séance 2 Marsault

Vers une image-temps de la restitution.

La transmission ethnographique demeure éthiquement confrontée à la nécessité de devoir tendre vers un absolu objectif de la représentation même si son projet demeure toujours ambigu. Car toute forme-synthèse qui pourrait éventuellement réussir à nous faire accéder à cette ontologie des phénomènes qui nous occupent, qu’elle soit scripturale ou iconographique, ne peut se défaire totalement des contraintes liées à sa méthodologie.

Notre proposition sera donc alors, prenant acte de ces risques et travers toujours possibles, de chercher cependant, par le médium de la création artistique, et plus particulièrement photographique, une forme-transfert qui nous rende sensible la complexité des personnages et le rhizome des situations auxquels nous sommes confrontés.

En effet, la création artistique semble offrir, quelques rares fois tout de même, l’accès à un plateau de subjectivité qui nous donne le sentiment de cerner l’immanence des phénomènes. Particulièrement en cela que la performativité esthétique de ce type de création, la mise en jeu du hasard de ses proposition de formes, cherche implicitement à dépasser le regardable et les apparences du perceptible, pour nous faire accéder à un espace « autre », une forme de devenir des présences qui rendrait peut-être mieux compte de la complexité et des mutations constantes de ce qui carractérise « l’ex-istance », cette existence hors de soi.

Ainsi la ritualité de la pratique artistique de la photographie, pour le cas qui nous occupe, serait d’un ordre similaire à ces rituels d’invocation/évocation et de recherche de « l’apparitionnel » que l’ethnologie a pu étudier déjà. Notre façon de produire ou faire advenir des images, est en effet sensiblement comparable à ces rituels, on pense aux cérémonies funéraires des rituels Malangan de Nouvelle Irlande, où la recherche et création d’une affinité en commun, l’élaboration d’une sorte de peau où l’épithélium du dialogue et des échanges entre l’anthropologue et son terrain se dévoile.

Mais cet art de la performance, cet forme d’actionnisme, pour faire référence à la tradition artistique viennoise, ne trouve sans doute véritablement son point d’acmé, ou comme le dit Paul Klee son point gris, que dans la réalisation d’une oeuvre où le basculement entre ce qui devient et ce qui meurt est à son point d’intensité le plus tangible. Un point qui nous donnerait une forme d’image-temps de la perception du réel.

Ralf Marsault