Olivier Godechot – lllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier

De loin, la démonstration quantitative semble s’énoncer sous des formes très réglées. Son enracinement scientifique dans les mathématiques donne l’impression de l’unicité des manières d’établir la preuve et de la mettre en forme pour convaincre les lecteurs. À regarder de plus près, la preuve statistique repose aussi sur des normes professionnelles très variables d’un champ à un autre, d’une discipline à l’autre ou d’un pays à l’autre. Un tableau vaut-il mieux qu’un graphique ? La statistique se résume-t-il aux astérisques marquant la significativité ? Ces questions scientifiques et rhétoriques se posent notamment dans le domaine émergeant de la science des réseaux ou des chercheurs de tradition disciplinaire et nationale très variées se côtoient et essayent – difficilement – de se lire.

Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS – Co-Directeur du MaxPo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.