Manuel João Ramos – L’anthropologie graphique d’un acte politique

Nous aurons le plaisir d’accueillir Manuel João Ramos, anthropologue, Instituto Superior de Ciências do Travalho e da Empresa (ISCTE-IUL), Lisbonne, Portugal
le lundi 27 mars 2017 de 10h à 13h
Salle 159 – site CNRS-Pouchet,
59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Les événements collectifs ritualisés ont une dimension sensible non-négligeable, laquelle, pour les chercheurs en mission de terrain en sciences sociales, ne peut être saisie à travers l’usage exclusif des méthodes de terrain basés sur le recueil d’informations verbales et sa transcription écrite.
Cahier de terrain à la main, pour y inscrire en dessins et en mots le vu, l’entendu, l´inouï, l’insolite, les espaces, les temps, les gens, les sensations, les sentiments, les raisons de l’acte électoral du printemps 2017, est le premier défi lancé aux participants du séminaire L´enquête et ses graphies ; le deuxième étant de construire en collaboration un objet caléidoscopique issu de l’intégration des graphismes produits individuellement.
En effet, la triangulation entre les sens, la main et la pensée a le potentiel d’être un puissant outil cognitif, à condition que le travail de la main puisse se désenrouler au-delà des contraintes du format académique fondé sur le primat de l’écriture « descriptive ». L’exploration des potentialités du graphisme au terrain – incluant l’ébauche, le griffon, l’esquisse, le croquis, la cartographie, le schéma, l’annotation, le commentaire, etc. –, loin d’être un simple exercice de dilettantisme marginal à la connaissance anthropologique, doit être plutôt conçu comme un de ses plus importants fondements.
Ainsi, le probable déclenchement émotionnel à la fois individuel et collectif de tensions, aspirations et peurs pendant la période électorale qui s’avoisine en France et en particulier l’intervalle entre les deux tours du scrutin, celui du 23 avril et celui du 7 mai 2017, offre une riche opportunité pour tester les possibilités d’usage d’une sorte d’outils de recherche de terrain qui on pourrait qualifier comme graphiques.
Il faudra forcement commencer par délimiter le sens épistémologique et la valeur heuristique de ce qu’on veut exprimer par outils graphiques dans le présent contexte. L’idée que la recherche de terrain disons classique peut être complétée, voire substituée, par des méthodes visuelles laisse de côté une importante aire de possibilités de travail dans la procédure complexe et résolument subjective d’observation et interprétation de l’expérience toujours unique qui est le être là. Comment le rappelait déjà Maurice Bloch, dans son œuvre de 1998 Why We Think They Think, celle-ci est une opération cognitive largement non-verbale. Mais il faut l’admettre : il est également naïf de glorifier la transcription écrite des informations verbales comme de compter que les méthodes visuelles, c’est à dire celles fondées dans l’enregistrement d’images par le biais des appareils mécaniques ou/et digitaux, sont a priori dotés d’une force objective et une efficacité heuristique indubitable.

Le travail d’observation, d’intégration et de compréhension des dynamiques qu’offrent les interactions humaines en société à des caractéristiques, disons-le sans crainte, artisanales – au sens où on a affaire à un processus cognitif à la fois sensoriel et intellectuel, comme le souligne un autre anthropologue, Tim Ingold. Acquérir une expérience de terrain n’est pas seulement transcrire et enregistrer, le recours à l’imagination – à imager et imaginer mentalement – est une partie essentielle de la tache de construire une mémoire durable et englobante de telle expérience.

Pour l’après-midi, nous constituerons une équipe de trois ou quatre étudiants qui dédieront leurs interventions dans cet atelier à l’usage exclusif du dessin pour traiter du thème de l’atelier d’ethnographie visuelle de cette année, 2017, élection en France, politiques en France.

Marielle Macé – Le style documentaire, ou la vie qualifiée

Vendredi 10 mars 2017,
Salle Maurice et Denis Lombard, EHESS,
96 Bd Raspail de 10h à 13h.

C’est dans le prolongement de son livre récent, Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016) que Marielle Macé propose cette réflexion sur le documentaire. Il s’agira d’y défendre une idée : le documentaire est le genre, ou l’espace esthétique, qui prend pour objet frontal les formes de vie et leur mise en débat. Il ne prend évidemment pas pour objet, comme les œuvres de fiction, des vies idéales, imaginées ; mais pas non plus des vies réelles, attestées. Il a pour terrain, pour tourment même, les formes qui traversent ces existences réelles (manières d’être, façons de faire, rythmes, gestes, habitudes, éthos…), faisant émerger dans ces formes, dans leur pluralité rétive et indocile, autant d’idées de la vie, autant de chance de vie ou d’écrasement de ces chances : le documentaire (c’est ce que l’on va essayer de montrer) saisit les vies en tant qu’elles sont jouées dans des formes qui les excèdent, dans lesquelles elles risquent leurs valeurs — et dans lesquelles, à tous les sens du terme, elles « se débattent ».
 
Marielle Macé est directrice de recherche au CNRS, directrice adjointe du CRAL, et enseigne la littérature à l’EHESS et à New York University.
Parmi ses publications : Le Temps de l’essai (Belin, 2006) ; Façons de lire, manières d’être (Gallimard, 2011) ; Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016), et Sidérer, considérer. Migrants en France (Verdier, sous presse).
Suivre le séminaire :