séance 2 – Ioulia Podoroga

Ioulia Podoroga (Université de Genève) nous parlera du  « [Le] temps et [de] l’expérience. Sur la méthodologie de l’image chez Henri Bergson« 

Au tournant du XXe siècle la philosophie de Bergson s’impose largement en instance critique eu égard au positivisme et au dogmatisme philosophiques. Comme Husserl, il est un philosophe qui fait appel à l’expérience. Or son mérite est moins d’avoir découvert un nouvel objet pour la pensée, ce que son concept de « durée » désigne, que d’avoir réfléchi sur la façon dont on peut se l’approprier philosophiquement. Autrement dit, Bergson cherche à proposer un mode de transcription conceptuelle de l’expérience immédiate. Les caractères essentiels de cette expérience sont à transposer sur la forme même qu’adoptent les concepts philosophiques : comme l’expérience qu’ils visent, ces concepts doivent être mouvants, changeants, « souples » au point de perdre leur généralité et frôler l’immédiateté même de la vie. Sur le plan épistémologique, ces concepts relèvent alors de la sphère des images. Nous nous intéresserons donc à la manière dont Bergson utilise les images afin d’éviter de faire recours aux concepts philosophiques définis.

Nous vous invitons à (re)lire l’introduction de La pensée et le mouvant de Bergson pour cette séance.

séance 7 – Cassis Kilian

Cassis Kilian, ethnologue et enseignante à l’Université de Mayence nous parlera des « Rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites ». 

Plaçant le rythme au centre de ses recherches, elle explore les aspects corporels et émotionnels de la mondialisation à partir de la pratique artistique d’Emil Abossolo-Mbo, acteur cosmopolite, né à Yaoundé et vivant à Paris.
Le rythme, paramètre déterminant de la vie urbaine, s’avère particulièrement difficile à saisir, nécessitant d’être « à la fois dedans et dehors » (Lefebvre, 1992). Or, si la recherche médicale et l’urbanisme explorent aujourd’hui l’impact des rythmes imposés par les infrastructures au travers d’enquêtes quantitatives, il existe peu de recherches qualitatives.
Le projet « Les rythmes de l’urbanisation du monde », mené en collaboration avec Emil Abossolo Mbo et présenté au cours de la séance revient ainsi sur les dimensions existentielles, difficiles à appréhender pour l’anthropologie urbaine, qu’induit l’adoption des rythmes imposés par les infrastructures. Mettant en question les hiérarchisations  épistémologiques (Marcus, 2010), l’objectif du projet est d’élargir les concepts, les méthodes et les possibilités de représentations anthropologiques.

 

Reggio, G. (1982), Koyaanisqatsi, 35 mm, 86 min., USA: Island alive, New Cinema.

Reggio, G. (1982), Koyaanisqatsi, 35 mm, 86 min., USA: Island alive, New Cinema.

Références bibliographiques
Abossolo Mbo, E. (2013), ‘Debate at NollywoodWeek Paris: film export and translation – Final 7/7’ <https://www.youtube.com/watch?v=Ij0qqyJkcns> (30 août 2014)
Appiah, K. A. (2007), Cosmopolitanism: Ethics in a World of Strangers (New York: Norton).
Lefebvre H. (1992), Éléments de Rythmanalyse : Introduction à la connaissance des Rythmes, Paris, Syllepse.
Lefebvre, H. 2000: Writings on cities (Oxford: Blackwell).
Marcus, G. E. (2010) ‘Affinities: Fieldwork in Anthropology Today and the Ethnographic in Art-work’, dans A. Schneider and C. Wright (ed.), Between Art and Anthropology: Con-temporary Ethnographic Practice (Oxford, New York: Berg), 83-94.
Mbembe, A. (2004), ‘Aesthetics of Superfluity’, in Public Culture 16, no. 3: 373-405.

 

 

 

 

séance 6 – Katharina Fink

Katharina Fink, de la Bayreuth Academy of Advanced African Studies nous parlera de « Revolution beyond area: digital entanglements of images. »

Images hold an inherent power – much as text, they enunciate what could be, what is to come: A radically different future, an alternative kind of society – or simply‚ something else. As a figuration of ‚’Vorschein’ (Bloch), images talk radically about change and constitute an archive which is accessed by artists, political actors and ordinary people alike. Particularly in the digital age, image production is key to holding shares in the claims
around attention and visibility.
This talk will provide a conceptual outlook on images of revolutions, using ‘future’ as a lens to understand movements, their action and the performance of futures from the past by means of image activation. Focussing on case studies from Africa and beyond, a footnote on archival practices and on methodology in image research is provided.

 

 

séance 5 – Catherine Allamel-Raffin

Catherine Allamel-Raffin, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, nous parlera du

« Le statut épistémique des images au sein des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales. »

Les images scientifiques occupent de nombreuses fonctions dans le cadre d’une publication scientifique. Après avoir évoqué certaines d’entre elles, nous concentrerons notre attention sur la valeur probatoire des images scientifiques dans le cadre de publications dans les sciences de la nature et des sciences humaines et sociales.

Les exemples seront empruntés à des études de type ethnographiques que nous avons menées depuis une dizaine d’années en nanoscience et en archéologie.

 

 

séance 4 – Sylvaine Conord

Sylvaine Conord, maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheure dans l’équipe  Mosaïques, UMR LAVUE (CNRS, 7218) présentera

« La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations ».

Aborder les relations entre photographie et anthropologie sous un angle méthodologique permet de s’interroger sur l’implication du chercheur sur son terrain et des conséquences de celle-ci sur les résultats et la restitution de la recherche. Plusieurs exemples nous montrent que la relation sujets photographiés/sujet photographiant placée au cœur de l’enquête révèle des aspects du terrain insoupçonnés. Et lorsque le chercheur décide de faire participer les interviewés en les désignant comme guides durant un cheminement dans la ville, peut-il avoir la prétention de vouloir « penser avec les enquêtés » ?

séance 1 – Albert Piette

Le jeudi 8 janvier 2015 (au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle du Conseil B, de 15h à 17h 30). Albert Piette, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense nous parlera de

Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine

 

Qu’on le veuille ou non, l’image a un statut marginal en anthropologie. Les images filmées ou photographiées ne semblent constituer qu’un  plus, un « bonus ». Mais elles ne sont pas une nécessité épistémologique. La radiographie du médecin, elle, est une nécessité en vue de soigner la malade. Pensons à Malinowski partant sur le terrain, qui parfois oubliait son appareil photo, alors qu’il avait prévu de l’emporter. En anthropologie, l’image peut ne pas exister, elle peut être oubliée. Cette séance visera à réfléchir sur les raisons de cette situation. Et si une des raisons était dans une des spécificités de l’anthropologie sociale ou culturelle : avoir méconnu, dissous et oublié les hommes dans ce qu’ils ont de plus singulier : le fait d’exister ?

séance 3 – O.Godechot

Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS – Co-Directeur du MaxPo : lllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier

De loin, la démonstration quantitative semble s’énoncer sous des formes très réglées. Son enracinement scientifique dans les mathématiques donne l’impression de l’unicité des manières d’établir la preuve et de la mettre en forme pour convaincre les lecteurs. À regarder de plus près, la preuve statistique repose aussi sur des normes professionnelles très variables d’un champ à un autre, d’une discipline à l’autre ou d’un pays à l’autre. Un tableau vaut-il mieux qu’un graphique ? La statistique se résume-t-il aux astérisques marquant la significativité ? Ces questions scientifiques et rhétoriques se posent notamment dans le domaine émergeant de la science des réseaux ou des chercheurs de tradition disciplinaire et nationale très variées se côtoient et essayent – difficilement – de se lire.

Atelier d’ethnographie visuelle

AFFICHE_atelier2015-2-1

L’atelier portera sur les étapes et les modalités d’intervention de
l’iconographie dans certaines phases classiques du processus de
production des connaissances en sciences sociales, telles que la
préparation de l’enquête, l’identification de la fonction heuristique des
images, la collecte des éléments iconographique pendant le terrain et
enfin l’analyse et la restitution dans une forme visuelle des données.
Il s’agira de produire dans un temps réduit des films courts (5 à 13
mn). Vous participerez ainsi à une performance collective, de l’écriture
jusqu’à la restitution publique en passant par les dispositifs d’enquête et
la fabrication de vidéos. Cet atelier s’organisera autour de trois étapes :
1)-construction de l’objet de recherche ;
2)-collecte des images sur le terrain ;
3)-le montage comme opération de transcription et d’argumentation
conceptuelle (avec l’assistance de la cellule audiovisuelle du IIAC).
Le terrain :

Nous avons choisi cette année de travailler sur un supermarché
asiatique, Paris Store, situé dans le 13ème arrondissement de Paris.
L’équipe investira ce lieu de consommation afin d’y découvrir par
l’image les manifestations des rapports sociaux liés à l’appropriation
marchande d’objets et à leurs usages par les clients de ce magasin,
fréquenté principalement par des membres de la diaspora asiatique de
Paris. Il s’agira d’exercer une ethnographie visuelle des pratiques de
consommateurs. Celles-ci manifestent les dimensions symboliques,
identitaires et statutaires des clients exprimées dans un contexte de
globalisation et d’interaction élargie des appartenances référentielles.
Nous envisageons d’observer dans ces pratiques et discours de
consommation les permanences et les modifications, aux échelles
individuelles et collectives, des normes et catégories culturelles. La
dimension diasporique de ce supermarché permet de décrypter la
confrontation des modèles de relations sociales qu’expriment les
logiques de consommation de biens.

Une des séances préparatoires sera consacrée aux modes de
consommation de la diaspora chinoise. Intervenant : Emmanuel Ma
Mung, Directeur de recherche au Cnrs, spécialiste des migrations
chinoises,

Le terrain se déroulera du 22 au 26 juin. L’atelier est ouvert aux
étudiants de master et aux doctorants disposant d’une caméra vidéo et
ayant une très bonne connaissance de l’environnement numérique.
Les inscriptions seront closes le mercredi 8 avril 2015. Pour
s’inscrire, envoyer par email un court texte indiquant l’intérêt pour cet
atelier accompagné d’un court cv à arghyro.paouri@cnrs.fr et manon.denoun@ehess.fr