séance 1 Fieloux/Lombard

Un triptyque lobi (Burkina Faso)

 

Images pour la scénarisation de récits de vie.

 Nous souhaiterions faire part d’une réflexion sur les modalités de la construction de la personne et la pluralité de ses expressions, qu’elles soient verbales ou non, directes ou médiatisées, dans la société lobi du Burkina Faso. Thème qui constitue le fil conducteur des trois films d’un triptyque (1990; 2005; 2009) réalisés autour d’un « personnage », d’une histoire, d’un mode de narration, d’une scénographie particulière.

Notre travail concerne en particulier la question de l’utilisation des histoires de vie pour l’approche et la compréhension des phénomènes sociaux. Histoires de vie mises en formes aussi bien avec le texte qu’avec l’image.

Notre présentation se fera à partir d’extraits montrant les choix de construction et de réalisation cinématographique de certaines séquences. Ce travail repose sur des enquêtes de longue durée, mais aussi sur des relations d’amitié et d’empathie avec les principaux protagonistes.

 

1990  Les Mémoires de Binduté Da, film 16 mm couleur, 52′. LA SEPT, ATRIA-FILMS, CNRS. Premier prix au Festival International du film ethnographique de Manchester en 1990.

Ce film a donné lieu à un ouvrage  « Les Mémoires de Binduté Da » 1998,  coll.Anthropologie Visuelle, Editions de l’EHESS, Paris, 125p.

 

Le premier film de cette trilogie, obéit dans sa construction à la même logique que le rituel des deuxièmes funérailles lobi ou bobuùr, représentation de la vie et du destin d’un homme, non pour aboutir à une image stéréotypée, celle du rituel, image socialement et politiquement indispensable pour « construire » un ancêtre, mais pour tenter de restituer un portrait plus complexe, plus réel, s’appuyant sur les imaginaires, sur des évocations et sur des témoignages.

Cette perspective s’allie à une interrogation qui porte sur l’observation des rituels, au sens où c’est moins le rituel au plan symbolique –  dont la connaissance reste néanmoins indispensable- qui nous intéresse que la manière dont il sert concrètement de mode d’expression, dans une situation particulière, à des individus particuliers, pour une histoire donnée.

 

2005 Le voyage de Sib, 52’, CNRS-IRD. 2ème prix du film scientifique, CNRS, Nancy.

Le deuxième film porte sur les principes de construction d’autels lignagers et personnels qui permettent, selon des modalités d’expression non verbale et essentiellement plastique, de mettre en récit des parcours individuels, tout particulièrement masculins. Il s’agit d’un procédé narratif doublement médiatisé puisque les objets réunis dans les autels, matière brute ou artefacts, sont toujours entreposés, réalisés, créés, au nom d’un Autre, un tiers invisible (ancêtre…) qui apparaît dans les jeunes années de l’intéressé selon une procédure classique d’élection et par la médiation duquel la personne se construit socialement sa vie durant.

 

Ce film a été réalisé à l’occasion d’une exposition internationale d’art contemporain, « Les autels du Monde. De l’art pour s’agenouiller » Dusseldorf, 2001.  Nous avons alors voulu saisir cette occasion unique de montrer la reconstruction d’un lieu cultuel marqué par une longue histoire. Le principal protagoniste est un devin et guérisseur lobi qui a élaboré pendant une trentaine d’années (sculptures anthropomorphes, zoomorphes, agglomérats d’éléments naturels), »son propre autel », devenu un véritable lieu de projection de son vécu le plus subjectif, de ses relations aux autres et des évènements marquants de son histoire.

Le scénario s’appuyait sur l’idée suivante : si l’autel original est une forme de projection, à travers l’ensemble structuré de ses artefacts, d’une histoire particulière, l’observation de sa reconstruction, à partir de la reproduction de ces mêmes objets, ne pouvait-elle pas induire une réflexion sur cette histoire et donc sur l’autel lui-même ?


2009 « Histoire sans fin », 85’, Ird/Cnrs.  Primé au Festival de film de chercheurs, Nancy ( 6-8 mai 2010).

 

Le troisième volet de cette trilogie sur la société lobi répond à ce double objectif, rendre perceptible la logique profonde d’un mouvement féminin dans une société donnée, tout en privilégiant les éléments narratifs et explicatifs des intéressées, dialogues, chants, représentations théâtrales etc., posant ainsi la question plus générale du sujet social et de l’utilisation de l’image pour traiter ce thème. Ce film repose sur un dialogue poursuivi pendant une dizaine d’années (1999-2009) avec la responsable lobi de cette Association féminine dont la démarche nous a semblé tout à fait inédite, novatrice, puisque fondée sur la nécessité d’une prise de parole par les intéressées sur leurs expériences propres, concernant l’excision, le mariage, la dot, la violence conjugale, etc., condition d’une analyse réflexive sur la société permettant d’agir sur elle à travers de nombreuses actions. De la parole  « avec port de masques » à la parole « à visage découvert ».

Michèle Fiéloux et Jacques Lombard  Octobre 2013