séance 4 Caroline Chik

Réception de l’image et du dispositif, des jouets optiques d’animation aux premiers films projetés : spectacles individuels et collectifs.

Les dispositifs d’images que sont les jouets optiques d’animation et les premières vues cinématographiques apparaissent, ce n’est pas un hasard, en pleine révolution industrielle, ère des progrès techniques, des nouveautés technologiques, de la fascination pour le mouvement et la vitesse.

L’image sera abordée comme étant partie intégrante d’un dispositif technique et social, qu’il soit un outil de vulgarisation scientifique ou l’objet d’un spectacle populaire individuel ou collectif. Il s’agira d’aborder la question de la réception dans les dispositifs optiques d’animation au XIXe siècle et de s’interroger sur un hypothétique « passage » de ce que l’on nomme généralement, et non sans quelque danger idéologique, le « pré-cinéma » aux « premiers temps du cinéma ». La période en question s’étend de 1832, avec le phénakistiscope de Joseph Plateau et les disques stroboscopiques de Simon Stampfer, jusqu’à la fin des années 1890, celles des premières vues animées.

En nous appuyant sur les travaux du chercheur canadien André Gaudreault, nous développerons le concept d’attraction, qui permet de contourner le piège de la téléologie et du post-déterminisme en reconnaissant à la série culturelle que forment ces images animées un intérêt et des caractéristiques qui lui sont propres, indépendamment du cinéma tel qu’il est conçu aujourd’hui.

Nous étudierons l’iconographie de ces dispositifs, pour envisager l’image comme un prétexte ou, du moins, comme étant au service de l’animation ; la magie de celle-ci exerce une telle fascination sur le public qu’elle constitue à elle seule une véritable attraction populaire.

Quant à la réception de ces dispositifs par le public, non seulement nous mettrons en regard un spectacle optique individuel et un spectacle collectif en recherchant les conséquences de leurs différences, mais nous comparerons l’observateur manipulateur de jouets otiques qui s’anime en animant les images et dont le rapport œil-main procure un certain plaisir « oculo-moteur », avec le spectateur de vues animées, corporellement plus immobile, fondu dans le noir et la masse.

Caroline Chik

Auteure d’une thèse en Arts plastiques et photographie, Caroline Chik enseigne en études cinématographiques à l’Université de Picardie. Récemment boursière au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, elle a effectué également un postdoctorat au sein du Groupe de Recherche sur l’Avènement et la Formation des Institutions Cinématographique et Scénique (GRAFICS) et enseigné au Département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. Elle a publié l’ouvrage L’image paradoxale. Fixité et mouvement (Presses Universitaires du Septentrion, 2011), ainsi que plusieurs textes portant sur les relations entre photographie et jouets optiques, et entre photographie et cinéma.