Atelier d’ethnographie visuelle – Quatrième session : séance de restitution

le mardi 29 mai 2018,

de 15h à 17h30,

Salle BS1_28 au sous sol du 54 bd Raspail, 75006 Paris

Cette séance sera consacrée à la projection des films d’étudiants réalisés lors des ateliers d’ethnographie visuelle 2018 sur le thème Scènes de ville :

– Jouer en ville, 5 min. 34, de Samuel Labbé et Jeanne Mille
– Cordes urbaines, 8 min. 25, de Jean-Pierre Colas et Elsa Pagès
– Une ville sans histoire(s), 5 min. 13, de Marine Duros et Sébastien Zerilli
– Fenêtre(s) urbaines, 10 min.,  de Shadi Abu Fakher, Yohana Benattar, Charlotte Gregoreski, Lucile Irigoyen
– Aguanilé, 7 min., de Carmen Perianes et Léo Kyriakopoulos

en présence de
Sophie Wahnich, directrice du IIAC
Frédérique Berthet, Maîtresse de conférences, UFR LAC, Université Paris Diderot-Paris 7
Marc-François Deligne, vidéaste
Thomas Guiffard, service communication UPS 2776, CNRS-Pouchet.

Elle sera suivie d’une discussion sur la façon dont chaque groupe a construit la note d’intention de son film au cours des repérages pour saisir une dimension particulière du terrain et comment celle-ci a évolué au cours de la prise de vues et du montage.

Cette séance sera suivie d’un pot amical.

En espérant le plaisir de vous y voir nombreuses et nombreux afin de clôturer cette année ensemble,

l’équipe de l’atelier : Jean-Bernard Ouédraogo, Arghyro Paouri, Jacques Lombard

Everardo Reyes – Visualisation et représentation des données visuelles

Le mardi 13 mars 2018
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris
Salle 9
Cette intervention portera sur la visualisation et représentation des données « visuelles ». À partir des corpus d’images numérisées, nous explorons des modèles de description pour ensuite les adapter à des organisations diagrammatiques, mixtes et aux fonctionnalités émergentes. Dans ce parcours, nous mettons en relation les composantes techniques des images numériques avec leurs transformations en image-interface interactives. Des exemples pratiques seront montrés et discutés.

Everardo Reyes est Maître de conférences à l'Université Paris 8 / 
Laboratoire Paragraphe. 
Ses thèmes de recherche comprennent la visualisation des données 
(data visualisation), la sémiotique visuelle, les outils numériques 
et l'art numérique. Il a récemment publié l'ouvrage
The Image-Interface: Graphical Supports for Visual Information, 
Oct 2017, Wiley-ISTE

Yolaine Escande – Comment décrire un paysage sans l’écrire ? Images vues et non vues du paysage chinois

Le mardi 13 février 2018
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris
Salle 9

La question de la définition de ce qu’est un « paysage » – quelle que soit la culture ou le lieu – est fondée sur des matériaux écrits, des textes, et construite en l’absence d’images. Pourtant le regard y joue un rôle essentiel. Au point que même les images des paysages sont conditionnées par cette conception. La séance s’interrogera sur cette contradiction, en particulier au sujet de la description et de la définition du paysage chinois, qui ne peut se limiter à l’étude de textes, le paysage constituant en Chine une véritable « culture », qualifiée de « culture des montagnes et eaux ».

Yolaine Escande est directrice de recherche au CNRS, membre du Centre 
de recherches sur les arts et le langage (CRAL, EHESS) et membre 
associé du Centre d’études de la Chine moderne et contemporaine 
(CECMC, EHESS), spécialiste de la pratique et de la théorie des arts 
graphiques chinois, calligraphie et peinture. 
Elle a traduit du chinois en français des traités fondamentaux 
de la théorie de l’art chinois sur la calligraphie et la peinture 
(Notes sur ce que j’ai vu et entendu en peinture 1994, 
Traités chinois de peinture et de calligraphie (des Han aux Sui), 
vol. 1, 2003, (les Tang et les Cinq Dynasties), vol. 2, 2010) 
et a analysé et présenté leurs principes esthétiques (L’Art en Chine, 
2001, Montagnes et eaux. La culture du shanshui, 2005 ; 
Jardins de sagesse en Chine et au Japon, 2013 ; en collaboration 
avec J.-N. Bret, Le Paysage, entre art et nature, PUR, 2017).

Pierre Déléage – Lettres mortes. Essai d’anthropologie inversée

Le mardi 9 janvier 2018
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris
Salle 9

En étudiant les conceptions amérindiennes de l’écriture occidentale, fragmentées et disséminées dans les arts graphiques, les mythes, les discours des chefs et les rituels des chamanes et des messies, on voudrait établir les coordonnées d’une anthropologie inversée, par laquelle ce serait cette fois les colons et leur culture qui seraient pris comme objets de pensée. Un tel projet met nécessairement au jour les conditions épistémologiques et politiques de toute enquête anthropologique, faisant ressortir la violence, symbolique et réelle, qui a donné dans les sociétés amérindiennes forme et valeur à la notion d’écriture.

Pierre Déléage est anthropologue. Auteur de plusieurs livres, il a 
successivement étudié la transmission des savoirs oraux, l’invention
de l’écriture et les processus d’objectivation scientifique. 
Son dernier ouvrage, La folie arctique, est paru en 2017 
aux éditions Zones sensibles.

Jean-Marie Fadier – Images non classées, le cas des « Argentypes »

Le mardi 12 décembre 2017
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris
Salle 9 

A l’heure ou nous parlons d’images en terme de flux, de nombre de « clics » ou de « likes », les problématiques de point de vue, de référent, d’indices… semblent déjà faire parti de l’histoire ancienne.  L’Argentype est au cœur de la problématique que pose ses images dites « mutantes » issues des nouvelles pratiques numérique. J’essaierai donc, avec mes modestes moyens d’artiste, de partager avec l’auditoire mon regard sur l’image, mes outils et partis pris de photographe. Relever pourquoi l’utilisation de la photo-graphie en tant que médium et l’Argentype en particulier c’est imposé comme un moyen pertinent pour exprimer la complexité de notre époque.

Artiste Photo-graphe né en 1958 à Paris, Jean-Marie Fadier débute 
la pratique de la photographie en même tant que celle de la musique 
au milieu des années soixante dix. Musicien Cabrettaïre, 
il accède au titre de Maître sonneur en 1980. En 1983, il débute 
sa carrière de photographe professionnel au cinéma en tant que second 
assistant de Rénato Berta, puis directeur de la photographie et 
réalisateur. Il est formé à la tradition argentique et diplômé de 
l’Ecole Nationale Supérieure, Louis Lumière en 1986. En 2000, 
à la recherche d’une simplicité retrouvé, il abandonne radicalement 
tout appareil de prise de vue et met aux point les procédés de création 
de ses « argentypes ». A partir de 2008, les travaux de Jean-Marie Fadier
 sont régulièrement présentés en France et à l’étranger. 
En 2012, un documentaire intitulé “Les argentypes de Jean-Marie Fadier” 
lui est consacré : http://www.iiac.cnrs.fr/rubrique36.html

Atelier d’ethnographie visuelle – Quatrième session

Au cœur du séminaire LAIOS/IIAC « L’enquête et ses graphies; figurations iconographiques d’après société » se trouve la réflexion sur les formes et les usages possibles de l’image dans le processus de production des savoirs scientifiques ; cette année encore l’atelier d’ethnographie visuelle sera adossé aux séances du séminaire afin d’éprouver par l’expérience les enjeux soulevés quant à l’efficacité iconographique dans l’exercice de la pratique scientifique. Il vous fera participer à une performance collective, de l’écriture jusqu’à la restitution publique en passant par la fabrication de vidéos.
Le thème choisi cette année sera : Scènes de ville à Paris – Ethnographie visuelle des interactions urbaines
Modèle aujourd’hui dominant des regroupements humains la ville apparaît comme un phénomène banal. De ce phénomène urbain, les sciences sociales en ont fait un objet planétaire qui s’oppose partout aux modes anciens d’existence collectives ; son développement est désormais l’indicateur central d’une modernité qui, à travers elle, standardise les comportements sociaux, uniformise les valeurs et les pratiques sociales. Les sociabilités urbaines offre cependant, partout, un grand potentiel d’invention de figures originales d’interaction humaine. Au-delà des formes de vie qu’autorisent la massification, l’anonymat et le relâchement supposé des contrôles sociaux un regard décentré permet d’appréhender des sociétés urbaines en train de se faire, de s’inventer dans le quotidien des relations citadines. Des groupes urbains s’inscrivent dans l’espace de la ville et dans le temps de la nécessité de la vie collective. Paris et ses banlieues, espaces urbains s’il en est, présentent de multiples manières de faire ensemble, de composer des identités sociales ; s’y dessinent en effet des reflets d’identités locales et sociales, inscrites dans des traditions ou « avant-garde » de formes d’association à venir, de rapports sociaux affranchis ou attachés à des inscriptions spatiales, à des régimes d’individualité aux échelles variées et/ou contradictoires, à des cohabitations inédites, à des imaginaires fabuleux et à des usages de lieux, de réseaux et de technologies. Dans ces scènes de ville, se découvrent des couches déposées par l’itinéraire historique d’une grande métropole européenne ouverte au monde.Nous souhaitons cette année porter notre attention sur ces sociabilités urbaines qui manifestent toutes les dimensions de l’interaction sociale, des formes urbaines d’appartenances sociales tout en articulant celles-ci aux les différents étages plus vastes des identités sociales nationales et internationales dans lesquelles elles s’insère. Comme l’a fait naguère Jean Rouch à la recherche des tribus parisiennes, cette ethnographie urbaine invite à exercer un regard curieux sur les modes quotidiens d’actualisation collective des relations sociales urbaines propre à Paris et à ses banlieues.

 

Gaëlle Lacaze – L’image : entre matériaux de terrain et notes de bas de page

 Le mardi 14 novembre 2017
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris 
Salle 9
Son intervention examinera la façon dont l’image (photographie et/ou film) permet de prolonger l’expérience du terrain, de travailler des « modes mineurs » des interactions observées et de restituer une partie du travail de recherche aux informateurs. Partant d’une réflexion sur l’usage de photographies, Gaëlle Lacaze a progressivement ouvert sa pratique visuelle vers le film. Elle reviendra, durant cette séance, sur les raisons d’une telle orientation et de l’apport du film au travail ethnographique.
Gaëlle Lacaze est ethnologue, professeure à l'UFR de Géographie et aménagement de 
l'Université Paris-Sorbonne (Paris 4) et membre de l’UMR 8185 Espaces, nature et culture. 
Elle est auteure notamment de quatre documentaires et d'une base de données.