séance 3 Roger Cornu

Le recours à l’image dans l’opéralisation des cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs.

L’exemple du travail filmique dans la récupération de la mémoire ouvrière de Port de Bouc.

A la fin de l’année 1979, le centre culturel de Port-de-Bouc lance un appel à des artistes et des chercheurs en sciences sociales pour venir collecter et mettre en forme la mémoire collective du chantier naval qui avait fermé en 1966. La fermeture s’était accompagnée d’une grève importante qui eut un écho national. Cette opération culturelle se faisait « en souvenir de demain ». La municipalité avait  en effet décidé de supprimer la friche industrielle du chantier qui se trouvait au centre de la ville pour y construire un nouveau centre ville. Participer à cette opération m’intéressait à un double titre, parce que je travaillais sur la sociologie des grèves, et parce que le travail du sociologue a toujours recours, dans le moindre des entretiens, à la mémoire, sans que l’on s’interroge sur elle. Seul parmi les sociologues, Maurice Halbwachs avait abordé ce thème dans des travaux, Les cadres sociaux de la mémoire et La mémoire collective, qui marquent un tournant dans l’histoire de la sociologie française.

L’opération de Port-de-Bouc était un terrain idéal pour confronter cette fois la théorie à un travail de mémoire autour des quatre dimensions (mémoire individuelle, mémoire collective, mémoire autobiographique et mémoire historique) dont Halbwachs est le seul à étudier les rapports. Encore fallait-il opérationnaliser la théorie pour pouvoir la confronter au terrain.

Par ailleurs, Halbwachs soulève un problème complexe. Lorsque l’on raconte un souvenir, il est difficile de retrouver l’impression du moment. Il y  a un vide  qu’il s’agit de combler. On ne peut le faire qu’à l’aide de repères sociaux, les cadres sociaux de la mémoire. D’où, pour le sociologue, un travail de repérage de ces cadres sociaux qui sont utilisés aussi bien par la mémoire individuelle que par la ou les mémoires collectives. Pour désigner et regrouper ces repères, j’ai emprunté un mot du dessinateur Fred, dans les aventures de Philémon, la mémémoire, le mot suggérant qu’il s’agit à la fois d’une mega-mémoire et d’une meta-mémoire. C’est dans cette mémémoire qu’il nous fallait puiser pour mieux approcher les mémoires individuelles et collectives.

C’est ici que l’utilisation de la vidéo va nous aider et nous permettre d’obtenir quatre documents indispensables à ce travail sur la mémoire : 1)On les appelait les sauvages ; 2) Des traces en mémoire ; 3) Nous construisions des bateaux ; 4) Le cœur d’une ville. C’est ce dernier vidéogramme qui sera présenté dans le séminaire. La vidéo joue ici un triple rôle : carnet de notes comme dans les autres films, source de questionnement avec l’utilisation des archives de la télévision, rapport de recherche, l’interprétation du sociologue se trouvant dans le montage.