André Gunthert – La narration visuelle, un récit invisible

La dernière séance du séminaire L’Enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société se tiendra le jeudi 8 juin 2017 au 54 Boulevard Raspail, salle AS1_24, de 15h à 17h30.

André Gunthert, maître de conférences en histoire visuelle à l’Ehess, nous parlera de :La narration visuelle, un récit invisible

Malgré les promesses d’un “visual turn”, l’analyse des formes visuelles reste un parent pauvre des sciences sociales. Pour tenter de répondre aux interrogations méthodologiques et à la dispersion des approches, il s’agira d’abord de dresser le tableau des principes théoriques qui découlent des pratiques visuelles les plus communes. Le premier constat est celui d’une sémiologie de la transparence, basée sur l’utilisation de codes sociaux, comme l’expressivité, pour lire les images, de préférence à des codes iconographiques – réponse de la production professionnelle à l’absence de formation visuelle. On peut également décrire les usages narratifs de l’image comme gouvernés par un principe synesthésique, soit le recours simultané à plusieurs canaux de communication, à la manière de l’interaction orale. La capacité des formes visuelles à favoriser des circulations entre les réseaux signifiants semble être la clé de ses usages sociaux.

Fondateur de la revue Etudes photographiques, André Gunthert est auteur de nombreuses études en histoire de la photographie, du daguerréotype à l’image visuelle. Il a publié récemment L’image partagée. La photographie numérique(Textuel, 2015).

En espérant vous y retrouver nombreux.

L’équipe du séminaire : Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

Atelier d’ethnographie visuelle (2-5 mai 2017)

Sur le thème : élections en France, politique en France les participants ont observé analysé et figuré les différentes formes électives (de définition, de représentation, de contestation du politique) qui se révèlent dans la population française, parisienne notamment, au cours de l’effervescence autour du scrutin présidentiel en 2017. Celles-ci pouvant être considérées comme révélatrices des contours et des hiérarchies de la société française contemporaine.

Visionner les films réalisés pendant l’atelier : http://www.iiac.cnrs.fr/article2944.html

Noémie Oxley – Vidéos amateurs en zone de conflit : deux études de cas

La sixième séance du séminaire l’Enquête et ses graphies; figurations iconographiques d’après société (https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1746/) se tiendra le
jeudi 13 avril 2017
de 15h à 17h30
salle 255 du site CNRS-Pouchet
59-61 rue Pouchet, 75017 Paris
Noémie Oxley (EHESS-CRAL/Université Américaine de Paris)
interviendra sur les
Vidéos amateurs en zone de conflit – deux études de cas.

Cette présentation portera sur les vidéos amateurs tournées par les soldats Américains durant la seconde guerre d’Irak, entre 2005 et 2009. Ces vidéos offrent une vision spontanée et directe de l’expérience du soldat sur le front, loin des doctrines de la guerre technologique et de contre-insurrection, et des représentations et discours officiels de la guerre dans les médias traditionnels. Ces versions construisent une représentation technologique, divertissante, spectaculaire et humanitaire de la guerre excluant la mort et le corps meurtri du champ de bataille.

Je m’appuierai sur deux productions amateurs en particulier, l’une portant sur l’expérience des soldats confrontés à l’insurrection lors d’explosions de mines anti-personnelles (IED) et d’embuscades, et l’autre sur la destruction d’une mosquée par une frappe aérienne de la coalition, filmée de loin par un groupe de soldats. Je déploierai dans un premier temps le cadre méthodologique adapté à l’analyse de ces vidéos, notamment fondé sur l’iconologie et le « paradigme indiciaire » proposé par Carlo Ginzburg, qui me permet d’explorer l’expérience de guerre du soldat en partant de leurs images. Les vidéos présentées exposent le contraste entre une représentation structurée par des références constantes à d’autres images de conflits, et le compte rendu brut de leur anxiété, excitation, agressivité ou peur sur le front. Ce contraste reflète les contradictions inhérentes au rôle du soldat sur le champ de bataille à la fois technologique et virtualisé, et défini par la capacité de l’insurrection à contourner et mettre en échec les stratégies déployées par l’Armée Américaine contre elle. Les productions amateurs expriment, plus que tout, la vulnérabilité et l’impuissance des fantassins confrontés aux tactiques de l’insurrection, et ce malgré la suprématie militaire américaine.

Manuel João Ramos – L’anthropologie graphique d’un acte politique

Nous aurons le plaisir d’accueillir Manuel João Ramos, anthropologue, Instituto Superior de Ciências do Travalho e da Empresa (ISCTE-IUL), Lisbonne, Portugal
le lundi 27 mars 2017 de 10h à 13h
Salle 159 – site CNRS-Pouchet,
59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Les événements collectifs ritualisés ont une dimension sensible non-négligeable, laquelle, pour les chercheurs en mission de terrain en sciences sociales, ne peut être saisie à travers l’usage exclusif des méthodes de terrain basés sur le recueil d’informations verbales et sa transcription écrite.
Cahier de terrain à la main, pour y inscrire en dessins et en mots le vu, l’entendu, l´inouï, l’insolite, les espaces, les temps, les gens, les sensations, les sentiments, les raisons de l’acte électoral du printemps 2017, est le premier défi lancé aux participants du séminaire L´enquête et ses graphies ; le deuxième étant de construire en collaboration un objet caléidoscopique issu de l’intégration des graphismes produits individuellement.
En effet, la triangulation entre les sens, la main et la pensée a le potentiel d’être un puissant outil cognitif, à condition que le travail de la main puisse se désenrouler au-delà des contraintes du format académique fondé sur le primat de l’écriture « descriptive ». L’exploration des potentialités du graphisme au terrain – incluant l’ébauche, le griffon, l’esquisse, le croquis, la cartographie, le schéma, l’annotation, le commentaire, etc. –, loin d’être un simple exercice de dilettantisme marginal à la connaissance anthropologique, doit être plutôt conçu comme un de ses plus importants fondements.
Ainsi, le probable déclenchement émotionnel à la fois individuel et collectif de tensions, aspirations et peurs pendant la période électorale qui s’avoisine en France et en particulier l’intervalle entre les deux tours du scrutin, celui du 23 avril et celui du 7 mai 2017, offre une riche opportunité pour tester les possibilités d’usage d’une sorte d’outils de recherche de terrain qui on pourrait qualifier comme graphiques.
Il faudra forcement commencer par délimiter le sens épistémologique et la valeur heuristique de ce qu’on veut exprimer par outils graphiques dans le présent contexte. L’idée que la recherche de terrain disons classique peut être complétée, voire substituée, par des méthodes visuelles laisse de côté une importante aire de possibilités de travail dans la procédure complexe et résolument subjective d’observation et interprétation de l’expérience toujours unique qui est le être là. Comment le rappelait déjà Maurice Bloch, dans son œuvre de 1998 Why We Think They Think, celle-ci est une opération cognitive largement non-verbale. Mais il faut l’admettre : il est également naïf de glorifier la transcription écrite des informations verbales comme de compter que les méthodes visuelles, c’est à dire celles fondées dans l’enregistrement d’images par le biais des appareils mécaniques ou/et digitaux, sont a priori dotés d’une force objective et une efficacité heuristique indubitable.

Le travail d’observation, d’intégration et de compréhension des dynamiques qu’offrent les interactions humaines en société à des caractéristiques, disons-le sans crainte, artisanales – au sens où on a affaire à un processus cognitif à la fois sensoriel et intellectuel, comme le souligne un autre anthropologue, Tim Ingold. Acquérir une expérience de terrain n’est pas seulement transcrire et enregistrer, le recours à l’imagination – à imager et imaginer mentalement – est une partie essentielle de la tache de construire une mémoire durable et englobante de telle expérience.

Pour l’après-midi, nous constituerons une équipe de trois ou quatre étudiants qui dédieront leurs interventions dans cet atelier à l’usage exclusif du dessin pour traiter du thème de l’atelier d’ethnographie visuelle de cette année, 2017, élection en France, politiques en France.

Marielle Macé – Le style documentaire, ou la vie qualifiée

Vendredi 10 mars 2017,
Salle Maurice et Denis Lombard, EHESS,
96 Bd Raspail de 10h à 13h.

C’est dans le prolongement de son livre récent, Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016) que Marielle Macé propose cette réflexion sur le documentaire. Il s’agira d’y défendre une idée : le documentaire est le genre, ou l’espace esthétique, qui prend pour objet frontal les formes de vie et leur mise en débat. Il ne prend évidemment pas pour objet, comme les œuvres de fiction, des vies idéales, imaginées ; mais pas non plus des vies réelles, attestées. Il a pour terrain, pour tourment même, les formes qui traversent ces existences réelles (manières d’être, façons de faire, rythmes, gestes, habitudes, éthos…), faisant émerger dans ces formes, dans leur pluralité rétive et indocile, autant d’idées de la vie, autant de chance de vie ou d’écrasement de ces chances : le documentaire (c’est ce que l’on va essayer de montrer) saisit les vies en tant qu’elles sont jouées dans des formes qui les excèdent, dans lesquelles elles risquent leurs valeurs — et dans lesquelles, à tous les sens du terme, elles « se débattent ».
 
Marielle Macé est directrice de recherche au CNRS, directrice adjointe du CRAL, et enseigne la littérature à l’EHESS et à New York University.
Parmi ses publications : Le Temps de l’essai (Belin, 2006) ; Façons de lire, manières d’être (Gallimard, 2011) ; Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016), et Sidérer, considérer. Migrants en France (Verdier, sous presse).
Suivre le séminaire :

 

Boris Pétric – L’écriture filmique et le renouvellement épistémologique dans les sciences sociales

      Jeudi 2 mars 2017, de 15h à 17h30, au Bâtiment Le France (190 avenue de France, 75013 Paris). Salle de Conseil B (R-1)                             

A partir de sa propre expérience, Boris Pétric s’attachera à montrer à travers l’analyse de plusieurs extraits de ces films que le documentaire est une écriture au même titre qu’un texte. Le cinéma documentaire ne peut être réduit à une opération de valorisation ou de vulgarisation de la recherche. L’écriture n’est pas seulement l’étape initiale de la fabrication d’un film. Le tournage n’est pas davantage la restitution d’une enquête réalisée au préalable et le montage s’impose comme un moment décisif de l’écriture d’un film. L’écriture filmique s’élabore ainsi en plusieurs étapes où le chercheur opère tout un ensemble de choix épistémologiques (stratégie de narration, représentativité, choix éthiques et méthodologiques etc.). Le cinéma documentaire est une écriture au même titre qu’un texte pouvant renouveler les débats épistémologiques de l’approche sociologique en sociologie ou en anthropologie.

Filmographie                                                                                                                Lost in transmission, film documentaire, 76 min., Urban prod/CNRS Images, 2017.    Jours de colère, film documentaire, 82 min., VF films productions/CNRS Images. Réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2009.                                                      Le vin de la colère, film documentaire, 52 min., VF films productions/CNRS Images, France 5, réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2008.
Democracy@large, film documentaire, 52 min., Kg production/CNRS Images, Arte/RTBF, 2006. Réalisation : E.  Hamon, auteur : B. Pétric, 2006

Bibliographie récente
Where are all our sheep : Kyrgyzstan a global political Arena, New York, Berghahn Press, 2015.
On a mangé nos moutons. Kirghizstan du Berger au Biznessman, Paris, Belin, 2013.

Boris Pétric, directeur du Centre Norbert Elias à l’EHESS-Marseille, a également créé en 2015 la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales : http://centre-norbert-elias.ehess.fr/index.php?2088

Suivre le séminaire :

 


 

Alessandro Pignocchi – Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

Cher(e)s collègues,

La première séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le vendredi 25 novembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle 1, de 15h à 17h30.

ALESSANDRO PIGNOCCHI est chercheur en sciences cognitives et philosophie de l’art à l’Institut Jean Nicod (CNRS/ENS/EHESS. Il a publié chez Odile Jacob L’Œuvre d’art et ses intentions en 2012 et Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs en 2015. Il nous parlera de

Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

A la fin des années soixante-dix, Philippe Descola et sa femme, Anne-Christine Taylor, passèrent trois ans en compagnie de la tribu jivaro des Achuar, en Amazonie équatorienne. La fascination pour les Lances du crépuscule, le livre que Descola a tiré de son journal de terrain, m’a poussé à partir sur ses traces, quarante ans plus tard. Ma bande dessinée, Anent. Nouvelles des Indiens Jivaros, raconte la confrontation des images que j’avais construites à la lecture des textes de Philippe Descola avec ce que j’ai découvert sur place – et, bien sûr, la réalité ne s’est pas conformée au fantasme. Pour retranscrire une expérience de ce type, la bande dessinée est un medium particulièrement efficace. Mieux que la vidéo et plus aisément que le texte, elle permet de se mettre en scène et de se moquer de soi, d’obtenir une superposition entre le regard que l’on avait lorsqu’on vivait les événements au présent et celui que l’on porte sur soi avec le recul, quand vient le moment de l’écriture.

Au plaisir de vous y retrouver,
L’équipe du séminaire: Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

07-l-enquete-et-ses-graphies_25nov16 Suivre le séminaire :