Fieloux/Lombard – Un triptyque lobi (Burkina Faso) – Images pour la scénarisation de récits de vie

Nous souhaiterions faire part d’une réflexion sur les modalités de la construction de la personne et la pluralité de ses expressions, qu’elles soient verbales ou non, directes ou médiatisées, dans la société lobi du Burkina Faso. Thème qui constitue le fil conducteur des trois films d’un triptyque (1990; 2005; 2009) réalisés autour d’un « personnage », d’une histoire, d’un mode de narration, d’une scénographie particulière.

Notre travail concerne en particulier la question de l’utilisation des histoires de vie pour l’approche et la compréhension des phénomènes sociaux. Histoires de vie mises en formes aussi bien avec le texte qu’avec l’image.

Notre présentation se fera à partir d’extraits montrant les choix de construction et de réalisation cinématographique de certaines séquences. Ce travail repose sur des enquêtes de longue durée, mais aussi sur des relations d’amitié et d’empathie avec les principaux protagonistes.

 

1990  Les Mémoires de Binduté Da, film 16 mm couleur, 52′. LA SEPT, ATRIA-FILMS, CNRS. Premier prix au Festival International du film ethnographique de Manchester en 1990.

Ce film a donné lieu à un ouvrage  « Les Mémoires de Binduté Da » 1998,  coll.Anthropologie Visuelle, Editions de l’EHESS, Paris, 125p.

 

Le premier film de cette trilogie, obéit dans sa construction à la même logique que le rituel des deuxièmes funérailles lobi ou bobuùr, représentation de la vie et du destin d’un homme, non pour aboutir à une image stéréotypée, celle du rituel, image socialement et politiquement indispensable pour « construire » un ancêtre, mais pour tenter de restituer un portrait plus complexe, plus réel, s’appuyant sur les imaginaires, sur des évocations et sur des témoignages.

Cette perspective s’allie à une interrogation qui porte sur l’observation des rituels, au sens où c’est moins le rituel au plan symbolique –  dont la connaissance reste néanmoins indispensable- qui nous intéresse que la manière dont il sert concrètement de mode d’expression, dans une situation particulière, à des individus particuliers, pour une histoire donnée.

 

2005 Le voyage de Sib, 52’, CNRS-IRD. 2ème prix du film scientifique, CNRS, Nancy.

Le deuxième film porte sur les principes de construction d’autels lignagers et personnels qui permettent, selon des modalités d’expression non verbale et essentiellement plastique, de mettre en récit des parcours individuels, tout particulièrement masculins. Il s’agit d’un procédé narratif doublement médiatisé puisque les objets réunis dans les autels, matière brute ou artefacts, sont toujours entreposés, réalisés, créés, au nom d’un Autre, un tiers invisible (ancêtre…) qui apparaît dans les jeunes années de l’intéressé selon une procédure classique d’élection et par la médiation duquel la personne se construit socialement sa vie durant.

 

Ce film a été réalisé à l’occasion d’une exposition internationale d’art contemporain, « Les autels du Monde. De l’art pour s’agenouiller » Dusseldorf, 2001.  Nous avons alors voulu saisir cette occasion unique de montrer la reconstruction d’un lieu cultuel marqué par une longue histoire. Le principal protagoniste est un devin et guérisseur lobi qui a élaboré pendant une trentaine d’années (sculptures anthropomorphes, zoomorphes, agglomérats d’éléments naturels), »son propre autel », devenu un véritable lieu de projection de son vécu le plus subjectif, de ses relations aux autres et des évènements marquants de son histoire.

Le scénario s’appuyait sur l’idée suivante : si l’autel original est une forme de projection, à travers l’ensemble structuré de ses artefacts, d’une histoire particulière, l’observation de sa reconstruction, à partir de la reproduction de ces mêmes objets, ne pouvait-elle pas induire une réflexion sur cette histoire et donc sur l’autel lui-même ?


2009 « Histoire sans fin », 85’, Ird/Cnrs.  Primé au Festival de film de chercheurs, Nancy ( 6-8 mai 2010).

 

Le troisième volet de cette trilogie sur la société lobi répond à ce double objectif, rendre perceptible la logique profonde d’un mouvement féminin dans une société donnée, tout en privilégiant les éléments narratifs et explicatifs des intéressées, dialogues, chants, représentations théâtrales etc., posant ainsi la question plus générale du sujet social et de l’utilisation de l’image pour traiter ce thème. Ce film repose sur un dialogue poursuivi pendant une dizaine d’années (1999-2009) avec la responsable lobi de cette Association féminine dont la démarche nous a semblé tout à fait inédite, novatrice, puisque fondée sur la nécessité d’une prise de parole par les intéressées sur leurs expériences propres, concernant l’excision, le mariage, la dot, la violence conjugale, etc., condition d’une analyse réflexive sur la société permettant d’agir sur elle à travers de nombreuses actions. De la parole  « avec port de masques » à la parole « à visage découvert ».

Michèle Fiéloux et Jacques Lombard  Octobre 2013

 

 

 

Research and Its graphics: Iconographic Figurations from Society

 In the work of interrogation of the social world, the researcher is always confronted with the issue of data transcription and results obtained. Canonical models favor the use of orthographic writing and often relegate forms of iconographic writings to sensitive perception, the allusive, and symbolic vagueness – the total opposite of the demonstrative and argumentative rigor of writing. Recourse to the image in research then occurs in a passive data-collection and corpus-formation mode. According to this perspective, interpretation of social reality may only be expressed by text, and the image (photographic or film) is thought to be merely a proof of authenticity or an illustration intended to occupy the eye, thus becoming an « alibi-image. » It is as if iconographic language were incapable of categorization, classification and analytical deduction. But the image, confined to the expressive and metaphorical field, is neither identical to nor the opposite of orthographic writing. It participates in the scholarly representation, interpretation and transmission of the social world; it contributes to the deconstruction and reconstruction of social reality. In the process of production and dissemination of knowledge in the social sciences, the time of the research, in particular, is an ideal transcription situation to examine the passing from one order of fact to another and to trace its function in the scientific project. The technical complexity (IT) of figuration modes and forms of iconographic exhibition lend themselves to discussion.

The seminar will question the terms of involvement of the image in the iconographic manufacture, processing and representation of data from field research. The study of the choice of a form of data transcription, of a particular written form, allows us to study the performative potential of each and, when it focuses on the use of the image, to decide on their entry according to the rules specific to iconographic languages. How are aesthetics and style involved in the relevance of images? During the investigative process, how does the iconographic form impose a meaning? How can we consider modalities of a transcription of concepts into images? We will thus raise not only the problem of the expression and figuration of complex realities, but also of the interpretation, transmission and reception of these iconographic products. We will develop this reflection from images produced by the participants in real field work situations.

L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société

L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société

Le travail d’interrogation du monde social pose toujours au chercheur la question de la transcription des données et des résultats obtenus. Les modèles canoniques privilégient l’usage de l’écriture orthographique et relèguent souvent les formes d’écritures iconographiques dans la perception sensible, l’allusif et le flou symbolique, à l’extrême opposé de la rigueur démonstrative et argumentative de l’écriture. Le recours à l‘image dans la recherche se fait alors sur un mode passif de collecte de données, de constitution de corpus. Suivant cette perspective, l’interprétation de la réalité sociale ne pourrait être exprimée que par le texte, et l’image (photographique ou filmique) ne serait qu’une preuve d’authenticité ou une illustration destinée à occuper l’œil ; elle est alors une « image-alibi ». On fait comme si le langage iconographique était inapte à la catégorisation, au classement et à la déduction analytique. Or l’image, confinée au domaine expressif et métaphorique, n’est ni identique ni opposée à l’écriture orthographique. Elle participe à la représentation, à l’interprétation et à la transmission savante du monde social ; elle contribue à la déconstruction et à la re-construction de la réalité sociale. Dans le processus de production et de diffusion des connaissances en sciences sociales, le moment de l’enquête, en particulier, est une situation de transcription idéale pour examiner le passage d’un ordre de fait à un autre et pour retracer sa fonction dans le projet scientifique. La complexification technique (informatique) des modes de figurations et des formes d’exposition iconographiques s’invite aux débats.

Le séminaire interrogera les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la figuration iconographique des données issues de l’enquête de terrain. L’étude du choix d’une forme de transcription des données, d’une graphie particulière, permet d’étudier le potentiel performatif de chacune et, lorsqu’il se porte sur l’usage de l’image, de statuer sur leur saisie suivant les règles propres aux langages iconographiques. Comment l’esthétique, le style, interviennent-ils dans la pertinence des images ? Comment, au cours de l’opération d’investigation, la forme iconographique impose-t-elle une signification ? De quelle façon peut-on envisager les modalités d’une transcription de concepts en images ? On posera ainsi non seulement le problème de l’expression et de la figuration de réalités complexes, mais aussi de l’interprétation, de la transmission et de la réception de ces produits iconographiques. Nous développerons cette réflexion à partir d’images élaborées par les participants sur des terrains concrets.

G
M
T
Détecter la langue
Afrikaans
Albanais
Allemand
Anglais
Arabe
Arménien
Azéri
Basque
Bengali
Biélorusse
Birman
Bosniaque
Bulgare
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinois (Simp)
Chinois (Trad)
Cingalai
Coréen
Créole haïtien
Croate
Danois
Espagnol
Espéranto
Estonien
Finnois
Français
Galicien
Gallois
Géorgien
Goudjarati
Grec
Haoussa
Hébreu
Hindi
Hmong
Hongrois
Igbo
Indonésien
Irlandais
Islandais
Italien
Japonais
Javanais
Kannada
Kazakh
Khmer
Laotien
Latin
Letton
Lituanien
Macédonien
Malaisien
Malayalam
Malgache
Maltais
Maori
Marathi
Mongol
Néerlandais
Népalais
Norvégien
Ouzbek
Panjabi
Persan
Polonais
Portugais
Roumain
Russe
Serbe
Sesotho
Slovaque
Slovène
Somali
Soudanais
Suédois
Swahili
Tadjik
Tagalog
Tamoul
Tchèque
Telugu
Thaï
Turc
Ukrainien
Urdu
Vietnamien
Yiddish
Yorouba
Zoulou
Afrikaans
Albanais
Allemand
Anglais
Arabe
Arménien
Azéri
Basque
Bengali
Biélorusse
Birman
Bosniaque
Bulgare
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinois (Simp)
Chinois (Trad)
Cingalai
Coréen
Créole haïtien
Croate
Danois
Espagnol
Espéranto
Estonien
Finnois
Français
Galicien
Gallois
Géorgien
Goudjarati
Grec
Haoussa
Hébreu
Hindi
Hmong
Hongrois
Igbo
Indonésien
Irlandais
Islandais
Italien
Japonais
Javanais
Kannada
Kazakh
Khmer
Laotien
Latin
Letton
Lituanien
Macédonien
Malaisien
Malayalam
Malgache
Maltais
Maori
Marathi
Mongol
Néerlandais
Népalais
Norvégien
Ouzbek
Panjabi
Persan
Polonais
Portugais
Roumain
Russe
Serbe
Sesotho
Slovaque
Slovène
Somali
Soudanais
Suédois
Swahili
Tadjik
Tagalog
Tamoul
Tchèque
Telugu
Thaï
Turc
Ukrainien
Urdu
Vietnamien
Yiddish
Yorouba
Zoulou
Fonction Sound est limitée à 200 caractères