Sylvain Maresca – Précis de photographie à l’intention des sociologues

Précis de photographie à l’intention des sociologues
À mesure que les images deviennent une partie intégrante et essentielle de la culture des jeunes générations, dans une société elle-même envahie par les images, l’impératif se fait sentir d’entrer dans le vif du sujet en abordant les questions méthodologiques et techniques afin de donner aux étudiants de sociologie des outils pratiques pour utiliser les images avec à-propos et rigueur. D’ailleurs se multiplient au sein des universités les formations consacrées aux outils audiovisuels dans les sciences sociales, même si la plupart s’intéressent de préférence aux images animées.
Ce précis de photographie se veut avant tout pratique, utile. Il vise à montrer ce que l’on peut faire concrètement avec un appareil photo dans le cadre d’enquêtes sociologiques. À l’occasion, il fera des incursions dans d’autres sciences sociales (ethnologie, géographie…), mais aussi ponctuellement dans le domaine du film.
Nous rappellerons tout d’abord les antécédents, plus nombreux qu’on ne le pense, d’utilisation de la photographie dans les enquêtes sociologiques ou ethnographiques ; leur centre de gravité se situe largement aux États-Unis. Puis nous exposerons combien le tournant visuel qui se perçoit actuellement dans ces disciplines a besoin de guides ou de manuels concrets sur les manières de faire.
À la suite, logiquement, nous détaillerons les différents usages possibles des images en situation d’enquête en présentant de nombreux exemples pris dans les travaux existants. Nous compléterons cette partie la plus pratique du livre par une batterie de conseils techniques, tant la maîtrise de l’outil photographique nous semble indispensable pour assurer la prise de vue sur le terrain et obtenir des images de qualité.
Faire des photographies ne se réduit pas, on le verra, à une simple opération de captation du réel. Elle engage une certaine posture d’enquête. Elle fait surgir également des questions épistémologiques qui seront abordées dans une troisième partie, ainsi qu’un certain retour historique sur la démarche des sciences sociales, telle qu’elle peut être éclairée aujourd’hui grâce aux archives photographiques accumulées depuis la fin du XIXe siècle. Nous terminerons par les questions de restitution et de publication qui se révèlent souvent difficiles. Il s’agit ici, plus qu’ailleurs, de faire preuve d’imagination et probablement de miser sur les possibilités ouvertes par les outils multimédias.

 

Sylvain Maresca est sociologue, professeur à l’Université de Nantes, chercheur au Centre nantais de sociologie (CENS) et chercheur associé au Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (LHIVIC, EHESS, Paris). Ses recherches portent sur :

1.  l’économie sociale du portrait photographique – pris entre les intentions, souvent contradictoires, du sujet et du photographe ;
2.  les conditions sociales de production des photographies de presse, dans le souci d’explorer les rapports entre le réel et ses représentations ;
3.  les usages et pratiques des images dans les sciences sociales.

L’enquêteur et ses « capteurs »

Un passage, particulièrement apprécié, en consultant les actes d’un Congrès international en 1973 Pour une anthropologie visuelle

 » Pour moi, donc, la seule manière de filmer est de marcher avec la caméra, de la conduire là où elle est le plus efficace, et d’improviser pour elle un autre type de ballet où la caméra devient aussi vivante que les hommes qu’elle filme. C’est là la première synthèse entre les théories vertoviennes du « ciné-oeil » et l’expérience de la « caméra participante » de Flaherty. Cette improvisation dynamique – que je compare souvent à l’improvisation du torero devant le toro – ici, comme là, rien n’est donné d’avance, et la suavité d’une faëna, n’est pas autre chose que l’harmonie d’un travelling marché en parfaite adéquation avec les mouvements des hommes filmés.

Ici encore, c’est une question d’entraînement, de maîtrise du corps qu’une gymnastique adéquate permet d’acquérir. Alors, au lieu d’utiliser le zoom, le caméraman réalisateur pénètre réellement dans son sujet, précède ou suit le danseur, le prêtre ou l’artisan, il n’est plus lui-même mais un « oeil mécanique » accompagné d’une « oreille électronique ». C’est cet état bizarre de transformation de la personne du cinéaste que j’ai appelé, par analogie avec les phénomènes de possession, la « ciné-transe ». »1

Adhérant entièrement à l’idée de cette gymnastique (qui ramène au système tri-partite enquêteur-graphies-geste (ou « la main »)), je trouverais bon d’expérimenter les captations des séances par Iphone…

  1. Jean Rouch « La camera et les hommes », Pour une anthropologie visuelle: recueil d’articles, Paris La Haye Paris : Mouton École des hautes études en sciences sociales, 1979, p. 63

Caroline Chik – Réception de l’image et du dispositif, des jouets optiques d’animation aux premiers films projetés : spectacles individuels et collectifs

Les dispositifs d’images que sont les jouets optiques d’animation et les premières vues cinématographiques apparaissent, ce n’est pas un hasard, en pleine révolution industrielle, ère des progrès techniques, des nouveautés technologiques, de la fascination pour le mouvement et la vitesse.

L’image sera abordée comme étant partie intégrante d’un dispositif technique et social, qu’il soit un outil de vulgarisation scientifique ou l’objet d’un spectacle populaire individuel ou collectif. Il s’agira d’aborder la question de la réception dans les dispositifs optiques d’animation au XIXe siècle et de s’interroger sur un hypothétique « passage » de ce que l’on nomme généralement, et non sans quelque danger idéologique, le « pré-cinéma » aux « premiers temps du cinéma ». La période en question s’étend de 1832, avec le phénakistiscope de Joseph Plateau et les disques stroboscopiques de Simon Stampfer, jusqu’à la fin des années 1890, celles des premières vues animées.

En nous appuyant sur les travaux du chercheur canadien André Gaudreault, nous développerons le concept d’attraction, qui permet de contourner le piège de la téléologie et du post-déterminisme en reconnaissant à la série culturelle que forment ces images animées un intérêt et des caractéristiques qui lui sont propres, indépendamment du cinéma tel qu’il est conçu aujourd’hui.

Nous étudierons l’iconographie de ces dispositifs, pour envisager l’image comme un prétexte ou, du moins, comme étant au service de l’animation ; la magie de celle-ci exerce une telle fascination sur le public qu’elle constitue à elle seule une véritable attraction populaire.

Quant à la réception de ces dispositifs par le public, non seulement nous mettrons en regard un spectacle optique individuel et un spectacle collectif en recherchant les conséquences de leurs différences, mais nous comparerons l’observateur manipulateur de jouets otiques qui s’anime en animant les images et dont le rapport œil-main procure un certain plaisir « oculo-moteur », avec le spectateur de vues animées, corporellement plus immobile, fondu dans le noir et la masse.

Caroline Chik
Auteure d’une thèse en Arts plastiques et photographie, 
Caroline Chik enseigne en études cinématographiques à
l’Université de Picardie. Récemment boursière au Centre 
allemand d’histoire de l’art à Paris, elle a effectué 
également un postdoctorat au sein du Groupe de Recherche 
sur l’Avènement et la Formation des Institutions 
Cinématographique et Scénique (GRAFICS) et enseigné au 
Département d’Histoire de l’art et d’études 
cinématographiques de l’Université de Montréal. 
Elle a publié l’ouvrage L’image paradoxale. 
Fixité et mouvement (Presses Universitaires du Septentrion, 
2011), ainsi que plusieurs textes portant sur les 
relations entre photographie et jouets optiques, 
et entre photographie et cinéma.

Arghyro Paouri

Arghyro Paouri a fait des études à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris et d’infographie au département Arts et Technologies de l’Image à l’Université de Paris 8. Elle a suivi le cours Postgrade en informatique technique, Visualisation scientifique et simulation graphique à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et a obtenu un D.E.A. en Esthétique et sciences de l’art de l’Université de Paris I, Panthéon – Sorbonne.

Assistante de recherche et d’enseignement à l’Université de Genève de 1989 à 1992, elle a par la suite travaillé de 1992 à 2006 à la Direction de communication de l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique). Elle a réalisé des films de visualisation et de présentation des méthodes et techniques utilisées (résultats de la recherche dans le domaine de simulation numérique et du calcul scientifique), pour un public spécialisé.

Elle a été responsable du service audiovisuel de l’UPS 2259 de 2006 à 2012 participant ainsi à la réalisation/montage d’une soixantaine de documents audio/vidéo en collaboration avec des chercheurs en ethnologie & linguistique.

Depuis mai 2012 elle est responsable de la Cellule audio/vidéo du Centre Edgar-Morin, équipe de l’IIAC (UMR 8177), ouverte à toutes les demandes des chercheurs, enseignants ou ingénieurs des équipes CNRS ou associées (recouvrant le domaine des SHS) de la région Ile-de-France, et au-delà.

Films de la recherche et des chercheurs en sciences sociales
http://www.iiac.cnrs.fr/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=36
Un web documentaire sur le projet REAL (Resilience in East African 
Landscapes)
http://webdocs-sciences-sociales.science/real/
Une production de REAL-ITN & IIAC-CNRS/EHESS, 2017
https://films-sciences-sociales.nakalona.fr/

Katrin Langewiesche

Katrin Langewiesche s’intéresse aux liens entre photographie et sciences sociales. Elle a publié avec A. Attané et F. Pourcel une étude anthropo-photographique sur la mouvance néo-rurale en France (Néo-ruraux – Vivre autrement, 2004). Cet intérêt épistémologique pour les images se poursuit sur des terrains africains où elle travaille actuellement sur des mouvements musulmans et chrétiens transnationaux qui se déploient entre l’Afrique et l’Europe. Elle a publié entre autres Mobilité religieuse. Changements religieux au Burkina Faso en 2003 et plus récemment Hors du cloître et dans le monde. Des Sœurs catholiques comme actrices transnationales dans la revue Social Sciences and Mission en 2012.

Katrin Langewiesche  page personnelle LAIOS     page personnelle Mainz