Internet et ses graphies – Journée d’étude du 10 avril 2014

Aujourd’hui, l’étude d’Internet est sans doute devenue l’une des clés pour comprendre le rôle des images dans nos cultures contemporaines.

Internet nous a habitués à la présence et à la disponibilité de matériaux iconographiques nombreux et nouveaux. La production et la diffusion des images sont d’une facilité et d’une banalité qui était inimaginable il y a encore quelques décennies. Elles sont ainsi devenues l’une des manières ordinaires de communiquer, de se présenter, de partager des moments forts, de discuter de ce que l’on aime ou non, de créer des aides mémoire, etc. Il s’agit de pratiques symboliques, dont le sens ne peut être réellement compris qu’en explorant leurs aspects les plus concrets. Or cette ethnographie pose des questions de méthode spécifiques.

L’ethnographie apparaît comme une méthode particulièrement adaptée à Internet. En effet, contrairement aux autres médias modernes, Internet laisse une place centrale à l’activité de ses usagers. La navigation de chacun y a remplacé la réception d’une programmation centralisée comme avec la télévision. Les conseils par les amis – en particulier sur les réseaux sociaux, en guident la réception et concurrencent ainsi la recommandation par la Critique professionnelle. Des groupes d’intérêt comme de pratique s’y forment, où s’échangent tout autant des images que des textes. Et enfin, l’auto-production des images – des photographies aux flux vidéo, a pris une place centrale dans le nouvel écosystème informationnel – avec des sites d’importance mondiale tels que Youtube ou Instagram. Avec les écrans et les images qu’ils affichent, c’est aussi l’activité de prise de vues qui fait désormais partie de notre ordinaire, tout comme le partage, l’échange et la retouche de ces images. Des rituels familiaux comme ceux de l’album photo ou de la galerie de portrait ont été bouleversés. Des pratiques personnelles comme celle du journal intime ont pris des formes à la fois plus imagées et plus publiques avec des blogs qui mobilisent la photographie et la vidéo. Autrement dit, Internet supporte un ensemble de pratiques symboliques qui, si elles appellent sans doute une analyse formelle des contenus et des sites, demandent aussi pour être comprises une attention aux activités concrètes de leurs usagers.

Le défi pour l’ethnographie est alors de savoir suivre les internautes et leurs images. Or le défi n’est pas simplement technique. Les stratégies d’enquête à construire aujourd’hui font face à des logiques culturelles qui doivent être reconnues en tant que telles. Par exemple, comment prendre en compte les formes renouvelées que prend aujourd’hui l’écriture graphique ? Les images produites et diffusées sur Internet sont très souvent « réalistes », conditionnant leur sens à une logique de « documentation ». Ainsi les identités individuelles et collectives sont travaillées à partir de circonstances et d’expériences concrètes plutôt que de métaphores ou d’allégories. Ce Réalisme affiché ne va pas toutefois sans cadrages ni retouches. De plus, les images apparaissent désormais dans un cadre plus compliqué que celui du tableau ou de l’album. En effet, les sites web et les réseaux sociaux ont leurs propres interfaces et leurs algorithmes, c’est-à-dire leurs manières propres de présenter les collections, de faciliter la diffusion des images aussi bien que d’en restreindre l’accès. Algorithmes et interfaces contribuent à façonner les pratiques graphiques contemporaines et leur sens. Enfin, Internet permet aux individus et aux collectifs de s’affranchir, au moins partiellement, des contraintes géographiques. Aussi suivre la circulation des images et la circulation parmi les images, mais aussi les frontières qui s’y reconstituent, est une voie pour comprendre les contours que prennent les identités contemporaines.

Nous proposons d’explorer en particulier quatre questions parmi celles ouvertes par l’ethnographie du web :

 – La vie augmentée

La « documentation de soi » que permet aujourd’hui Internet n’est pas seulement une archive, elle est aussi l’un des éléments qui viennent informer nos décisions quotidiennes. Ainsi informées, nos vies se déroulent-elles désormais dans une « réalité augmentée » ?

 – Les territoires des identités

Lorsque les symboles et les souvenirs peuvent s’affranchir des limites du lieu géographique, quels sont les nouveaux contours des identités collectives ?

– Les politiques d’accès

L’accès aux images et leurs circulations font l’objet désormais de nombreux filtres techniques qui sélectionnent des audiences tout autant qu’ils définissent des voies de circulation : quelles nouvelles frontières se dessinent là entre intimité et publicité ?

 – Les images du réseau

Quelles images permettent aujourd’hui à l’enquêteur de rendre compte des nouveaux territoires sociaux et symboliques en ligne ?

 

 

Programme 2013/2014

 

Date

 

Intervenant, Titre

 

Lieu et salle

28.11.2013 Michèle Fiéloux et Jacques Lombard, anthropologues et cinéastes, CNRS, IRD.Un triptyque lobi (Burkina Faso) : Images pour la scénarisation de récits de vie.(avec projection de séquences) Ehess,
France Salle 2
15H-17H30
9.01.2014 Ralf Marsault, anthropologue, photographe et membre du Centre d’ethnologie et de l’Image (Phanie).Vers une image-temps de la restitution. EHESS, France Salle du Conseil B, R-1
15H-17H30
23.01.2014 Roger Cornu, sociologue, CNRS. Le recours à l’image dans l’opéralisation des cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs. L’exemple du travail filmique dans la récupération de la mémoire ouvrière de Port de Bouc. (avec projection de séquences). EHESS,
France Salle 2
15H-17H30
13.02.2014 Caroline Chik, esthétique, sciences et technologies des arts, Université de Picardie Jules Verne (UPJV) et membre associé du groupe de recherche GRAFICS (Université de Montréal, Canada). Réception de l’image et du dispositif, des jouets optiques d’animation aux premiers films projetés : spectacles individuels et collectifs. EHESS,
96 Bvd Raspail Salle des artistes
15H-17H30
27.02.2014 Sylvain Maresca, sociologue, Université de NantesPrésentation du livre : Précis de photographie à l’usage des sociologues
27.03.2014 Jean-François Chevrier, historien, Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts et commissaire d’exposition.Le discours en images de l’enquête anthropologique. Deux exemples : Walker Evans, American Photographs et Pierre Clastres, Chronique des Indiens guayaki. EHESS,
France Salle 2
15H-17H30
10.04.2014 Nathan Jurgenson, sociologue, Université du Maryland, Etats-Unis.Ethnographie du Web :1. The Will to Document: the social image and the self. 2. Digital Dualism, Augmented Reality, and the social photo. EHESS,
France Salle 3
15H-17H30
22.05.2014 Milton Guran, anthropologue et photographe, lLABHOI – Université Fédérale Fluminense de Rio de Janeiro (Laboratoire d’Histoire Orale et Image), Brésil.  Bricolage de la mémoire: sources orales et visuelles dans la construction de l’identité agouda au Bénin et au Togo. EHESS,
France Salle 2
15H-17H30
12.06.2014 Mathieu Triclot, philosophe, Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES).Pour une phénoménographie du jeu vidéo. EHESS, France Salle 2 (à confirmer)
15H-17H30