Manuel Boutet

Maître de Conférences à l’Université Côte d’Azur, Membre du Laboratoire GREDEG

Sur Internet, la méthode ethnographique m’a amené à analyser des interfaces, examiner des traces d’usage, construire des cartographies. L’ethnographie des espaces sociaux en ligne est pour moi indissociable d’une pratique active de design, et cela tout simplement parce que déjà pour leurs participants eux-mêmes, concevoir des interfaces est une forme de réflexivité sur leur propre pratique.

Page personnelle : http://manuel.boutet.free.fr

Manon Denoun

Manon Denoun travaille sur l’articulation entre mediums, techniques et informations. Ses recherches doctorales portent sur les expressions contemporaines de la pratique du kushiripa (tradition à la croisée du geste pictural et du faire domestique d’Afrique subsaharienne) dans les villages de Makwacha (République démocratique du Congo), Sombois (RdC) et Mudenda (Zambie).

Après deux master en “Arts et Langages” (EHESS, Paris) et en “Littératures, Arts et Pensée contemporaine” (Paris VII, Paris / Sarah Lawrence College, NY, USA), elle décide de poursuivre un doctorat sur ces faires aujourd’hui pratiqués au Katanga. Ces recherches l’amènent à travailler sous la direction de Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS et elle rejoint le LAIOS en septembre 2012.

Page personnelle LAIOS : http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article404

séance 3 Roger Cornu

Le recours à l’image dans l’opéralisation des cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs.

L’exemple du travail filmique dans la récupération de la mémoire ouvrière de Port de Bouc.

A la fin de l’année 1979, le centre culturel de Port-de-Bouc lance un appel à des artistes et des chercheurs en sciences sociales pour venir collecter et mettre en forme la mémoire collective du chantier naval qui avait fermé en 1966. La fermeture s’était accompagnée d’une grève importante qui eut un écho national. Cette opération culturelle se faisait « en souvenir de demain ». La municipalité avait  en effet décidé de supprimer la friche industrielle du chantier qui se trouvait au centre de la ville pour y construire un nouveau centre ville. Participer à cette opération m’intéressait à un double titre, parce que je travaillais sur la sociologie des grèves, et parce que le travail du sociologue a toujours recours, dans le moindre des entretiens, à la mémoire, sans que l’on s’interroge sur elle. Seul parmi les sociologues, Maurice Halbwachs avait abordé ce thème dans des travaux, Les cadres sociaux de la mémoire et La mémoire collective, qui marquent un tournant dans l’histoire de la sociologie française.

L’opération de Port-de-Bouc était un terrain idéal pour confronter cette fois la théorie à un travail de mémoire autour des quatre dimensions (mémoire individuelle, mémoire collective, mémoire autobiographique et mémoire historique) dont Halbwachs est le seul à étudier les rapports. Encore fallait-il opérationnaliser la théorie pour pouvoir la confronter au terrain.

Par ailleurs, Halbwachs soulève un problème complexe. Lorsque l’on raconte un souvenir, il est difficile de retrouver l’impression du moment. Il y  a un vide  qu’il s’agit de combler. On ne peut le faire qu’à l’aide de repères sociaux, les cadres sociaux de la mémoire. D’où, pour le sociologue, un travail de repérage de ces cadres sociaux qui sont utilisés aussi bien par la mémoire individuelle que par la ou les mémoires collectives. Pour désigner et regrouper ces repères, j’ai emprunté un mot du dessinateur Fred, dans les aventures de Philémon, la mémémoire, le mot suggérant qu’il s’agit à la fois d’une mega-mémoire et d’une meta-mémoire. C’est dans cette mémémoire qu’il nous fallait puiser pour mieux approcher les mémoires individuelles et collectives.

C’est ici que l’utilisation de la vidéo va nous aider et nous permettre d’obtenir quatre documents indispensables à ce travail sur la mémoire : 1)On les appelait les sauvages ; 2) Des traces en mémoire ; 3) Nous construisions des bateaux ; 4) Le cœur d’une ville. C’est ce dernier vidéogramme qui sera présenté dans le séminaire. La vidéo joue ici un triple rôle : carnet de notes comme dans les autres films, source de questionnement avec l’utilisation des archives de la télévision, rapport de recherche, l’interprétation du sociologue se trouvant dans le montage.

séance 4 Caroline Chik

Réception de l’image et du dispositif, des jouets optiques d’animation aux premiers films projetés : spectacles individuels et collectifs.

Les dispositifs d’images que sont les jouets optiques d’animation et les premières vues cinématographiques apparaissent, ce n’est pas un hasard, en pleine révolution industrielle, ère des progrès techniques, des nouveautés technologiques, de la fascination pour le mouvement et la vitesse.

L’image sera abordée comme étant partie intégrante d’un dispositif technique et social, qu’il soit un outil de vulgarisation scientifique ou l’objet d’un spectacle populaire individuel ou collectif. Il s’agira d’aborder la question de la réception dans les dispositifs optiques d’animation au XIXe siècle et de s’interroger sur un hypothétique « passage » de ce que l’on nomme généralement, et non sans quelque danger idéologique, le « pré-cinéma » aux « premiers temps du cinéma ». La période en question s’étend de 1832, avec le phénakistiscope de Joseph Plateau et les disques stroboscopiques de Simon Stampfer, jusqu’à la fin des années 1890, celles des premières vues animées.

En nous appuyant sur les travaux du chercheur canadien André Gaudreault, nous développerons le concept d’attraction, qui permet de contourner le piège de la téléologie et du post-déterminisme en reconnaissant à la série culturelle que forment ces images animées un intérêt et des caractéristiques qui lui sont propres, indépendamment du cinéma tel qu’il est conçu aujourd’hui.

Nous étudierons l’iconographie de ces dispositifs, pour envisager l’image comme un prétexte ou, du moins, comme étant au service de l’animation ; la magie de celle-ci exerce une telle fascination sur le public qu’elle constitue à elle seule une véritable attraction populaire.

Quant à la réception de ces dispositifs par le public, non seulement nous mettrons en regard un spectacle optique individuel et un spectacle collectif en recherchant les conséquences de leurs différences, mais nous comparerons l’observateur manipulateur de jouets otiques qui s’anime en animant les images et dont le rapport œil-main procure un certain plaisir « oculo-moteur », avec le spectateur de vues animées, corporellement plus immobile, fondu dans le noir et la masse.

Caroline Chik

Auteure d’une thèse en Arts plastiques et photographie, Caroline Chik enseigne en études cinématographiques à l’Université de Picardie. Récemment boursière au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, elle a effectué également un postdoctorat au sein du Groupe de Recherche sur l’Avènement et la Formation des Institutions Cinématographique et Scénique (GRAFICS) et enseigné au Département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. Elle a publié l’ouvrage L’image paradoxale. Fixité et mouvement (Presses Universitaires du Septentrion, 2011), ainsi que plusieurs textes portant sur les relations entre photographie et jouets optiques, et entre photographie et cinéma.

Séance 5 : Précis de photographie à l’intention des sociologues – Sylvain Maresca

Précis de photographie à l’intention des sociologues
À mesure que les images deviennent une partie intégrante et essentielle de la culture des jeunes générations, dans une société elle-même envahie par les images, l’impératif se fait sentir d’entrer dans le vif du sujet en abordant les questions méthodologiques et techniques afin de donner aux étudiants de sociologie des outils pratiques pour utiliser les images avec à-propos et rigueur. D’ailleurs se multiplient au sein des universités les formations consacrées aux outils audiovisuels dans les sciences sociales, même si la plupart s’intéressent de préférence aux images animées.
Ce précis de photographie se veut avant tout pratique, utile. Il vise à montrer ce que l’on peut faire concrètement avec un appareil photo dans le cadre d’enquêtes sociologiques. À l’occasion, il fera des incursions dans d’autres sciences sociales (ethnologie, géographie…), mais aussi ponctuellement dans le domaine du film.
Nous rappellerons tout d’abord les antécédents, plus nombreux qu’on ne le pense, d’utilisation de la photographie dans les enquêtes sociologiques ou ethnographiques ; leur centre de gravité se situe largement aux États-Unis. Puis nous exposerons combien le tournant visuel qui se perçoit actuellement dans ces disciplines a besoin de guides ou de manuels concrets sur les manières de faire.
À la suite, logiquement, nous détaillerons les différents usages possibles des images en situation d’enquête en présentant de nombreux exemples pris dans les travaux existants. Nous compléterons cette partie la plus pratique du livre par une batterie de conseils techniques, tant la maîtrise de l’outil photographique nous semble indispensable pour assurer la prise de vue sur le terrain et obtenir des images de qualité.
Faire des photographies ne se réduit pas, on le verra, à une simple opération de captation du réel. Elle engage une certaine posture d’enquête. Elle fait surgir également des questions épistémologiques qui seront abordées dans une troisième partie, ainsi qu’un certain retour historique sur la démarche des sciences sociales, telle qu’elle peut être éclairée aujourd’hui grâce aux archives photographiques accumulées depuis la fin du XIXe siècle. Nous terminerons par les questions de restitution et de publication qui se révèlent souvent difficiles. Il s’agit ici, plus qu’ailleurs, de faire preuve d’imagination et probablement de miser sur les possibilités ouvertes par les outils multimédias.

 

Sylvain Maresca est sociologue, professeur à l’Université de Nantes, chercheur au Centre nantais de sociologie (CENS) et chercheur associé au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (LHIVIC, EHESS, Paris). Ses recherches portent sur :

1.  l’économie sociale du portrait photographique – pris entre les intentions, souvent contradictoires, du sujet et du photographe ;
2.  les conditions sociales de production des photographies de presse, dans le souci d’explorer les rapports entre le réel et ses représentations ;
3.  les usages et pratiques des images dans les sciences sociales.

séance 9 Mathieu Triclot

Pour une phénoménographie du jeu vidéo

Cette communication présentera les résultats d’une recherche en cours sur l’analyse des pratiques des joueurs de jeu vidéo en France (ANR Ludespace, 2011-2014). Le matériau de l’enquête est  constitué de situations de jeu filmées selon une méthodologie issue de la linguistique interactionnelle, qui s’attache à modifier le moins possible les conditions de la pratique ordinaire. Chaque session est ainsi saisie au moyen de plusieurs caméras, positionnées par les protagonistes eux-mêmes dans leur environnement familier : sur le ou les joueurs, sur l’écran, sur l’activité des mains. Les situations filmées reflètent la diversité des modes de pratique : seul ou à plusieurs, au salon ou dans le bureau, dans l’espace domestique ou à l’extérieur, sur dispositifs mobiles, etc.

 

Cette recherche interroge le rapport à l’image dans l’enquête sous deux formes. Le matériau filmique premier est lui-même élaboré : synchronisation des vues en une seule image, timelines et recodage des interactions verbales. L’intérêt de ce premier matériau est de confronter le chercheur à des modes d’engagement faibles, qui contrastent avec la description ordinaire des jeux vidéo en termes d’immersion, d’engagement, voire de fascination. Loin d’illustrer un savoir préalable, ce matériau filmique interroge le décalage entre ce qui est saisi sur la durée d’une session et ce qui peut en être verbalisé, notamment en entretiens. C’est toute la question de la manière dont les acteurs constituent le sens de leur activité qui est posée par cet écart entre le linguistique et le filmique.

 

La question de l’image intervient ensuite, à un second niveau, non plus sous la forme du matériau filmique premier, mais sous celle de son recodage. Pour extraire de la signification de ce matériau en apparence extrêmement pauvre en moments signifiants, et respecter cette insignifiance même, nous faisons usage des instruments « phénoménographiques » élaborés par Albert Piette (L’acte d’exister, une phénoménographie de la présence). L’analyse des « modes de présence », la notion d’ « homme minimal », l’insistance sur les « engagements faibles » en deçà des constructions de sens correspondent en effet particulièrement bien au matériau étudié. Les situations filmées sont ainsi recodées en utilisant le graphe de Piette, lui-même considérablement modifié pour l’adapter à ce nouvel usage : saisie temporelle plutôt que simultanée, redéfinition des catégories, choix d’un cadre plus serré pour l’activité. Ce travail phénoménographique fait apparaître les transitions entre différents modes d’engagement et de présence au sein des situations étudiées.

 

Ce recodage graphique d’un matériau filmique poursuit le projet, amorcé dans Philosophie des jeux vidéo, de passer d’une analyse du jeu en tant que game, dispositif d’objet ou système de règles, à une analyse du play, des joueurs engagés dans leur activité et des affects qui s’y produisent. L’attention portée aux transferts de mouvement entre les différents « corps du jeu vidéo », sur le modèle des analyses de Raymond Bellour en théorie du cinéma (Le corps du cinéma), vise à faire apparaître des formes d’émotions, de nature rythmique, qui ne se laissent appréhender par les catégories de haut rang de la psychologie : en deçà des rapports à la fiction, aux personnages, aux représentations, que ces dernières peuvent saisir. Au plus près de l’enquête et de ses matériaux, de son recodage, il y a ici place pour un travail de nature philosophique, qui interroge les données de base de la sensation. Les jeux vidéo fournissent un objet de choix pour une telle esthétique minimale dans la mesure où ils offrent prise, par leur nature numérique, à des possibilités d’objectivation qui ne se présentent aussi aisément pas pour les autres formes culturelles.

séance 8 Milton Guran

Bricolage de la mémoire: sources orales et visuelles dans la construction de l’identité agouda au Bénin et au Togo

Cette séance présente une recherche sur les agoudas développée depuis 1994 au Bénin et au Togo, en Afrique Occidentale. L’usage des sources orales est ici mis en valeur comme moyen de constitution d’un corpus documentaire portant sur les stratégies d’organisation de la mémoire sociale des agoudas. Par ailleurs, l’emploi de la photographie, comme un outil de recherche, est également valorisé pour l’étude des formes de représentation de cette identité sociale. Cet expose est largement basé sur une recherche de terrain effectuée en 2010, au cours de laquelle des enregistrements audiovisuels et des photographies (basés sur l’étude de ces processus de remémorisation) ont été produit.

Milton Guran est photographe et docteur en Anthropologie (EHESS, 1996), M.S. en Sciences de la Communication (Université de Brasilia, 1991). Professeur visitant du Programme de Doctorat en Histoire et chercheur au Laboratoire d’Histoire Orale et Image de l’Université Fédérale Fluminense (Rio de Janeiro). Auteur de plusieurs ouvrages, dont Agoudas – les “Brésiliens” du Bénin (La Dispute, Paris, 2010). Depuis février 2011, membre du Comité Scientifique International du Projet La Route de l’Esclave de l’UNESCO. Il est également commissaire de nombreuses expositions et fondateur du festival FOTORIO.

 

FotoRio • Encontro Internacional de Fotografia do Rio de Janeiro

séance 7 Nathan Jurgenson

The web ethnography

1- The Will to Document: the social image and the self: how subjectivity is tied into image-based self-documentation strategies, especially since the rise of social media. How do we understand the relationship of life-for-itself and life-for-documentation? What drives this will-to-document? How
does power work within this framework? How might the document not be seen as a byproduct of
experience, but, instead, experience as a byproduct of the will-to-document? Ultimately, I’d like to
describe social media documentation as engendering a nostalgic phenomenology, an experience of
the present as always some future past.

2- Digital Dualism, Augmented Reality, and the social photo: how does photography on social
media sit in that intersection of the on and offline? How do we understand the on and offline and
relate it to images, especially since the rise of social media? Here, I want to provide a theory of
the on and offline that challenges those terms. I’d like to critique the understanding of the online
as a different world, a new reality, a separate « cyber » space. Opposed to that « digital dualism » (a
phrase i coined), I’d like to propose a more synthetic or augmented view that hold digitality and
materiality as always enmeshed, co-implicated, and co-determining. The social media photo should
be understood in this light. Further, the social photo might be the paradigmatic example of on/offline
synthesis in action.

Séance 6 : Le discours en images de l’enquête anthropologique – Jean-François Chevrier

Evans AmericanPhotographs_COUVClastres ChroniqueDesIndiensGUayaki_COUV

Le discours en images de l’enquête anthropologique. Deux   exemples : Walker  Evans, American Photographs et Pierre Clastres, Chronique des Indiens guayaki.

Nous étudierons successivement le montage séquentiel d’images dans le livre-album de Walker Evans, American Photographs (New York, 1938), et dans le cahier d’images central de l’étude ethnographique de Pierre Clastres, Chronique des Indiens guayaki (Paris, 1968, coll. « Terre Humaine »). Les deux livres n’appartiennent pas aux mêmes champs d’activité. Evans conduit  un récit, un discours descriptif en images ; il revendique un « style documentaire » pour se démarquer des normes fonctionnelles de l’information visuelle. Dans le livre de Pierre Clastres, la description passe essentiellement par l’écriture. Mais l’ensemble d’images constitue un discours parallèle. L’information visuelle est aussi une déformation du récit verbal.

Pour cette séance, nous invitons les participants à consulter les ouvrages et pages suivantes :

– Pierre Clastres, Chronique des Indiens guayaki, Plon, « Terre Humaine », 1972 : couverture et deux photographies du cahier central.
– Walker Evans : couverture de American Photographs (New York, MoMA, édition de 1938, rééditée en 1962 et en 1988) et les 3 premières images du livre. (1. License Photo Studio, New York, 1934 ; 2. Penny Picture Display, Savannah, 1936 ; 3. Faces, Pennsylvannia Town, 1936).
Jean-François Chevrier

Historien et critique d’art, Jean-François Chevrier enseigne à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris depuis 1988. Fondateur et rédacteur en chef de la revue Photographies (1982-1985), conseiller général de la Documenta X (1997), il a conçu une dizaine d’expositions internationales ; la prochaine se tiendra au musée Reina Sofia, Madrid, fin 2013-début 2014 : Formes biographiques. Construction et mythologie individuelle.

Il est l’auteur de nombreux textes et ouvrages sur les échanges entre littérature et arts visuels au XXe  siècle, sur l’histoire de la photographie, et sur l’art depuis les années 1960. Sept volumes de ses écrits sont en cours de publication aux Éditions L’Arachnéen (Paris) ; le sixième a paru en septembre 2012 : L’Hallucination artistique. De William Blake à Sigmar Polke. Sa monographie sur Jeff Wall vient de reparaître, augmentée de 2 chapitres inédits (Hazan, 2006, 2013).