André Gunthert – La narration visuelle, un récit invisible

La dernière séance du séminaire L’Enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société se tiendra le jeudi 8 juin 2017 au 54 Boulevard Raspail, salle AS1_24, de 15h à 17h30.

André Gunthert, maître de conférences en histoire visuelle à l’Ehess, nous parlera de :La narration visuelle, un récit invisible

Malgré les promesses d’un “visual turn”, l’analyse des formes visuelles reste un parent pauvre des sciences sociales. Pour tenter de répondre aux interrogations méthodologiques et à la dispersion des approches, il s’agira d’abord de dresser le tableau des principes théoriques qui découlent des pratiques visuelles les plus communes. Le premier constat est celui d’une sémiologie de la transparence, basée sur l’utilisation de codes sociaux, comme l’expressivité, pour lire les images, de préférence à des codes iconographiques – réponse de la production professionnelle à l’absence de formation visuelle. On peut également décrire les usages narratifs de l’image comme gouvernés par un principe synesthésique, soit le recours simultané à plusieurs canaux de communication, à la manière de l’interaction orale. La capacité des formes visuelles à favoriser des circulations entre les réseaux signifiants semble être la clé de ses usages sociaux.

Fondateur de la revue Etudes photographiques, André Gunthert est auteur de nombreuses études en histoire de la photographie, du daguerréotype à l’image visuelle. Il a publié récemment L’image partagée. La photographie numérique(Textuel, 2015).

En espérant vous y retrouver nombreux.

L’équipe du séminaire : Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri