séance 4 – Sylvaine Conord

Sylvaine Conord, maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheure dans l’équipe  Mosaïques, UMR LAVUE (CNRS, 7218) présentera

« La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations ».

Aborder les relations entre photographie et anthropologie sous un angle méthodologique permet de s’interroger sur l’implication du chercheur sur son terrain et des conséquences de celle-ci sur les résultats et la restitution de la recherche. Plusieurs exemples nous montrent que la relation sujets photographiés/sujet photographiant placée au cœur de l’enquête révèle des aspects du terrain insoupçonnés. Et lorsque le chercheur décide de faire participer les interviewés en les désignant comme guides durant un cheminement dans la ville, peut-il avoir la prétention de vouloir « penser avec les enquêtés » ?

séance 1 – Albert Piette

Le jeudi 8 janvier 2015 (au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle du Conseil B, de 15h à 17h 30). Albert Piette, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense nous parlera de

Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine

 

Qu’on le veuille ou non, l’image a un statut marginal en anthropologie. Les images filmées ou photographiées ne semblent constituer qu’un  plus, un « bonus ». Mais elles ne sont pas une nécessité épistémologique. La radiographie du médecin, elle, est une nécessité en vue de soigner la malade. Pensons à Malinowski partant sur le terrain, qui parfois oubliait son appareil photo, alors qu’il avait prévu de l’emporter. En anthropologie, l’image peut ne pas exister, elle peut être oubliée. Cette séance visera à réfléchir sur les raisons de cette situation. Et si une des raisons était dans une des spécificités de l’anthropologie sociale ou culturelle : avoir méconnu, dissous et oublié les hommes dans ce qu’ils ont de plus singulier : le fait d’exister ?

séance 3 – O.Godechot

Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS – Co-Directeur du MaxPo : lllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier

De loin, la démonstration quantitative semble s’énoncer sous des formes très réglées. Son enracinement scientifique dans les mathématiques donne l’impression de l’unicité des manières d’établir la preuve et de la mettre en forme pour convaincre les lecteurs. À regarder de plus près, la preuve statistique repose aussi sur des normes professionnelles très variables d’un champ à un autre, d’une discipline à l’autre ou d’un pays à l’autre. Un tableau vaut-il mieux qu’un graphique ? La statistique se résume-t-il aux astérisques marquant la significativité ? Ces questions scientifiques et rhétoriques se posent notamment dans le domaine émergeant de la science des réseaux ou des chercheurs de tradition disciplinaire et nationale très variées se côtoient et essayent – difficilement – de se lire.

Atelier d’ethnographie visuelle

AFFICHE_atelier2015-2-1

L’atelier portera sur les étapes et les modalités d’intervention de
l’iconographie dans certaines phases classiques du processus de
production des connaissances en sciences sociales, telles que la
préparation de l’enquête, l’identification de la fonction heuristique des
images, la collecte des éléments iconographique pendant le terrain et
enfin l’analyse et la restitution dans une forme visuelle des données.
Il s’agira de produire dans un temps réduit des films courts (5 à 13
mn). Vous participerez ainsi à une performance collective, de l’écriture
jusqu’à la restitution publique en passant par les dispositifs d’enquête et
la fabrication de vidéos. Cet atelier s’organisera autour de trois étapes :
1)-construction de l’objet de recherche ;
2)-collecte des images sur le terrain ;
3)-le montage comme opération de transcription et d’argumentation
conceptuelle (avec l’assistance de la cellule audiovisuelle du IIAC).
Le terrain :

Nous avons choisi cette année de travailler sur un supermarché
asiatique, Paris Store, situé dans le 13ème arrondissement de Paris.
L’équipe investira ce lieu de consommation afin d’y découvrir par
l’image les manifestations des rapports sociaux liés à l’appropriation
marchande d’objets et à leurs usages par les clients de ce magasin,
fréquenté principalement par des membres de la diaspora asiatique de
Paris. Il s’agira d’exercer une ethnographie visuelle des pratiques de
consommateurs. Celles-ci manifestent les dimensions symboliques,
identitaires et statutaires des clients exprimées dans un contexte de
globalisation et d’interaction élargie des appartenances référentielles.
Nous envisageons d’observer dans ces pratiques et discours de
consommation les permanences et les modifications, aux échelles
individuelles et collectives, des normes et catégories culturelles. La
dimension diasporique de ce supermarché permet de décrypter la
confrontation des modèles de relations sociales qu’expriment les
logiques de consommation de biens.

Une des séances préparatoires sera consacrée aux modes de
consommation de la diaspora chinoise. Intervenant : Emmanuel Ma
Mung, Directeur de recherche au Cnrs, spécialiste des migrations
chinoises,

Le terrain se déroulera du 22 au 26 juin. L’atelier est ouvert aux
étudiants de master et aux doctorants disposant d’une caméra vidéo et
ayant une très bonne connaissance de l’environnement numérique.
Les inscriptions seront closes le mercredi 8 avril 2015. Pour
s’inscrire, envoyer par email un court texte indiquant l’intérêt pour cet
atelier accompagné d’un court cv à arghyro.paouri@cnrs.fr et manon.denoun@ehess.fr

 

Programme 2014 – 2015

Les séances du séminaire au premier semestre de 2015 se tiendront les différents jeudi du mois, de 15h à 17h30, au bâtiment « Le France » (190 Avenue de France 75013). Les séances se tiendront principalement dans la salle 1 du France, à l’exception de certaines dates (détails ci-dessous).

 

Date Intervenant, Titre Lieu et salle
1. 08/01/2015 Albert Piette, Professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense
Membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Paris Nanterre – CNRS) 
Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine
Salle du Conseil B
2. 22/01/2015 Ioulia Podoroga (Université de Genève) Le temps et l’expérience. Sur la méthodologie de l’image chez Henri Bergson Salle 1
3. 05/02/2015 Olivier Godechot, Chargé de recherche CNRS – Co-Directeur du MaxPoIllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier. 

Salle 1

4. 05/03/2015 Sylvaine Conord, Maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense Membre du Laboratoire d’Anthropologie urbaine du CNRS (Ivry UPR34) La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations.  Salle 1
5. 19/03/2015 Catherine Allamel-Raffin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg (Unistra / IRIST) Le statut épistémique des images au sein des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales  Salle 2
6. 02/04/2015 Katharina Fink, Bayreuth Academy of Advanced African StudiesRevolution beyond area: digital entanglements of images Salle 1
7. 16/04/2015

Cassis Kilian (Department of Anthropology and African Studies / Johannes Gutenberg University Mainz)

Les rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites

Salle du Conseil A
8. 28/05/2014 Mathieu Triclot, Maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES)Pour une phénoménographie du jeu vidéo Salle 1
9. 11/06/2014 Daniel Fabre, directeur d’études à l’EHESS (LAHIC-IIAC/CNRS)Le dessin ethnographique : une enquête revisitée  Salle 3

 

 

 

 

 

Séminaire Mosaïque – Memoire des lieux, la ville en image

Séminaire Mosaïques
VENDREDI 28 MARS 2014, 10h-13h
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, bâtiment T salle 206 (2ème étage)
Mémoire des lieux. La ville en images
(Responsable Sylvaine Conord)

La séance se déroulera autour des interventions de :

– Cécile Cuny (Maîtresse de conférences, Chercheure au Lab’Urba, Université Paris Est)
« Photographier et prendre des notes: parle-t-on vraiment de la même chose? »
– Claire Lévy-Vroelant (Professeure de sociologie, Université de Paris 8 Saint-Denis, Chercheure au Centre de recherche sur l’habitat, UMR LAVUE 7218)
« La langue comme métaphore. Récits d’hôtels et de migrations »
-Sophie Didier (Maîtresse de conférences, Université Paris 13-Nord, en délégation CNRS à l’UMR LAVUE, Mosaïques)
« Home away from home: une expérience de photographie participative dans un quartier de migrants à Johannesburg. »
-Henri Desbois (Maître de conférences en géographie, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense)
« Monuments intimes : les thomassons, témoins modestes des mutations contemporaines de l’urbanité. »

L’enquêteur et ses « capteurs »

Un passage, particulièrement apprécié, en consultant les actes d’un Congrès international en 1973 Pour une anthropologie visuelle

 » Pour moi, donc, la seule manière de filmer est de marcher avec la caméra, de la conduire là où elle est le plus efficace, et d’improviser pour elle un autre type de ballet où la caméra devient aussi vivante que les hommes qu’elle filme. C’est là la première synthèse entre les théories vertoviennes du « ciné-oeil » et l’expérience de la « caméra participante » de Flaherty. Cette improvisation dynamique – que je compare souvent à l’improvisation du torero devant le toro – ici, comme là, rien n’est donné d’avance, et la suavité d’une faëna, n’est pas autre chose que l’harmonie d’un travelling marché en parfaite adéquation avec les mouvements des hommes filmés.

Ici encore, c’est une question d’entraînement, de maîtrise du corps qu’une gymnastique adéquate permet d’acquérir. Alors, au lieu d’utiliser le zoom, le caméraman réalisateur pénètre réellement dans son sujet, précède ou suit le danseur, le prêtre ou l’artisan, il n’est plus lui-même mais un « oeil mécanique » accompagné d’une « oreille électronique ». C’est cet état bizarre de transformation de la personne du cinéaste que j’ai appelé, par analogie avec les phénomènes de possession, la « ciné-transe ». »1

Adhérant entièrement à l’idée de cette gymnastique (qui ramène au système tri-partite enquêteur-graphies-geste (ou « la main »)), je trouverais bon d’expérimenter les captations des séances par Iphone…

  1. Jean Rouch « La camera et les hommes », Pour une anthropologie visuelle: recueil d’articles, Paris La Haye Paris : Mouton École des hautes études en sciences sociales, 1979, p. 63

Katrin Langewiesche

Katrin Langewiesche s’intéresse aux liens entre photographie et sciences sociales. Elle a publié avec A. Attané et F. Pourcel une étude anthropo-photographique sur la mouvance néo-rurale en France (Néo-ruraux – Vivre autrement, 2004). Cet intérêt épistémologique pour les images se poursuit sur des terrains africains où elle travaille actuellement sur des mouvements musulmans et chrétiens transnationaux qui se déploient entre l’Afrique et l’Europe. Elle a publié entre autres Mobilité religieuse. Changements religieux au Burkina Faso en 2003 et plus récemment Hors du cloître et dans le monde. Des Sœurs catholiques comme actrices transnationales dans la revue Social Sciences and Mission en 2012.

Katrin Langewiesche  page personnelle LAIOS     page personnelle Mainz

Manuel Boutet

Maître de Conférences à l’Université Côte d’Azur, Membre du Laboratoire GREDEG

Sur Internet, la méthode ethnographique m’a amené à analyser des interfaces, examiner des traces d’usage, construire des cartographies. L’ethnographie des espaces sociaux en ligne est pour moi indissociable d’une pratique active de design, et cela tout simplement parce que déjà pour leurs participants eux-mêmes, concevoir des interfaces est une forme de réflexivité sur leur propre pratique.

Page personnelle : http://manuel.boutet.free.fr

Manon Denoun

Manon Denoun travaille sur l’articulation entre mediums, techniques et informations. Ses recherches doctorales portent sur les expressions contemporaines de la pratique du kushiripa (tradition à la croisée du geste pictural et du faire domestique d’Afrique subsaharienne) dans les villages de Makwacha (République démocratique du Congo), Sombois (RdC) et Mudenda (Zambie).

Après deux master en “Arts et Langages” (EHESS, Paris) et en “Littératures, Arts et Pensée contemporaine” (Paris VII, Paris / Sarah Lawrence College, NY, USA), elle décide de poursuivre un doctorat sur ces faires aujourd’hui pratiqués au Katanga. Ces recherches l’amènent à travailler sous la direction de Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS et elle rejoint le LAIOS en septembre 2012.

Page personnelle LAIOS : http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article404

séance 3 Roger Cornu

Le recours à l’image dans l’opéralisation des cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs.

L’exemple du travail filmique dans la récupération de la mémoire ouvrière de Port de Bouc.

A la fin de l’année 1979, le centre culturel de Port-de-Bouc lance un appel à des artistes et des chercheurs en sciences sociales pour venir collecter et mettre en forme la mémoire collective du chantier naval qui avait fermé en 1966. La fermeture s’était accompagnée d’une grève importante qui eut un écho national. Cette opération culturelle se faisait « en souvenir de demain ». La municipalité avait  en effet décidé de supprimer la friche industrielle du chantier qui se trouvait au centre de la ville pour y construire un nouveau centre ville. Participer à cette opération m’intéressait à un double titre, parce que je travaillais sur la sociologie des grèves, et parce que le travail du sociologue a toujours recours, dans le moindre des entretiens, à la mémoire, sans que l’on s’interroge sur elle. Seul parmi les sociologues, Maurice Halbwachs avait abordé ce thème dans des travaux, Les cadres sociaux de la mémoire et La mémoire collective, qui marquent un tournant dans l’histoire de la sociologie française.

L’opération de Port-de-Bouc était un terrain idéal pour confronter cette fois la théorie à un travail de mémoire autour des quatre dimensions (mémoire individuelle, mémoire collective, mémoire autobiographique et mémoire historique) dont Halbwachs est le seul à étudier les rapports. Encore fallait-il opérationnaliser la théorie pour pouvoir la confronter au terrain.

Par ailleurs, Halbwachs soulève un problème complexe. Lorsque l’on raconte un souvenir, il est difficile de retrouver l’impression du moment. Il y  a un vide  qu’il s’agit de combler. On ne peut le faire qu’à l’aide de repères sociaux, les cadres sociaux de la mémoire. D’où, pour le sociologue, un travail de repérage de ces cadres sociaux qui sont utilisés aussi bien par la mémoire individuelle que par la ou les mémoires collectives. Pour désigner et regrouper ces repères, j’ai emprunté un mot du dessinateur Fred, dans les aventures de Philémon, la mémémoire, le mot suggérant qu’il s’agit à la fois d’une mega-mémoire et d’une meta-mémoire. C’est dans cette mémémoire qu’il nous fallait puiser pour mieux approcher les mémoires individuelles et collectives.

C’est ici que l’utilisation de la vidéo va nous aider et nous permettre d’obtenir quatre documents indispensables à ce travail sur la mémoire : 1)On les appelait les sauvages ; 2) Des traces en mémoire ; 3) Nous construisions des bateaux ; 4) Le cœur d’une ville. C’est ce dernier vidéogramme qui sera présenté dans le séminaire. La vidéo joue ici un triple rôle : carnet de notes comme dans les autres films, source de questionnement avec l’utilisation des archives de la télévision, rapport de recherche, l’interprétation du sociologue se trouvant dans le montage.

séance 4 Caroline Chik

Réception de l’image et du dispositif, des jouets optiques d’animation aux premiers films projetés : spectacles individuels et collectifs.

Les dispositifs d’images que sont les jouets optiques d’animation et les premières vues cinématographiques apparaissent, ce n’est pas un hasard, en pleine révolution industrielle, ère des progrès techniques, des nouveautés technologiques, de la fascination pour le mouvement et la vitesse.

L’image sera abordée comme étant partie intégrante d’un dispositif technique et social, qu’il soit un outil de vulgarisation scientifique ou l’objet d’un spectacle populaire individuel ou collectif. Il s’agira d’aborder la question de la réception dans les dispositifs optiques d’animation au XIXe siècle et de s’interroger sur un hypothétique « passage » de ce que l’on nomme généralement, et non sans quelque danger idéologique, le « pré-cinéma » aux « premiers temps du cinéma ». La période en question s’étend de 1832, avec le phénakistiscope de Joseph Plateau et les disques stroboscopiques de Simon Stampfer, jusqu’à la fin des années 1890, celles des premières vues animées.

En nous appuyant sur les travaux du chercheur canadien André Gaudreault, nous développerons le concept d’attraction, qui permet de contourner le piège de la téléologie et du post-déterminisme en reconnaissant à la série culturelle que forment ces images animées un intérêt et des caractéristiques qui lui sont propres, indépendamment du cinéma tel qu’il est conçu aujourd’hui.

Nous étudierons l’iconographie de ces dispositifs, pour envisager l’image comme un prétexte ou, du moins, comme étant au service de l’animation ; la magie de celle-ci exerce une telle fascination sur le public qu’elle constitue à elle seule une véritable attraction populaire.

Quant à la réception de ces dispositifs par le public, non seulement nous mettrons en regard un spectacle optique individuel et un spectacle collectif en recherchant les conséquences de leurs différences, mais nous comparerons l’observateur manipulateur de jouets otiques qui s’anime en animant les images et dont le rapport œil-main procure un certain plaisir « oculo-moteur », avec le spectateur de vues animées, corporellement plus immobile, fondu dans le noir et la masse.

Caroline Chik

Auteure d’une thèse en Arts plastiques et photographie, Caroline Chik enseigne en études cinématographiques à l’Université de Picardie. Récemment boursière au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, elle a effectué également un postdoctorat au sein du Groupe de Recherche sur l’Avènement et la Formation des Institutions Cinématographique et Scénique (GRAFICS) et enseigné au Département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. Elle a publié l’ouvrage L’image paradoxale. Fixité et mouvement (Presses Universitaires du Septentrion, 2011), ainsi que plusieurs textes portant sur les relations entre photographie et jouets optiques, et entre photographie et cinéma.

Séance 5 : Précis de photographie à l’intention des sociologues – Sylvain Maresca

Précis de photographie à l’intention des sociologues
À mesure que les images deviennent une partie intégrante et essentielle de la culture des jeunes générations, dans une société elle-même envahie par les images, l’impératif se fait sentir d’entrer dans le vif du sujet en abordant les questions méthodologiques et techniques afin de donner aux étudiants de sociologie des outils pratiques pour utiliser les images avec à-propos et rigueur. D’ailleurs se multiplient au sein des universités les formations consacrées aux outils audiovisuels dans les sciences sociales, même si la plupart s’intéressent de préférence aux images animées.
Ce précis de photographie se veut avant tout pratique, utile. Il vise à montrer ce que l’on peut faire concrètement avec un appareil photo dans le cadre d’enquêtes sociologiques. À l’occasion, il fera des incursions dans d’autres sciences sociales (ethnologie, géographie…), mais aussi ponctuellement dans le domaine du film.
Nous rappellerons tout d’abord les antécédents, plus nombreux qu’on ne le pense, d’utilisation de la photographie dans les enquêtes sociologiques ou ethnographiques ; leur centre de gravité se situe largement aux États-Unis. Puis nous exposerons combien le tournant visuel qui se perçoit actuellement dans ces disciplines a besoin de guides ou de manuels concrets sur les manières de faire.
À la suite, logiquement, nous détaillerons les différents usages possibles des images en situation d’enquête en présentant de nombreux exemples pris dans les travaux existants. Nous compléterons cette partie la plus pratique du livre par une batterie de conseils techniques, tant la maîtrise de l’outil photographique nous semble indispensable pour assurer la prise de vue sur le terrain et obtenir des images de qualité.
Faire des photographies ne se réduit pas, on le verra, à une simple opération de captation du réel. Elle engage une certaine posture d’enquête. Elle fait surgir également des questions épistémologiques qui seront abordées dans une troisième partie, ainsi qu’un certain retour historique sur la démarche des sciences sociales, telle qu’elle peut être éclairée aujourd’hui grâce aux archives photographiques accumulées depuis la fin du XIXe siècle. Nous terminerons par les questions de restitution et de publication qui se révèlent souvent difficiles. Il s’agit ici, plus qu’ailleurs, de faire preuve d’imagination et probablement de miser sur les possibilités ouvertes par les outils multimédias.

 

Sylvain Maresca est sociologue, professeur à l’Université de Nantes, chercheur au Centre nantais de sociologie (CENS) et chercheur associé au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (LHIVIC, EHESS, Paris). Ses recherches portent sur :

1.  l’économie sociale du portrait photographique – pris entre les intentions, souvent contradictoires, du sujet et du photographe ;
2.  les conditions sociales de production des photographies de presse, dans le souci d’explorer les rapports entre le réel et ses représentations ;
3.  les usages et pratiques des images dans les sciences sociales.

séance 9 Mathieu Triclot

Pour une phénoménographie du jeu vidéo

Cette communication présentera les résultats d’une recherche en cours sur l’analyse des pratiques des joueurs de jeu vidéo en France (ANR Ludespace, 2011-2014). Le matériau de l’enquête est  constitué de situations de jeu filmées selon une méthodologie issue de la linguistique interactionnelle, qui s’attache à modifier le moins possible les conditions de la pratique ordinaire. Chaque session est ainsi saisie au moyen de plusieurs caméras, positionnées par les protagonistes eux-mêmes dans leur environnement familier : sur le ou les joueurs, sur l’écran, sur l’activité des mains. Les situations filmées reflètent la diversité des modes de pratique : seul ou à plusieurs, au salon ou dans le bureau, dans l’espace domestique ou à l’extérieur, sur dispositifs mobiles, etc.

 

Cette recherche interroge le rapport à l’image dans l’enquête sous deux formes. Le matériau filmique premier est lui-même élaboré : synchronisation des vues en une seule image, timelines et recodage des interactions verbales. L’intérêt de ce premier matériau est de confronter le chercheur à des modes d’engagement faibles, qui contrastent avec la description ordinaire des jeux vidéo en termes d’immersion, d’engagement, voire de fascination. Loin d’illustrer un savoir préalable, ce matériau filmique interroge le décalage entre ce qui est saisi sur la durée d’une session et ce qui peut en être verbalisé, notamment en entretiens. C’est toute la question de la manière dont les acteurs constituent le sens de leur activité qui est posée par cet écart entre le linguistique et le filmique.

 

La question de l’image intervient ensuite, à un second niveau, non plus sous la forme du matériau filmique premier, mais sous celle de son recodage. Pour extraire de la signification de ce matériau en apparence extrêmement pauvre en moments signifiants, et respecter cette insignifiance même, nous faisons usage des instruments « phénoménographiques » élaborés par Albert Piette (L’acte d’exister, une phénoménographie de la présence). L’analyse des « modes de présence », la notion d’ « homme minimal », l’insistance sur les « engagements faibles » en deçà des constructions de sens correspondent en effet particulièrement bien au matériau étudié. Les situations filmées sont ainsi recodées en utilisant le graphe de Piette, lui-même considérablement modifié pour l’adapter à ce nouvel usage : saisie temporelle plutôt que simultanée, redéfinition des catégories, choix d’un cadre plus serré pour l’activité. Ce travail phénoménographique fait apparaître les transitions entre différents modes d’engagement et de présence au sein des situations étudiées.

 

Ce recodage graphique d’un matériau filmique poursuit le projet, amorcé dans Philosophie des jeux vidéo, de passer d’une analyse du jeu en tant que game, dispositif d’objet ou système de règles, à une analyse du play, des joueurs engagés dans leur activité et des affects qui s’y produisent. L’attention portée aux transferts de mouvement entre les différents « corps du jeu vidéo », sur le modèle des analyses de Raymond Bellour en théorie du cinéma (Le corps du cinéma), vise à faire apparaître des formes d’émotions, de nature rythmique, qui ne se laissent appréhender par les catégories de haut rang de la psychologie : en deçà des rapports à la fiction, aux personnages, aux représentations, que ces dernières peuvent saisir. Au plus près de l’enquête et de ses matériaux, de son recodage, il y a ici place pour un travail de nature philosophique, qui interroge les données de base de la sensation. Les jeux vidéo fournissent un objet de choix pour une telle esthétique minimale dans la mesure où ils offrent prise, par leur nature numérique, à des possibilités d’objectivation qui ne se présentent aussi aisément pas pour les autres formes culturelles.