Séminaire Mosaïque – Memoire des lieux, la ville en image

Séminaire Mosaïques
VENDREDI 28 MARS 2014, 10h-13h
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bâtiment T salle 206 (2ème étage)
Mémoire des lieux. La ville en images
(Responsable Sylvaine Conord)

La séance se déroulera autour des interventions de :

– Cécile Cuny (Maîtresse de conférences, Chercheure au Lab’Urba, Université Paris Est)
« Photographier et prendre des notes: parle-t-on vraiment de la même chose? »
– Claire Lévy-Vroelant (Professeure de sociologie, Université de Paris 8 Saint-Denis, Chercheure au Centre de recherche sur l’habitat, UMR LAVUE 7218)
« La langue comme métaphore. Récits d’hôtels et de migrations »
-Sophie Didier (Maîtresse de conférences, Université Paris 13-Nord, en délégation CNRS à l’UMR LAVUE, Mosaïques)
« Home away from home: une expérience de photographie participative dans un quartier de migrants à Johannesburg. »
-Henri Desbois (Maître de conférences en géographie, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense)
« Monuments intimes : les thomassons, témoins modestes des mutations contemporaines de l’urbanité. »

L’enquêteur et ses « capteurs »

Un passage, particulièrement apprécié, en consultant les actes d’un Congrès international en 1973 Pour une anthropologie visuelle

 » Pour moi, donc, la seule manière de filmer est de marcher avec la caméra, de la conduire là où elle est le plus efficace, et d’improviser pour elle un autre type de ballet où la caméra devient aussi vivante que les hommes qu’elle filme. C’est là la première synthèse entre les théories vertoviennes du « ciné-oeil » et l’expérience de la « caméra participante » de Flaherty. Cette improvisation dynamique – que je compare souvent à l’improvisation du torero devant le toro – ici, comme là, rien n’est donné d’avance, et la suavité d’une faëna, n’est pas autre chose que l’harmonie d’un travelling marché en parfaite adéquation avec les mouvements des hommes filmés.

Ici encore, c’est une question d’entraînement, de maîtrise du corps qu’une gymnastique adéquate permet d’acquérir. Alors, au lieu d’utiliser le zoom, le caméraman réalisateur pénètre réellement dans son sujet, précède ou suit le danseur, le prêtre ou l’artisan, il n’est plus lui-même mais un « oeil mécanique » accompagné d’une « oreille électronique ». C’est cet état bizarre de transformation de la personne du cinéaste que j’ai appelé, par analogie avec les phénomènes de possession, la « ciné-transe ». »1

Adhérant entièrement à l’idée de cette gymnastique (qui ramène au système tri-partite enquêteur-graphies-geste (ou « la main »)), je trouverais bon d’expérimenter les captations des séances par Iphone…

  1. Jean Rouch « La camera et les hommes », Pour une anthropologie visuelle: recueil d’articles, Paris La Haye Paris : Mouton École des hautes études en sciences sociales, 1979, p. 63