Compte-rendu du séminaire 2015-2016

Organisation

– Laurent Berger, maître de conférences à l’EHESS ( LAS )
– Manuel Boutet, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis ( Hors EHESS )
– Manon Denoun, doctorante à l’EHESS ( IIAC-LAIOS )
– Katrin Langewiesche, chercheuse à l’Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg Universität (Allemagne) ( Hors EHESS )
– Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )
– Arghyro Paouri, responsable de la cellule audio/vidéo (IIAC-CEM)

Le séminaire a interrogé cette année encore les usages de l’image dans l’enquête de terrain. Les séances ont porté sur l’évolution de l’anthropologie visuelle et sur la narration par l’image vidéo, photographique et dessinée, en faisant intervenir praticiens et théoriciens de l’image. Cette réflexion théorique a été prolongée et complétée par un atelier pratique.

Séminaire

Le processus d’enquête a bien sûr été au cœur de nombreuses interventions. L’image permet en particulier des relations différentes aux enquêtés, pour qui les images sont plus accessibles que les textes (Christian Papinot, Éliane de Latour, Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand). L’image permet en effet d’exprimer différemment : objectivité et subjectivité s’y mêlent (Manuel Ramos), et le chercheur doit arbitrer entre ses capacités de langage visuel (Maria Giulia Dondero) et de représentation de la contingence propre à l’existence humaine (Albert Piette). Ces arbitrages prennent d’ailleurs un tour politique au moment de la restitution (Emmanuelle Cheyns). Faut-il alors chercher d’abord à être compris, et quelle place faire à la fidélité au terrain (Lisa Lugrin et Xavier Clément) ?

Nous avons ainsi croisés, prolongés et approfondis des réflexions entamées au cours des années précédentes, sur les questions de la preuve par l’image (Olivier Godechot, Catherine Allamel-Raffin) et du temps et du rythme (Cassis Kilian, Loulia Podoroga, Mathieu Triclot).

Atelier

Cette année, l’équipe de l’atelier a choisi de travailler sur la Goutte-d’Or, située dans le 18ème arrondissement de Paris. L’équipe et les étudiant(e)s ont investi les différents espaces de ce quartier populaire afin d’y découvrir par l’image les rencontres et interactions des multiples populations et classes sociales en présence et la façon dont s’inventent quotidiennement les relations dans les espaces privés / publics et leurs interstices.

L’atelier d’ethnographie visuelle s’est composé de trois temps forts majeurs :

1. Les séances théoriques préparatoires ayant comme objectif de familiariser les étudiant(e)s avec leur terrain et fournir les outils conceptuels pour l’en approcher et construire leur objet de recherche.

2. L’atelier ayant comme objectif de fournir les outils nécessaires afin de transcrire l’argumentation conceptuelle à l’aide de graphies visuelles et sonores et pratiquer le langage filmique, s’est déroulé en immersion, dans l’espace d’une semaine (9-13 mai 2016).

3. La restitution ayant comme objectif de présenter les films réalisés, la diversité des approches et discuter les modalités d’usage de l’image comme outil de recherche, d’exploration et de traduction en sciences sociales avec des personnalités du monde académique, l’équipe de l’atelier et le public du séminaire.

Les films des seize participants ont été projetés lors de la dernière séance du séminaire, en présence d’Elijah Anderson (Professeur de Sociologie, Yale University), de Corinne Fortier (LAS/CNRS) et Jacques Lombard (cinéaste et anthropologue), afin de croiser les regards et réfléchir ensemble sur les limites techniques, méthodes d’investigation et possibilités de l’anthropologie visuelle contemporaine.

séance 8 – Mathieu Triclot

Mathieu Triclot, maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES) développera son intervention sur « [Pour] une phénoménographie du jeu vidéo ».

Cette communication présentera les résultats d’une recherche en cours sur l’analyse des pratiques des joueurs de jeu vidéo en France (ANR Ludespace, 2011-2014). Le matériau de l’enquête est  constitué de situations de jeu filmées selon une méthodologie issue de la linguistique interactionnelle, qui s’attache à modifier le moins possible les conditions de la pratique ordinaire. Chaque session est ainsi saisie au moyen de plusieurs caméras, positionnées par les protagonistes eux-mêmes dans leur environnement familier : sur le ou les joueurs, sur l’écran, sur l’activité des mains. Les situations filmées reflètent la diversité des modes de pratique : seul ou à plusieurs, au salon ou dans le bureau, dans l’espace domestique ou à l’extérieur, sur dispositifs mobiles, etc.

Cette recherche interroge le rapport à l’image dans l’enquête sous deux formes. Le matériau filmique premier est lui-même élaboré : synchronisation des vues en une seule image, timelines et recodage des interactions verbales. L’intérêt de ce premier matériau est de confronter le chercheur à des modes d’engagement faibles, qui contrastent avec la description ordinaire des jeux vidéo en termes d’immersion, d’engagement, voire de fascination. Loin d’illustrer un savoir préalable, ce matériau filmique interroge le décalage entre ce qui est saisi sur la durée d’une session et ce qui peut en être verbalisé, notamment en entretiens. C’est toute la question de la manière dont les acteurs constituent le sens de leur activité qui est posée par cet écart entre le linguistique et le filmique.

La question de l’image intervient ensuite, à un second niveau, non plus sous la forme du matériau filmique premier, mais sous celle de son recodage. Pour extraire de la signification de ce matériau en apparence extrêmement pauvre en moments signifiants, et respecter cette insignifiance même, nous faisons usage des instruments « phénoménographiques » élaborés par Albert Piette (L’acte d’exister, une phénoménographie de la présence). L’analyse des « modes de présence », la notion d’ « homme minimal », l’insistance sur les « engagements faibles » en deçà des constructions de sens correspondent en effet particulièrement bien au matériau étudié. Les situations filmées sont ainsi recodées en utilisant le graphe de Piette, lui-même considérablement modifié pour l’adapter à ce nouvel usage : saisie temporelle plutôt que simultanée, redéfinition des catégories, choix d’un cadre plus serré pour l’activité. Ce travail phénoménographique fait apparaître les transitions entre différents modes d’engagement et de présence au sein des situations étudiées.

Ce recodage graphique d’un matériau filmique poursuit le projet, amorcé dans Philosophie des jeux vidéo, de passer d’une analyse du jeu en tant que game, dispositif d’objet ou système de règles, à une analyse du play, des joueurs engagés dans leur activité et des affects qui s’y produisent. L’attention portée aux transferts de mouvement entre les différents « corps du jeu vidéo », sur le modèle des analyses de Raymond Bellour en théorie du cinéma (Le corps du cinéma), vise à faire apparaître des formes d’émotions, de nature rythmique, qui ne se laissent appréhender par les catégories de haut rang de la psychologie : en deçà des rapports à la fiction, aux personnages, aux représentations, que ces dernières peuvent saisir. Au plus près de l’enquête et de ses matériaux, de son recodage, il y a ici place pour un travail de nature philosophique, qui interroge les données de base de la sensation. Les jeux vidéo fournissent un objet de choix pour une telle esthétique minimale dans la mesure où ils offrent prise, par leur nature numérique, à des possibilités d’objectivation qui ne se présentent aussi aisément pas pour les autres formes culturelles.

Atelier d’ethnographie visuelle

AFFICHE_atelier2015-2-1

L’atelier portera sur les étapes et les modalités d’intervention de
l’iconographie dans certaines phases classiques du processus de
production des connaissances en sciences sociales, telles que la
préparation de l’enquête, l’identification de la fonction heuristique des
images, la collecte des éléments iconographique pendant le terrain et
enfin l’analyse et la restitution dans une forme visuelle des données.
Il s’agira de produire dans un temps réduit des films courts (5 à 13
mn). Vous participerez ainsi à une performance collective, de l’écriture
jusqu’à la restitution publique en passant par les dispositifs d’enquête et
la fabrication de vidéos. Cet atelier s’organisera autour de trois étapes :
1)-construction de l’objet de recherche ;
2)-collecte des images sur le terrain ;
3)-le montage comme opération de transcription et d’argumentation
conceptuelle (avec l’assistance de la cellule audiovisuelle du IIAC).
Le terrain :

Nous avons choisi cette année de travailler sur un supermarché
asiatique, Paris Store, situé dans le 13ème arrondissement de Paris.
L’équipe investira ce lieu de consommation afin d’y découvrir par
l’image les manifestations des rapports sociaux liés à l’appropriation
marchande d’objets et à leurs usages par les clients de ce magasin,
fréquenté principalement par des membres de la diaspora asiatique de
Paris. Il s’agira d’exercer une ethnographie visuelle des pratiques de
consommateurs. Celles-ci manifestent les dimensions symboliques,
identitaires et statutaires des clients exprimées dans un contexte de
globalisation et d’interaction élargie des appartenances référentielles.
Nous envisageons d’observer dans ces pratiques et discours de
consommation les permanences et les modifications, aux échelles
individuelles et collectives, des normes et catégories culturelles. La
dimension diasporique de ce supermarché permet de décrypter la
confrontation des modèles de relations sociales qu’expriment les
logiques de consommation de biens.

Une des séances préparatoires sera consacrée aux modes de
consommation de la diaspora chinoise. Intervenant : Emmanuel Ma
Mung, Directeur de recherche au Cnrs, spécialiste des migrations
chinoises,

Le terrain se déroulera du 22 au 26 juin. L’atelier est ouvert aux
étudiants de master et aux doctorants disposant d’une caméra vidéo et
ayant une très bonne connaissance de l’environnement numérique.
Les inscriptions seront closes le mercredi 8 avril 2015. Pour
s’inscrire, envoyer par email un court texte indiquant l’intérêt pour cet
atelier accompagné d’un court cv à arghyro.paouri@cnrs.fr et manon.denoun@ehess.fr

 

Research and Its graphics: Iconographic Figurations from Society

 In the work of interrogation of the social world, the researcher is always confronted with the issue of data transcription and results obtained. Canonical models favor the use of orthographic writing and often relegate forms of iconographic writings to sensitive perception, the allusive, and symbolic vagueness – the total opposite of the demonstrative and argumentative rigor of writing. Recourse to the image in research then occurs in a passive data-collection and corpus-formation mode. According to this perspective, interpretation of social reality may only be expressed by text, and the image (photographic or film) is thought to be merely a proof of authenticity or an illustration intended to occupy the eye, thus becoming an « alibi-image. » It is as if iconographic language were incapable of categorization, classification and analytical deduction. But the image, confined to the expressive and metaphorical field, is neither identical to nor the opposite of orthographic writing. It participates in the scholarly representation, interpretation and transmission of the social world; it contributes to the deconstruction and reconstruction of social reality. In the process of production and dissemination of knowledge in the social sciences, the time of the research, in particular, is an ideal transcription situation to examine the passing from one order of fact to another and to trace its function in the scientific project. The technical complexity (IT) of figuration modes and forms of iconographic exhibition lend themselves to discussion.

The seminar will question the terms of involvement of the image in the iconographic manufacture, processing and representation of data from field research. The study of the choice of a form of data transcription, of a particular written form, allows us to study the performative potential of each and, when it focuses on the use of the image, to decide on their entry according to the rules specific to iconographic languages. How are aesthetics and style involved in the relevance of images? During the investigative process, how does the iconographic form impose a meaning? How can we consider modalities of a transcription of concepts into images? We will thus raise not only the problem of the expression and figuration of complex realities, but also of the interpretation, transmission and reception of these iconographic products. We will develop this reflection from images produced by the participants in real field work situations.

L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société

Le travail d’interrogation du monde social pose toujours au chercheur la question de la transcription des données et des résultats obtenus. Les modèles canoniques privilégient l’usage de l’écriture orthographique et relèguent souvent les formes d’écritures iconographiques dans la perception sensible, l’allusif et le flou symbolique, à l’extrême opposé de la rigueur démonstrative et argumentative de l’écriture. Le recours à l‘image dans la recherche se fait alors sur un mode passif de collecte de données, de constitution de corpus. Suivant cette perspective, l’interprétation de la réalité sociale ne pourrait être exprimée que par le texte, et l’image (photographique ou filmique) ne serait qu’une preuve d’authenticité ou une illustration destinée à occuper l’œil ; elle est alors une « image-alibi ». On fait comme si le langage iconographique était inapte à la catégorisation, au classement et à la déduction analytique. Or l’image, confinée au domaine expressif et métaphorique, n’est ni identique ni opposée à l’écriture orthographique. Elle participe à la représentation, à l’interprétation et à la transmission savante du monde social ; elle contribue à la déconstruction et à la re-construction de la réalité sociale. Dans le processus de production et de diffusion des connaissances en sciences sociales, le moment de l’enquête, en particulier, est une situation de transcription idéale pour examiner le passage d’un ordre de fait à un autre et pour retracer sa fonction dans le projet scientifique. La complexification technique (informatique) des modes de figurations et des formes d’exposition iconographiques s’invite aux débats.

Le séminaire interrogera les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la figuration iconographique des données issues de l’enquête de terrain. L’étude du choix d’une forme de transcription des données, d’une graphie particulière, permet d’étudier le potentiel performatif de chacune et, lorsqu’il se porte sur l’usage de l’image, de statuer sur leur saisie suivant les règles propres aux langages iconographiques. Comment l’esthétique, le style, interviennent-ils dans la pertinence des images ? Comment, au cours de l’opération d’investigation, la forme iconographique impose-t-elle une signification ? De quelle façon peut-on envisager les modalités d’une transcription de concepts en images ? On posera ainsi non seulement le problème de l’expression et de la figuration de réalités complexes, mais aussi de l’interprétation, de la transmission et de la réception de ces produits iconographiques. Nous développerons cette réflexion à partir d’images élaborées par les participants sur des terrains concrets.

L’enquête et ses graphies

Il s’agit d’un carnet de séminaire: Séminaire LAIOS  2013/2014
L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société.

Le travail d’interrogation du monde social pose toujours au chercheur la question de la transcription des données et des résultats obtenus. Les modèles canoniques privilégient l’usage de l’écriture orthographique et relèguent souvent les formes d’écritures iconographiques dans la perception sensible, l’allusif et le flou symbolique, à l’extrême opposé de la rigueur démonstrative et argumentative de l’écriture. Le recours à l‘image dans la recherche se fait alors sur un mode passif de collecte de données, de constitution de corpus. Suivant cette perspective, l’interprétation de la réalité sociale ne pourrait être exprimée que par le texte, et l’image (photographique ou filmique) ne serait qu’une preuve d’authenticité ou une illustration destinée à occuper l’œil ; elle est alors une « image-alibi ». On fait comme si le langage iconographique était inapte à la catégorisation, au classement et à la déduction analytique. Or l’image, confinée au domaine expressif et métaphorique, n’est ni identique ni opposée à l’écriture orthographique. Elle participe à la représentation, à l’interprétation et à la transmission savante du monde social ; elle contribue à la déconstruction et à la re-construction de la réalité sociale. Dans le processus de production et de diffusion des connaissances en sciences sociales, le moment de l’enquête, en particulier, est une situation de transcription idéale pour examiner le passage d’un ordre de fait à un autre et pour retracer sa fonction dans le projet scientifique. La complexification technique (informatique) des modes de figurations et des formes d’exposition iconographiques s’invite aux débats.

Le séminaire interrogera les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la figuration iconographique des données issues de l’enquête de terrain. L’étude du choix d’une forme de transcription des données, d’une graphie particulière, permet d’étudier le potentiel performatif de chacune et, lorsqu’il se porte sur l’usage de l’image, de statuer sur leur saisie suivant les règles propres aux langages iconographiques. Comment l’esthétique, le style, interviennent-ils dans la pertinence des images ? Comment, au cours de l’opération d’investigation, la forme iconographique impose-t-elle une signification ? De quelle façon peut-on envisager les modalités d’une transcription de concepts en images ? On posera ainsi non seulement le problème de l’expression et de la figuration de réalités complexes, mais aussi de l’interprétation, de la transmission et de la réception de ces produits iconographiques. Nous développerons cette réflexion à partir d’images élaborées par les participants sur des terrains concrets.