L’axe du séminaire

L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société

Le travail d’interrogation du monde social pose toujours au chercheur la question de la transcription des données et des résultats obtenus. Les modèles canoniques privilégient l’usage de l’écriture orthographique et relèguent souvent les formes d’écritures iconographiques dans la perception sensible, l’allusif et le flou symbolique, à l’extrême opposé de la rigueur démonstrative et argumentative de l’écriture. Le recours à l‘image dans la recherche se fait alors sur un mode passif de collecte de données, de constitution de corpus. Suivant cette perspective, l’interprétation de la réalité sociale ne pourrait être exprimée que par le texte, et l’image (photographique ou filmique) ne serait qu’une preuve d’authenticité ou une illustration destinée à occuper l’œil ; elle est alors une « image-alibi ». On fait comme si le langage iconographique était inapte à la catégorisation, au classement et à la déduction analytique. Or l’image, confinée au domaine expressif et métaphorique, n’est ni identique ni opposée à l’écriture orthographique. Elle participe à la représentation, à l’interprétation et à la transmission savante du monde social ; elle contribue à la déconstruction et à la re-construction de la réalité sociale. Dans le processus de production et de diffusion des connaissances en sciences sociales, le moment de l’enquête, en particulier, est une situation de transcription idéale pour examiner le passage d’un ordre de fait à un autre et pour retracer sa fonction dans le projet scientifique. La complexification technique (informatique) des modes de figurations et des formes d’exposition iconographiques s’invite aux débats.

Le séminaire interrogera les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la figuration iconographique des données issues de l’enquête de terrain. L’étude du choix d’une forme de transcription des données, d’une graphie particulière, permet d’étudier le potentiel performatif de chacune et, lorsqu’il se porte sur l’usage de l’image, de statuer sur leur saisie suivant les règles propres aux langages iconographiques. Comment l’esthétique, le style, interviennent-ils dans la pertinence des images ? Comment, au cours de l’opération d’investigation, la forme iconographique impose-t-elle une signification ? De quelle façon peut-on envisager les modalités d’une transcription de concepts en images ? On posera ainsi non seulement le problème de l’expression et de la figuration de réalités complexes, mais aussi de l’interprétation, de la transmission et de la réception de ces produits iconographiques. Nous développerons cette réflexion à partir d’images élaborées par les participants sur des terrains concrets.

Research and Its graphics: Iconographic Figurations from Society

 In the work of interrogation of the social world, the researcher is always confronted with the issue of data transcription and results obtained. Canonical models favor the use of orthographic writing and often relegate forms of iconographic writings to sensitive perception, the allusive, and symbolic vagueness – the total opposite of the demonstrative and argumentative rigor of writing. Recourse to the image in research then occurs in a passive data-collection and corpus-formation mode. According to this perspective, interpretation of social reality may only be expressed by text, and the image (photographic or film) is thought to be merely a proof of authenticity or an illustration intended to occupy the eye, thus becoming an « alibi-image. » It is as if iconographic language were incapable of categorization, classification and analytical deduction. But the image, confined to the expressive and metaphorical field, is neither identical to nor the opposite of orthographic writing. It participates in the scholarly representation, interpretation and transmission of the social world; it contributes to the deconstruction and reconstruction of social reality. In the process of production and dissemination of knowledge in the social sciences, the time of the research, in particular, is an ideal transcription situation to examine the passing from one order of fact to another and to trace its function in the scientific project. The technical complexity (IT) of figuration modes and forms of iconographic exhibition lend themselves to discussion.

The seminar will question the terms of involvement of the image in the iconographic manufacture, processing and representation of data from field research. The study of the choice of a form of data transcription, of a particular written form, allows us to study the performative potential of each and, when it focuses on the use of the image, to decide on their entry according to the rules specific to iconographic languages. How are aesthetics and style involved in the relevance of images? During the investigative process, how does the iconographic form impose a meaning? How can we consider modalities of a transcription of concepts into images? We will thus raise not only the problem of the expression and figuration of complex realities, but also of the interpretation, transmission and reception of these iconographic products. We will develop this reflection from images produced by the participants in real field work situations.