ! En revanche, il y a une affinité fondamentale entre l’oeuvre d’art et l’acte de résistance. »

Artiste, cinéaste « du réel », je n’ai pas pour intention de documenter objectivement le monde, ni de révéler par l’image et le son une « vérité » sur ce monde. L’image n’est jamais dénuée de sens. J’évoquerai mon rapport au Réel, étroitement lié à mon rapport à l’art et au document (de la peinture hollandaise du XVII siècle à l’art minimaliste).

À travers les processus d’écritures mis en place autour de mes réalisations passées, (principalement ancrées dans le « réel » politique et social du Chili des années 2000) et à travers le projet filmique actuellement en cours d’écriture (où je me pose la question de « comment restituer la parole ? », accompagnée par deux anthropologues), j’exposerai l’état de mes réflexions qui croisent choix d’écritures, de formes et questionnement éthiques. Les questions de sens agissant sur les manières de faire, de bricoler avec l’image et le son, sachant que le choix d’un cadre, d’un mouvement de caméra, d’une durée, d’un dispositif … engage un rapport à l’autre et au monde qui nous est propre.

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe du séminaire:
Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

Suivre le séminaire

Alessandro Pignocchi – Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

Cher(e)s collègues,

La première séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le vendredi 25 novembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle 1, de 15h à 17h30.

ALESSANDRO PIGNOCCHI est chercheur en sciences cognitives et philosophie de l’art à l’Institut Jean Nicod (CNRS/ENS/EHESS. Il a publié chez Odile Jacob L’Œuvre d’art et ses intentions en 2012 et Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs en 2015. Il nous parlera de

Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

A la fin des années soixante-dix, Philippe Descola et sa femme, Anne-Christine Taylor, passèrent trois ans en compagnie de la tribu jivaro des Achuar, en Amazonie équatorienne. La fascination pour les Lances du crépuscule, le livre que Descola a tiré de son journal de terrain, m’a poussé à partir sur ses traces, quarante ans plus tard. Ma bande dessinée, Anent. Nouvelles des Indiens Jivaros, raconte la confrontation des images que j’avais construites à la lecture des textes de Philippe Descola avec ce que j’ai découvert sur place – et, bien sûr, la réalité ne s’est pas conformée au fantasme. Pour retranscrire une expérience de ce type, la bande dessinée est un medium particulièrement efficace. Mieux que la vidéo et plus aisément que le texte, elle permet de se mettre en scène et de se moquer de soi, d’obtenir une superposition entre le regard que l’on avait lorsqu’on vivait les événements au présent et celui que l’on porte sur soi avec le recul, quand vient le moment de l’écriture.

Au plaisir de vous y retrouver,
L’équipe du séminaire: Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

07-l-enquete-et-ses-graphies_25nov16 Suivre le séminaire :

Compte-rendu du séminaire 2015-2016

Organisation

– Laurent Berger, maître de conférences à l’EHESS ( LAS )
– Manuel Boutet, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis ( Hors EHESS )
– Manon Denoun, doctorante à l’EHESS ( IIAC-LAIOS )
– Katrin Langewiesche, chercheuse à l’Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg Universität (Allemagne) ( Hors EHESS )
– Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )
– Arghyro Paouri, responsable de la cellule audio/vidéo (IIAC-CEM)

Le séminaire a interrogé cette année encore les usages de l’image dans l’enquête de terrain. Les séances ont porté sur l’évolution de l’anthropologie visuelle et sur la narration par l’image vidéo, photographique et dessinée, en faisant intervenir praticiens et théoriciens de l’image. Cette réflexion théorique a été prolongée et complétée par un atelier pratique.

Séminaire

Le processus d’enquête a bien sûr été au cœur de nombreuses interventions. L’image permet en particulier des relations différentes aux enquêtés, pour qui les images sont plus accessibles que les textes (Christian Papinot, Éliane de Latour, Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand). L’image permet en effet d’exprimer différemment : objectivité et subjectivité s’y mêlent (Manuel Ramos), et le chercheur doit arbitrer entre ses capacités de langage visuel (Maria Giulia Dondero) et de représentation de la contingence propre à l’existence humaine (Albert Piette). Ces arbitrages prennent d’ailleurs un tour politique au moment de la restitution (Emmanuelle Cheyns). Faut-il alors chercher d’abord à être compris, et quelle place faire à la fidélité au terrain (Lisa Lugrin et Xavier Clément) ?

Nous avons ainsi croisés, prolongés et approfondis des réflexions entamées au cours des années précédentes, sur les questions de la preuve par l’image (Olivier Godechot, Catherine Allamel-Raffin) et du temps et du rythme (Cassis Kilian, Loulia Podoroga, Mathieu Triclot).

Atelier

Cette année, l’équipe de l’atelier a choisi de travailler sur la Goutte-d’Or, située dans le 18ème arrondissement de Paris. L’équipe et les étudiant(e)s ont investi les différents espaces de ce quartier populaire afin d’y découvrir par l’image les rencontres et interactions des multiples populations et classes sociales en présence et la façon dont s’inventent quotidiennement les relations dans les espaces privés / publics et leurs interstices.

L’atelier d’ethnographie visuelle s’est composé de trois temps forts majeurs :

1. Les séances théoriques préparatoires ayant comme objectif de familiariser les étudiant(e)s avec leur terrain et fournir les outils conceptuels pour l’en approcher et construire leur objet de recherche.

2. L’atelier ayant comme objectif de fournir les outils nécessaires afin de transcrire l’argumentation conceptuelle à l’aide de graphies visuelles et sonores et pratiquer le langage filmique, s’est déroulé en immersion, dans l’espace d’une semaine (9-13 mai 2016).

3. La restitution ayant comme objectif de présenter les films réalisés, la diversité des approches et discuter les modalités d’usage de l’image comme outil de recherche, d’exploration et de traduction en sciences sociales avec des personnalités du monde académique, l’équipe de l’atelier et le public du séminaire.

Les films des seize participants ont été projetés lors de la dernière séance du séminaire, en présence d’Elijah Anderson (Professeur de Sociologie, Yale University), de Corinne Fortier (LAS/CNRS) et Jacques Lombard (cinéaste et anthropologue), afin de croiser les regards et réfléchir ensemble sur les limites techniques, méthodes d’investigation et possibilités de l’anthropologie visuelle contemporaine.

Manuel Boutet

Maître de Conférences à l’Université Côte d’Azur, Membre du Laboratoire GREDEG

Sur Internet, la méthode ethnographique m’a amené à analyser des interfaces, examiner des traces d’usage, construire des cartographies. L’ethnographie des espaces sociaux en ligne est pour moi indissociable d’une pratique active de design, et cela tout simplement parce que déjà pour leurs participants eux-mêmes, concevoir des interfaces est une forme de réflexivité sur leur propre pratique.

Page personnelle : http://manuel.boutet.free.fr

Manon Denoun

Manon Denoun travaille sur l’articulation entre mediums, techniques et informations. Ses recherches doctorales portent sur les expressions contemporaines de la pratique du kushiripa (tradition à la croisée du geste pictural et du faire domestique d’Afrique subsaharienne) dans les villages de Makwacha (République démocratique du Congo), Sombois (RdC) et Mudenda (Zambie).

Après deux master en “Arts et Langages” (EHESS, Paris) et en “Littératures, Arts et Pensée contemporaine” (Paris VII, Paris / Sarah Lawrence College, NY, USA), elle décide de poursuivre un doctorat sur ces faires aujourd’hui pratiqués au Katanga. Ces recherches l’amènent à travailler sous la direction de Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS et elle rejoint le LAIOS en septembre 2012.

Page personnelle LAIOS : http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article404