Journée d’étude 10 avril

Internet et ses graphies – Journée d’étude du 10 avril 2014

Aujourd’hui, l’étude d’Internet est sans doute devenue l’une des clés pour comprendre le rôle des images dans nos cultures contemporaines.

Internet nous a habitués à la présence et à la disponibilité de matériaux iconographiques nombreux et nouveaux. La production et la diffusion des images sont d’une facilité et d’une banalité qui était inimaginable il y a encore quelques décennies. Elles sont ainsi devenues l’une des manières ordinaires de communiquer, de se présenter, de partager des moments forts, de discuter de ce que l’on aime ou non, de créer des aides mémoire, etc. Il s’agit de pratiques symboliques, dont le sens ne peut être réellement compris qu’en explorant leurs aspects les plus concrets. Or cette ethnographie pose des questions de méthode spécifiques.

L’ethnographie apparaît comme une méthode particulièrement adaptée à Internet. En effet, contrairement aux autres médias modernes, Internet laisse une place centrale à l’activité de ses usagers. La navigation de chacun y a remplacé la réception d’une programmation centralisée comme avec la télévision. Les conseils par les amis – en particulier sur les réseaux sociaux, en guident la réception et concurrencent ainsi la recommandation par la Critique professionnelle. Des groupes d’intérêt comme de pratique s’y forment, où s’échangent tout autant des images que des textes. Et enfin, l’auto-production des images – des photographies aux flux vidéo, a pris une place centrale dans le nouvel écosystème informationnel – avec des sites d’importance mondiale tels que Youtube ou Instagram. Avec les écrans et les images qu’ils affichent, c’est aussi l’activité de prise de vues qui fait désormais partie de notre ordinaire, tout comme le partage, l’échange et la retouche de ces images. Des rituels familiaux comme ceux de l’album photo ou de la galerie de portrait ont été bouleversés. Des pratiques personnelles comme celle du journal intime ont pris des formes à la fois plus imagées et plus publiques avec des blogs qui mobilisent la photographie et la vidéo. Autrement dit, Internet supporte un ensemble de pratiques symboliques qui, si elles appellent sans doute une analyse formelle des contenus et des sites, demandent aussi pour être comprises une attention aux activités concrètes de leurs usagers.

Le défi pour l’ethnographie est alors de savoir suivre les internautes et leurs images. Or le défi n’est pas simplement technique. Les stratégies d’enquête à construire aujourd’hui font face à des logiques culturelles qui doivent être reconnues en tant que telles. Par exemple, comment prendre en compte les formes renouvelées que prend aujourd’hui l’écriture graphique ? Les images produites et diffusées sur Internet sont très souvent « réalistes », conditionnant leur sens à une logique de « documentation ». Ainsi les identités individuelles et collectives sont travaillées à partir de circonstances et d’expériences concrètes plutôt que de métaphores ou d’allégories. Ce Réalisme affiché ne va pas toutefois sans cadrages ni retouches. De plus, les images apparaissent désormais dans un cadre plus compliqué que celui du tableau ou de l’album. En effet, les sites web et les réseaux sociaux ont leurs propres interfaces et leurs algorithmes, c’est-à-dire leurs manières propres de présenter les collections, de faciliter la diffusion des images aussi bien que d’en restreindre l’accès. Algorithmes et interfaces contribuent à façonner les pratiques graphiques contemporaines et leur sens. Enfin, Internet permet aux individus et aux collectifs de s’affranchir, au moins partiellement, des contraintes géographiques. Aussi suivre la circulation des images et la circulation parmi les images, mais aussi les frontières qui s’y reconstituent, est une voie pour comprendre les contours que prennent les identités contemporaines.

Nous proposons d’explorer en particulier quatre questions parmi celles ouvertes par l’ethnographie du web :

 – La vie augmentée

La « documentation de soi » que permet aujourd’hui Internet n’est pas seulement une archive, elle est aussi l’un des éléments qui viennent informer nos décisions quotidiennes. Ainsi informées, nos vies se déroulent-elles désormais dans une « réalité augmentée » ?

 – Les territoires des identités

Lorsque les symboles et les souvenirs peuvent s’affranchir des limites du lieu géographique, quels sont les nouveaux contours des identités collectives ?

– Les politiques d’accès

L’accès aux images et leurs circulations font l’objet désormais de nombreux filtres techniques qui sélectionnent des audiences tout autant qu’ils définissent des voies de circulation : quelles nouvelles frontières se dessinent là entre intimité et publicité ?

 – Les images du réseau

Quelles images permettent aujourd’hui à l’enquêteur de rendre compte des nouveaux territoires sociaux et symboliques en ligne ?

 

 

Programme 2013/2014

 

Date

 

Intervenant, Titre

 

Lieu et salle

28.11.2013 Michèle Fiéloux et Jacques Lombard, anthropologues et cinéastes, CNRS, IRD.Un triptyque lobi (Burkina Faso) : Images pour la scénarisation de récits de vie.(avec projection de séquences) Ehess,
France Salle 2
15H-17H30
9.01.2014 Ralf Marsault, anthropologue, photographe et membre du Centre d’ethnologie et de l’Image (Phanie).Vers une image-temps de la restitution. EHESS, France Salle du Conseil B, R-1
15H-17H30
23.01.2014 Roger Cornu, sociologue, CNRS. Le recours à l’image dans l’opéralisation des cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs. L’exemple du travail filmique dans la récupération de la mémoire ouvrière de Port de Bouc. (avec projection de séquences). EHESS,
France Salle 2
15H-17H30
13.02.2014 Caroline Chik, esthétique, sciences et technologies des arts, Université de Picardie Jules Verne (UPJV) et membre associé du groupe de recherche GRAFICS (Université de Montréal, Canada). Réception de l’image et du dispositif, des jouets optiques d’animation aux premiers films projetés : spectacles individuels et collectifs. EHESS,
96 Bvd Raspail Salle des artistes
15H-17H30
27.02.2014 Sylvain Maresca, sociologue, Université de NantesPrésentation du livre : Précis de photographie à l’usage des sociologues
27.03.2014 Jean-François Chevrier, historien, Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts et commissaire d’exposition.Le discours en images de l’enquête anthropologique. Deux exemples : Walker Evans, American Photographs et Pierre Clastres, Chronique des Indiens guayaki. EHESS,
France Salle 2
15H-17H30
10.04.2014 Nathan Jurgenson, sociologue, Université du Maryland, Etats-Unis.Ethnographie du Web :1. The Will to Document: the social image and the self. 2. Digital Dualism, Augmented Reality, and the social photo. EHESS,
France Salle 3
15H-17H30
22.05.2014 Milton Guran, anthropologue et photographe, lLABHOI – Université Fédérale Fluminense de Rio de Janeiro (Laboratoire d’Histoire Orale et Image), Brésil.  Bricolage de la mémoire: sources orales et visuelles dans la construction de l’identité agouda au Bénin et au Togo. EHESS,
France Salle 2
15H-17H30
12.06.2014 Mathieu Triclot, philosophe, Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES).Pour une phénoménographie du jeu vidéo. EHESS, France Salle 2 (à confirmer)
15H-17H30

séance 2 Marsault

Vers une image-temps de la restitution.

La transmission ethnographique demeure éthiquement confrontée à la nécessité de devoir tendre vers un absolu objectif de la représentation même si son projet demeure toujours ambigu. Car toute forme-synthèse qui pourrait éventuellement réussir à nous faire accéder à cette ontologie des phénomènes qui nous occupent, qu’elle soit scripturale ou iconographique, ne peut se défaire totalement des contraintes liées à sa méthodologie.

Notre proposition sera donc alors, prenant acte de ces risques et travers toujours possibles, de chercher cependant, par le médium de la création artistique, et plus particulièrement photographique, une forme-transfert qui nous rende sensible la complexité des personnages et le rhizome des situations auxquels nous sommes confrontés.

En effet, la création artistique semble offrir, quelques rares fois tout de même, l’accès à un plateau de subjectivité qui nous donne le sentiment de cerner l’immanence des phénomènes. Particulièrement en cela que la performativité esthétique de ce type de création, la mise en jeu du hasard de ses proposition de formes, cherche implicitement à dépasser le regardable et les apparences du perceptible, pour nous faire accéder à un espace « autre », une forme de devenir des présences qui rendrait peut-être mieux compte de la complexité et des mutations constantes de ce qui carractérise « l’ex-istance », cette existence hors de soi.

Ainsi la ritualité de la pratique artistique de la photographie, pour le cas qui nous occupe, serait d’un ordre similaire à ces rituels d’invocation/évocation et de recherche de « l’apparitionnel » que l’ethnologie a pu étudier déjà. Notre façon de produire ou faire advenir des images, est en effet sensiblement comparable à ces rituels, on pense aux cérémonies funéraires des rituels Malangan de Nouvelle Irlande, où la recherche et création d’une affinité en commun, l’élaboration d’une sorte de peau où l’épithélium du dialogue et des échanges entre l’anthropologue et son terrain se dévoile.

Mais cet art de la performance, cet forme d’actionnisme, pour faire référence à la tradition artistique viennoise, ne trouve sans doute véritablement son point d’acmé, ou comme le dit Paul Klee son point gris, que dans la réalisation d’une oeuvre où le basculement entre ce qui devient et ce qui meurt est à son point d’intensité le plus tangible. Un point qui nous donnerait une forme d’image-temps de la perception du réel.

Ralf Marsault

séance 1 Fieloux/Lombard

Un triptyque lobi (Burkina Faso)

 

Images pour la scénarisation de récits de vie.

 Nous souhaiterions faire part d’une réflexion sur les modalités de la construction de la personne et la pluralité de ses expressions, qu’elles soient verbales ou non, directes ou médiatisées, dans la société lobi du Burkina Faso. Thème qui constitue le fil conducteur des trois films d’un triptyque (1990; 2005; 2009) réalisés autour d’un « personnage », d’une histoire, d’un mode de narration, d’une scénographie particulière.

Notre travail concerne en particulier la question de l’utilisation des histoires de vie pour l’approche et la compréhension des phénomènes sociaux. Histoires de vie mises en formes aussi bien avec le texte qu’avec l’image.

Notre présentation se fera à partir d’extraits montrant les choix de construction et de réalisation cinématographique de certaines séquences. Ce travail repose sur des enquêtes de longue durée, mais aussi sur des relations d’amitié et d’empathie avec les principaux protagonistes.

 

1990  Les Mémoires de Binduté Da, film 16 mm couleur, 52′. LA SEPT, ATRIA-FILMS, CNRS. Premier prix au Festival International du film ethnographique de Manchester en 1990.

Ce film a donné lieu à un ouvrage  « Les Mémoires de Binduté Da » 1998,  coll.Anthropologie Visuelle, Editions de l’EHESS, Paris, 125p.

 

Le premier film de cette trilogie, obéit dans sa construction à la même logique que le rituel des deuxièmes funérailles lobi ou bobuùr, représentation de la vie et du destin d’un homme, non pour aboutir à une image stéréotypée, celle du rituel, image socialement et politiquement indispensable pour « construire » un ancêtre, mais pour tenter de restituer un portrait plus complexe, plus réel, s’appuyant sur les imaginaires, sur des évocations et sur des témoignages.

Cette perspective s’allie à une interrogation qui porte sur l’observation des rituels, au sens où c’est moins le rituel au plan symbolique –  dont la connaissance reste néanmoins indispensable- qui nous intéresse que la manière dont il sert concrètement de mode d’expression, dans une situation particulière, à des individus particuliers, pour une histoire donnée.

 

2005 Le voyage de Sib, 52’, CNRS-IRD. 2ème prix du film scientifique, CNRS, Nancy.

Le deuxième film porte sur les principes de construction d’autels lignagers et personnels qui permettent, selon des modalités d’expression non verbale et essentiellement plastique, de mettre en récit des parcours individuels, tout particulièrement masculins. Il s’agit d’un procédé narratif doublement médiatisé puisque les objets réunis dans les autels, matière brute ou artefacts, sont toujours entreposés, réalisés, créés, au nom d’un Autre, un tiers invisible (ancêtre…) qui apparaît dans les jeunes années de l’intéressé selon une procédure classique d’élection et par la médiation duquel la personne se construit socialement sa vie durant.

 

Ce film a été réalisé à l’occasion d’une exposition internationale d’art contemporain, « Les autels du Monde. De l’art pour s’agenouiller » Dusseldorf, 2001.  Nous avons alors voulu saisir cette occasion unique de montrer la reconstruction d’un lieu cultuel marqué par une longue histoire. Le principal protagoniste est un devin et guérisseur lobi qui a élaboré pendant une trentaine d’années (sculptures anthropomorphes, zoomorphes, agglomérats d’éléments naturels), »son propre autel », devenu un véritable lieu de projection de son vécu le plus subjectif, de ses relations aux autres et des évènements marquants de son histoire.

Le scénario s’appuyait sur l’idée suivante : si l’autel original est une forme de projection, à travers l’ensemble structuré de ses artefacts, d’une histoire particulière, l’observation de sa reconstruction, à partir de la reproduction de ces mêmes objets, ne pouvait-elle pas induire une réflexion sur cette histoire et donc sur l’autel lui-même ?


2009 « Histoire sans fin », 85’, Ird/Cnrs.  Primé au Festival de film de chercheurs, Nancy ( 6-8 mai 2010).

 

Le troisième volet de cette trilogie sur la société lobi répond à ce double objectif, rendre perceptible la logique profonde d’un mouvement féminin dans une société donnée, tout en privilégiant les éléments narratifs et explicatifs des intéressées, dialogues, chants, représentations théâtrales etc., posant ainsi la question plus générale du sujet social et de l’utilisation de l’image pour traiter ce thème. Ce film repose sur un dialogue poursuivi pendant une dizaine d’années (1999-2009) avec la responsable lobi de cette Association féminine dont la démarche nous a semblé tout à fait inédite, novatrice, puisque fondée sur la nécessité d’une prise de parole par les intéressées sur leurs expériences propres, concernant l’excision, le mariage, la dot, la violence conjugale, etc., condition d’une analyse réflexive sur la société permettant d’agir sur elle à travers de nombreuses actions. De la parole  « avec port de masques » à la parole « à visage découvert ».

Michèle Fiéloux et Jacques Lombard  Octobre 2013

 

 

 

Research and Its graphics: Iconographic Figurations from Society

 In the work of interrogation of the social world, the researcher is always confronted with the issue of data transcription and results obtained. Canonical models favor the use of orthographic writing and often relegate forms of iconographic writings to sensitive perception, the allusive, and symbolic vagueness – the total opposite of the demonstrative and argumentative rigor of writing. Recourse to the image in research then occurs in a passive data-collection and corpus-formation mode. According to this perspective, interpretation of social reality may only be expressed by text, and the image (photographic or film) is thought to be merely a proof of authenticity or an illustration intended to occupy the eye, thus becoming an « alibi-image. » It is as if iconographic language were incapable of categorization, classification and analytical deduction. But the image, confined to the expressive and metaphorical field, is neither identical to nor the opposite of orthographic writing. It participates in the scholarly representation, interpretation and transmission of the social world; it contributes to the deconstruction and reconstruction of social reality. In the process of production and dissemination of knowledge in the social sciences, the time of the research, in particular, is an ideal transcription situation to examine the passing from one order of fact to another and to trace its function in the scientific project. The technical complexity (IT) of figuration modes and forms of iconographic exhibition lend themselves to discussion.

The seminar will question the terms of involvement of the image in the iconographic manufacture, processing and representation of data from field research. The study of the choice of a form of data transcription, of a particular written form, allows us to study the performative potential of each and, when it focuses on the use of the image, to decide on their entry according to the rules specific to iconographic languages. How are aesthetics and style involved in the relevance of images? During the investigative process, how does the iconographic form impose a meaning? How can we consider modalities of a transcription of concepts into images? We will thus raise not only the problem of the expression and figuration of complex realities, but also of the interpretation, transmission and reception of these iconographic products. We will develop this reflection from images produced by the participants in real field work situations.

L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société

Le travail d’interrogation du monde social pose toujours au chercheur la question de la transcription des données et des résultats obtenus. Les modèles canoniques privilégient l’usage de l’écriture orthographique et relèguent souvent les formes d’écritures iconographiques dans la perception sensible, l’allusif et le flou symbolique, à l’extrême opposé de la rigueur démonstrative et argumentative de l’écriture. Le recours à l‘image dans la recherche se fait alors sur un mode passif de collecte de données, de constitution de corpus. Suivant cette perspective, l’interprétation de la réalité sociale ne pourrait être exprimée que par le texte, et l’image (photographique ou filmique) ne serait qu’une preuve d’authenticité ou une illustration destinée à occuper l’œil ; elle est alors une « image-alibi ». On fait comme si le langage iconographique était inapte à la catégorisation, au classement et à la déduction analytique. Or l’image, confinée au domaine expressif et métaphorique, n’est ni identique ni opposée à l’écriture orthographique. Elle participe à la représentation, à l’interprétation et à la transmission savante du monde social ; elle contribue à la déconstruction et à la re-construction de la réalité sociale. Dans le processus de production et de diffusion des connaissances en sciences sociales, le moment de l’enquête, en particulier, est une situation de transcription idéale pour examiner le passage d’un ordre de fait à un autre et pour retracer sa fonction dans le projet scientifique. La complexification technique (informatique) des modes de figurations et des formes d’exposition iconographiques s’invite aux débats.

Le séminaire interrogera les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la figuration iconographique des données issues de l’enquête de terrain. L’étude du choix d’une forme de transcription des données, d’une graphie particulière, permet d’étudier le potentiel performatif de chacune et, lorsqu’il se porte sur l’usage de l’image, de statuer sur leur saisie suivant les règles propres aux langages iconographiques. Comment l’esthétique, le style, interviennent-ils dans la pertinence des images ? Comment, au cours de l’opération d’investigation, la forme iconographique impose-t-elle une signification ? De quelle façon peut-on envisager les modalités d’une transcription de concepts en images ? On posera ainsi non seulement le problème de l’expression et de la figuration de réalités complexes, mais aussi de l’interprétation, de la transmission et de la réception de ces produits iconographiques. Nous développerons cette réflexion à partir d’images élaborées par les participants sur des terrains concrets.

L’enquête et ses graphies

Il s’agit d’un carnet de séminaire: Séminaire LAIOS  2013/2014
L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société.

Le travail d’interrogation du monde social pose toujours au chercheur la question de la transcription des données et des résultats obtenus. Les modèles canoniques privilégient l’usage de l’écriture orthographique et relèguent souvent les formes d’écritures iconographiques dans la perception sensible, l’allusif et le flou symbolique, à l’extrême opposé de la rigueur démonstrative et argumentative de l’écriture. Le recours à l‘image dans la recherche se fait alors sur un mode passif de collecte de données, de constitution de corpus. Suivant cette perspective, l’interprétation de la réalité sociale ne pourrait être exprimée que par le texte, et l’image (photographique ou filmique) ne serait qu’une preuve d’authenticité ou une illustration destinée à occuper l’œil ; elle est alors une « image-alibi ». On fait comme si le langage iconographique était inapte à la catégorisation, au classement et à la déduction analytique. Or l’image, confinée au domaine expressif et métaphorique, n’est ni identique ni opposée à l’écriture orthographique. Elle participe à la représentation, à l’interprétation et à la transmission savante du monde social ; elle contribue à la déconstruction et à la re-construction de la réalité sociale. Dans le processus de production et de diffusion des connaissances en sciences sociales, le moment de l’enquête, en particulier, est une situation de transcription idéale pour examiner le passage d’un ordre de fait à un autre et pour retracer sa fonction dans le projet scientifique. La complexification technique (informatique) des modes de figurations et des formes d’exposition iconographiques s’invite aux débats.

Le séminaire interrogera les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la figuration iconographique des données issues de l’enquête de terrain. L’étude du choix d’une forme de transcription des données, d’une graphie particulière, permet d’étudier le potentiel performatif de chacune et, lorsqu’il se porte sur l’usage de l’image, de statuer sur leur saisie suivant les règles propres aux langages iconographiques. Comment l’esthétique, le style, interviennent-ils dans la pertinence des images ? Comment, au cours de l’opération d’investigation, la forme iconographique impose-t-elle une signification ? De quelle façon peut-on envisager les modalités d’une transcription de concepts en images ? On posera ainsi non seulement le problème de l’expression et de la figuration de réalités complexes, mais aussi de l’interprétation, de la transmission et de la réception de ces produits iconographiques. Nous développerons cette réflexion à partir d’images élaborées par les participants sur des terrains concrets.