Boris Pétric – L’écriture filmique et le renouvellement épistémologique dans les sciences sociales

      Jeudi 2 mars 2017, de 15h à 17h30, au Bâtiment Le France (190 avenue de France, 75013 Paris). Salle de Conseil B (R-1)                             

A partir de sa propre expérience, Boris Pétric s’attachera à montrer à travers l’analyse de plusieurs extraits de ces films que le documentaire est une écriture au même titre qu’un texte. Le cinéma documentaire ne peut être réduit à une opération de valorisation ou de vulgarisation de la recherche. L’écriture n’est pas seulement l’étape initiale de la fabrication d’un film. Le tournage n’est pas davantage la restitution d’une enquête réalisée au préalable et le montage s’impose comme un moment décisif de l’écriture d’un film. L’écriture filmique s’élabore ainsi en plusieurs étapes où le chercheur opère tout un ensemble de choix épistémologiques (stratégie de narration, représentativité, choix éthiques et méthodologiques etc.). Le cinéma documentaire est une écriture au même titre qu’un texte pouvant renouveler les débats épistémologiques de l’approche sociologique en sociologie ou en anthropologie.

Filmographie                                                                                                                Lost in transmission, film documentaire, 76 min., Urban prod/CNRS Images, 2017.    Jours de colère, film documentaire, 82 min., VF films productions/CNRS Images. Réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2009.                                                      Le vin de la colère, film documentaire, 52 min., VF films productions/CNRS Images, France 5, réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2008.
Democracy@large, film documentaire, 52 min., Kg production/CNRS Images, Arte/RTBF, 2006. Réalisation : E.  Hamon, auteur : B. Pétric, 2006

Bibliographie récente
Where are all our sheep : Kyrgyzstan a global political Arena, New York, Berghahn Press, 2015.
On a mangé nos moutons. Kirghizstan du Berger au Biznessman, Paris, Belin, 2013.

Boris Pétric, directeur du Centre Norbert Elias à l’EHESS-Marseille, a également créé en 2015 la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales : http://centre-norbert-elias.ehess.fr/index.php?2088

Suivre le séminaire :

 


 

Clio Simon – Face au réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

Chères et Chers Collègues,

La seconde séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le jeudi 8 décembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France, métro Quai de la gare), salle 015, de 15h à 17h30.

Clio Simon est réalisatrice, diplômée du Studio national des arts contemporains du Fresnoy. Elle poursuit actuellement des collaborations avec le Fresnoy et l’Ircam – Centre Georges Pompidou. Son projet filmique en cours fait l’objet d’un séminaire pluridisciplinaire (2016/2017) qu’elle coordonne à l’EHESS, à Paris, en collaboration avec des anthropologues, des sociologues et des artistes. Clio Simon est auteure, entre autres, de courts métrages Diable écoute (2015), Camanchaca, là où les corps crient (2014), Le bruissement de la parole (2013) et de performances: Droit contre le mur (2016), A l’origine de la parole. 1° Le Cri (2015), de Valores/ De Valparaiso à Paris (2011). Clio Simon présentera une intervention intitulée :

Face au Réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

A partir des vues de Mallarmé, de Jean Vigo, de Duchamp et de Jean-François Lyotard nous questionneront ce qu’est une oeuvre d’art en prenant au sérieux les mots de Deleuze : « L’oeuvre d’art n’est pas un instrument de communication, l’oeuvre d’art n’a rien à faire avec la communication, l’oeuvre d’art ne contient strictement pas la moindre information ! En revanche, il y a une affinité fondamentale entre l’oeuvre d’art et l’acte de résistance. »

Artiste, cinéaste « du réel », je n’ai pas pour intention de documenter objectivement le monde, ni de révéler par l’image et le son une « vérité » sur ce monde. L’image n’est jamais dénuée de sens. J’évoquerai mon rapport au Réel, étroitement lié à mon rapport à l’art et au document (de la peinture hollandaise du XVII siècle à l’art minimaliste).

À travers les processus d’écritures mis en place autour de mes réalisations passées, (principalement ancrées dans le « réel » politique et social du Chili des années 2000) et à travers le projet filmique actuellement en cours d’écriture (où je me pose la question de « comment restituer la parole ? », accompagnée par deux anthropologues), j’exposerai l’état de mes réflexions qui croisent choix d’écritures, de formes et questionnement éthiques. Les questions de sens agissant sur les manières de faire, de bricoler avec l’image et le son, sachant que le choix d’un cadre, d’un mouvement de caméra, d’une durée, d’un dispositif … engage un rapport à l’autre et au monde qui nous est propre.

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe du séminaire:
Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

Suivre le séminaire

Alessandro Pignocchi – Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

Cher(e)s collègues,

La première séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le vendredi 25 novembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle 1, de 15h à 17h30.

ALESSANDRO PIGNOCCHI est chercheur en sciences cognitives et philosophie de l’art à l’Institut Jean Nicod (CNRS/ENS/EHESS. Il a publié chez Odile Jacob L’Œuvre d’art et ses intentions en 2012 et Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs en 2015. Il nous parlera de

Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

A la fin des années soixante-dix, Philippe Descola et sa femme, Anne-Christine Taylor, passèrent trois ans en compagnie de la tribu jivaro des Achuar, en Amazonie équatorienne. La fascination pour les Lances du crépuscule, le livre que Descola a tiré de son journal de terrain, m’a poussé à partir sur ses traces, quarante ans plus tard. Ma bande dessinée, Anent. Nouvelles des Indiens Jivaros, raconte la confrontation des images que j’avais construites à la lecture des textes de Philippe Descola avec ce que j’ai découvert sur place – et, bien sûr, la réalité ne s’est pas conformée au fantasme. Pour retranscrire une expérience de ce type, la bande dessinée est un medium particulièrement efficace. Mieux que la vidéo et plus aisément que le texte, elle permet de se mettre en scène et de se moquer de soi, d’obtenir une superposition entre le regard que l’on avait lorsqu’on vivait les événements au présent et celui que l’on porte sur soi avec le recul, quand vient le moment de l’écriture.

Au plaisir de vous y retrouver,
L’équipe du séminaire: Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

07-l-enquete-et-ses-graphies_25nov16 Suivre le séminaire :

Compte-rendu du séminaire 2015-2016

Organisation

– Laurent Berger, maître de conférences à l’EHESS ( LAS )
– Manuel Boutet, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis ( Hors EHESS )
– Manon Denoun, doctorante à l’EHESS ( IIAC-LAIOS )
– Katrin Langewiesche, chercheuse à l’Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg Universität (Allemagne) ( Hors EHESS )
– Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )
– Arghyro Paouri, responsable de la cellule audio/vidéo (IIAC-CEM)

Le séminaire a interrogé cette année encore les usages de l’image dans l’enquête de terrain. Les séances ont porté sur l’évolution de l’anthropologie visuelle et sur la narration par l’image vidéo, photographique et dessinée, en faisant intervenir praticiens et théoriciens de l’image. Cette réflexion théorique a été prolongée et complétée par un atelier pratique.

Séminaire

Le processus d’enquête a bien sûr été au cœur de nombreuses interventions. L’image permet en particulier des relations différentes aux enquêtés, pour qui les images sont plus accessibles que les textes (Christian Papinot, Éliane de Latour, Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand). L’image permet en effet d’exprimer différemment : objectivité et subjectivité s’y mêlent (Manuel Ramos), et le chercheur doit arbitrer entre ses capacités de langage visuel (Maria Giulia Dondero) et de représentation de la contingence propre à l’existence humaine (Albert Piette). Ces arbitrages prennent d’ailleurs un tour politique au moment de la restitution (Emmanuelle Cheyns). Faut-il alors chercher d’abord à être compris, et quelle place faire à la fidélité au terrain (Lisa Lugrin et Xavier Clément) ?

Nous avons ainsi croisés, prolongés et approfondis des réflexions entamées au cours des années précédentes, sur les questions de la preuve par l’image (Olivier Godechot, Catherine Allamel-Raffin) et du temps et du rythme (Cassis Kilian, Loulia Podoroga, Mathieu Triclot).

Atelier

Cette année, l’équipe de l’atelier a choisi de travailler sur la Goutte-d’Or, située dans le 18ème arrondissement de Paris. L’équipe et les étudiant(e)s ont investi les différents espaces de ce quartier populaire afin d’y découvrir par l’image les rencontres et interactions des multiples populations et classes sociales en présence et la façon dont s’inventent quotidiennement les relations dans les espaces privés / publics et leurs interstices.

L’atelier d’ethnographie visuelle s’est composé de trois temps forts majeurs :

1. Les séances théoriques préparatoires ayant comme objectif de familiariser les étudiant(e)s avec leur terrain et fournir les outils conceptuels pour l’en approcher et construire leur objet de recherche.

2. L’atelier ayant comme objectif de fournir les outils nécessaires afin de transcrire l’argumentation conceptuelle à l’aide de graphies visuelles et sonores et pratiquer le langage filmique, s’est déroulé en immersion, dans l’espace d’une semaine (9-13 mai 2016).

3. La restitution ayant comme objectif de présenter les films réalisés, la diversité des approches et discuter les modalités d’usage de l’image comme outil de recherche, d’exploration et de traduction en sciences sociales avec des personnalités du monde académique, l’équipe de l’atelier et le public du séminaire.

Les films des seize participants ont été projetés lors de la dernière séance du séminaire, en présence d’Elijah Anderson (Professeur de Sociologie, Yale University), de Corinne Fortier (LAS/CNRS) et Jacques Lombard (cinéaste et anthropologue), afin de croiser les regards et réfléchir ensemble sur les limites techniques, méthodes d’investigation et possibilités de l’anthropologie visuelle contemporaine.

Ioulia Podoroga – [Le] temps et [de] l’expérience. Sur la méthodologie de l’image chez Henri Bergson

Au tournant du XXe siècle la philosophie de Bergson s’impose largement en instance critique eu égard au positivisme et au dogmatisme philosophiques. Comme Husserl, il est un philosophe qui fait appel à l’expérience. Or son mérite est moins d’avoir découvert un nouvel objet pour la pensée, ce que son concept de « durée » désigne, que d’avoir réfléchi sur la façon dont on peut se l’approprier philosophiquement. Autrement dit, Bergson cherche à proposer un mode de transcription conceptuelle de l’expérience immédiate. Les caractères essentiels de cette expérience sont à transposer sur la forme même qu’adoptent les concepts philosophiques : comme l’expérience qu’ils visent, ces concepts doivent être mouvants, changeants, « souples » au point de perdre leur généralité et frôler l’immédiateté même de la vie. Sur le plan épistémologique, ces concepts relèvent alors de la sphère des images. Nous nous intéresserons donc à la manière dont Bergson utilise les images afin d’éviter de faire recours aux concepts philosophiques définis.

Nous vous invitons à (re)lire l’introduction de La pensée et le mouvant de Bergson pour cette séance.

Ioulia Podoroga (Université de Genève)

Cassis Kilian – Rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites.

nous parlera des « Rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites ». 

Plaçant le rythme au centre de ses recherches, elle explore les aspects corporels et émotionnels de la mondialisation à partir de la pratique artistique d’Emil Abossolo-Mbo, acteur cosmopolite, né à Yaoundé et vivant à Paris.
Le rythme, paramètre déterminant de la vie urbaine, s’avère particulièrement difficile à saisir, nécessitant d’être « à la fois dedans et dehors » (Lefebvre, 1992). Or, si la recherche médicale et l’urbanisme explorent aujourd’hui l’impact des rythmes imposés par les infrastructures au travers d’enquêtes quantitatives, il existe peu de recherches qualitatives.
Le projet « Les rythmes de l’urbanisation du monde », mené en collaboration avec Emil Abossolo Mbo et présenté au cours de la séance revient ainsi sur les dimensions existentielles, difficiles à appréhender pour l’anthropologie urbaine, qu’induit l’adoption des rythmes imposés par les infrastructures. Mettant en question les hiérarchisations  épistémologiques (Marcus, 2010), l’objectif du projet est d’élargir les concepts, les méthodes et les possibilités de représentations anthropologiques.

Cassis Kilian, ethnologue et enseignante à l'Université de Mayence
Reggio, G. (1982), Koyaanisqatsi, 35 mm, 86 min., USA: Island alive, New Cinema.

Reggio, G. (1982), Koyaanisqatsi, 35 mm, 86 min., USA: Island alive, New Cinema.

Références bibliographiques
 Abossolo Mbo, E. (2013), ‘Debate at NollywoodWeek Paris: film export 
and translation - Final 7/7’ 
<https://www.youtube.com/watch?v=Ij0qqyJkcns> (30 août 2014)
 Appiah, K. A. (2007), Cosmopolitanism: Ethics in a World of Strangers 
(New York: Norton).
 Lefebvre H. (1992), Éléments de Rythmanalyse : Introduction à la 
connaissance des Rythmes, Paris, Syllepse.
 Lefebvre, H. 2000: Writings on cities (Oxford: Blackwell).
 Marcus, G. E. (2010) ‘Affinities: Fieldwork in Anthropology Today 
and the Ethnographic in Art-work’, dans A. Schneider and C. Wright (ed.),
 Between Art and Anthropology: Con-temporary Ethnographic Practice 
(Oxford, New York: Berg), 83-94.
 Mbembe, A. (2004), ‘Aesthetics of Superfluity’, in Public Culture 16, 
no. 3: 373-405.

 

 

 

 

Katharina Fink – Revolution beyond area: digital entanglements of images

Images hold an inherent power – much as text, they enunciate what could be, what is to come: A radically different future, an alternative kind of society – or simply‚ something else. As a figuration of ‚’Vorschein’ (Bloch), images talk radically about change and constitute an archive which is accessed by artists, political actors and ordinary people alike. Particularly in the digital age, image production is key to holding shares in the claims
around attention and visibility.
This talk will provide a conceptual outlook on images of revolutions, using ‘future’ as a lens to understand movements, their action and the performance of futures from the past by means of image activation. Focussing on case studies from Africa and beyond, a footnote on archival practices and on methodology in image research is provided.

Katharina Fink, de la Bayreuth Academy of Advanced African Studies

 

G
M
T
Détecter la langue
Afrikaans
Albanais
Allemand
Anglais
Arabe
Arménien
Azéri
Basque
Bengali
Biélorusse
Birman
Bosniaque
Bulgare
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinois (Simp)
Chinois (Trad)
Cingalai
Coréen
Créole haïtien
Croate
Danois
Espagnol
Espéranto
Estonien
Finnois
Français
Galicien
Gallois
Géorgien
Goudjarati
Grec
Haoussa
Hébreu
Hindi
Hmong
Hongrois
Igbo
Indonésien
Irlandais
Islandais
Italien
Japonais
Javanais
Kannada
Kazakh
Khmer
Laotien
Latin
Letton
Lituanien
Macédonien
Malaisien
Malayalam
Malgache
Maltais
Maori
Marathi
Mongol
Néerlandais
Népalais
Norvégien
Ouzbek
Panjabi
Persan
Polonais
Portugais
Roumain
Russe
Serbe
Sesotho
Slovaque
Slovène
Somali
Soudanais
Suédois
Swahili
Tadjik
Tagalog
Tamoul
Tchèque
Telugu
Thaï
Turc
Ukrainien
Urdu
Vietnamien
Yiddish
Yorouba
Zoulou
Afrikaans
Albanais
Allemand
Anglais
Arabe
Arménien
Azéri
Basque
Bengali
Biélorusse
Birman
Bosniaque
Bulgare
Catalan
Cebuano
Chichewa
Chinois (Simp)
Chinois (Trad)
Cingalai
Coréen
Créole haïtien
Croate
Danois
Espagnol
Espéranto
Estonien
Finnois
Français
Galicien
Gallois
Géorgien
Goudjarati
Grec
Haoussa
Hébreu
Hindi
Hmong
Hongrois
Igbo
Indonésien
Irlandais
Islandais
Italien
Japonais
Javanais
Kannada
Kazakh
Khmer
Laotien
Latin
Letton
Lituanien
Macédonien
Malaisien
Malayalam
Malgache
Maltais
Maori
Marathi
Mongol
Néerlandais
Népalais
Norvégien
Ouzbek
Panjabi
Persan
Polonais
Portugais
Roumain
Russe
Serbe
Sesotho
Slovaque
Slovène
Somali
Soudanais
Suédois
Swahili
Tadjik
Tagalog
Tamoul
Tchèque
Telugu
Thaï
Turc
Ukrainien
Urdu
Vietnamien
Yiddish
Yorouba
Zoulou
Fonction Sound est limitée à 200 caractères

Catherine Allamel-Raffin – Le statut épistémique des images au sein des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales

Les images scientifiques occupent de nombreuses fonctions dans le cadre d’une publication scientifique. Après avoir évoqué certaines d’entre elles, nous concentrerons notre attention sur la valeur probatoire des images scientifiques dans le cadre de publications dans les sciences de la nature et des sciences humaines et sociales.

Les exemples seront empruntés à des études de type ethnographiques que nous avons menées depuis une dizaine d’années en nanoscience et en archéologie.

Catherine Allamel-Raffin, maître de conférences à l’Université de Strasbourg

 

Sylvaine Conord – La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations

Aborder les relations entre photographie et anthropologie sous un angle méthodologique permet de s’interroger sur l’implication du chercheur sur son terrain et des conséquences de celle-ci sur les résultats et la restitution de la recherche. Plusieurs exemples nous montrent que la relation sujets photographiés/sujet photographiant placée au cœur de l’enquête révèle des aspects du terrain insoupçonnés. Et lorsque le chercheur décide de faire participer les interviewés en les désignant comme guides durant un cheminement dans la ville, peut-il avoir la prétention de vouloir « penser avec les enquêtés » ?

 

Sylvaine Conord, maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheure dans l’équipe  Mosaïques, UMR LAVUE (CNRS, 7218) présentera

Albert Piette – Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine

Qu’on le veuille ou non, l’image a un statut marginal en anthropologie. Les images filmées ou photographiées ne semblent constituer qu’un  plus, un “bonus”. Mais elles ne sont pas une nécessité épistémologique. La radiographie du médecin, elle, est une nécessité en vue de soigner la malade. Pensons à Malinowski partant sur le terrain, qui parfois oubliait son appareil photo, alors qu’il avait prévu de l’emporter. En anthropologie, l’image peut ne pas exister, elle peut être oubliée. Cette séance visera à réfléchir sur les raisons de cette situation. Et si une des raisons était dans une des spécificités de l’anthropologie sociale ou culturelle : avoir méconnu, dissous et oublié les hommes dans ce qu’ils ont de plus singulier : le fait d’exister ?

 

Albert Piette, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Olivier Godechot – lllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier

De loin, la démonstration quantitative semble s’énoncer sous des formes très réglées. Son enracinement scientifique dans les mathématiques donne l’impression de l’unicité des manières d’établir la preuve et de la mettre en forme pour convaincre les lecteurs. À regarder de plus près, la preuve statistique repose aussi sur des normes professionnelles très variables d’un champ à un autre, d’une discipline à l’autre ou d’un pays à l’autre. Un tableau vaut-il mieux qu’un graphique ? La statistique se résume-t-il aux astérisques marquant la significativité ? Ces questions scientifiques et rhétoriques se posent notamment dans le domaine émergeant de la science des réseaux ou des chercheurs de tradition disciplinaire et nationale très variées se côtoient et essayent – difficilement – de se lire.

Olivier Godechot, Directeur de recherche au CNRS – Co-Directeur du MaxPo.

Atelier d’ethnographie visuelle

AFFICHE_atelier2015-2-1

L’atelier portera sur les étapes et les modalités d’intervention de
l’iconographie dans certaines phases classiques du processus de
production des connaissances en sciences sociales, telles que la
préparation de l’enquête, l’identification de la fonction heuristique des
images, la collecte des éléments iconographique pendant le terrain et
enfin l’analyse et la restitution dans une forme visuelle des données.
Il s’agira de produire dans un temps réduit des films courts (5 à 13
mn). Vous participerez ainsi à une performance collective, de l’écriture
jusqu’à la restitution publique en passant par les dispositifs d’enquête et
la fabrication de vidéos. Cet atelier s’organisera autour de trois étapes :
1)-construction de l’objet de recherche ;
2)-collecte des images sur le terrain ;
3)-le montage comme opération de transcription et d’argumentation
conceptuelle (avec l’assistance de la cellule audiovisuelle du IIAC).
Le terrain :

Nous avons choisi cette année de travailler sur un supermarché
asiatique, Paris Store, situé dans le 13ème arrondissement de Paris.
L’équipe investira ce lieu de consommation afin d’y découvrir par
l’image les manifestations des rapports sociaux liés à l’appropriation
marchande d’objets et à leurs usages par les clients de ce magasin,
fréquenté principalement par des membres de la diaspora asiatique de
Paris. Il s’agira d’exercer une ethnographie visuelle des pratiques de
consommateurs. Celles-ci manifestent les dimensions symboliques,
identitaires et statutaires des clients exprimées dans un contexte de
globalisation et d’interaction élargie des appartenances référentielles.
Nous envisageons d’observer dans ces pratiques et discours de
consommation les permanences et les modifications, aux échelles
individuelles et collectives, des normes et catégories culturelles. La
dimension diasporique de ce supermarché permet de décrypter la
confrontation des modèles de relations sociales qu’expriment les
logiques de consommation de biens.

Une des séances préparatoires sera consacrée aux modes de
consommation de la diaspora chinoise. Intervenant : Emmanuel Ma
Mung, Directeur de recherche au Cnrs, spécialiste des migrations
chinoises,

Le terrain se déroulera du 22 au 26 juin. L’atelier est ouvert aux
étudiants de master et aux doctorants disposant d’une caméra vidéo et
ayant une très bonne connaissance de l’environnement numérique.
Les inscriptions seront closes le mercredi 8 avril 2015. Pour
s’inscrire, envoyer par email un court texte indiquant l’intérêt pour cet
atelier accompagné d’un court cv à arghyro.paouri@cnrs.fr et manon.denoun@ehess.fr

 

Programme 2014 – 2015

Les séances du séminaire au premier semestre de 2015 se tiendront les différents jeudi du mois, de 15h à 17h30, au bâtiment « Le France » (190 Avenue de France 75013). Les séances se tiendront principalement dans la salle 1 du France, à l’exception de certaines dates (détails ci-dessous).

 

Date Intervenant, Titre Lieu et salle
1. 08/01/2015 Albert Piette, Professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense
Membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Paris Nanterre – CNRS) 
Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine
Salle du Conseil B
2. 22/01/2015 Ioulia Podoroga (Université de Genève) Le temps et l’expérience. Sur la méthodologie de l’image chez Henri Bergson Salle 1
3. 05/02/2015 Olivier Godechot, Chargé de recherche CNRS – Co-Directeur du MaxPoIllustrer, représenter, prouver. Usage des tableaux et des graphiques en sciences sociales quantitatives en général et en analyse des réseaux en particulier. 

Salle 1

4. 05/03/2015 Sylvaine Conord, Maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense Membre du Laboratoire d’Anthropologie urbaine du CNRS (Ivry UPR34) La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations.  Salle 1
5. 19/03/2015 Catherine Allamel-Raffin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg (Unistra / IRIST) Le statut épistémique des images au sein des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales  Salle 2
6. 02/04/2015 Katharina Fink, Bayreuth Academy of Advanced African StudiesRevolution beyond area: digital entanglements of images Salle 1
7. 16/04/2015

Cassis Kilian (Department of Anthropology and African Studies / Johannes Gutenberg University Mainz)

Les rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites

Salle du Conseil A
8. 28/05/2014 Mathieu Triclot, Maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES)Pour une phénoménographie du jeu vidéo Salle 1
9. 11/06/2014 Daniel Fabre, directeur d’études à l’EHESS (LAHIC-IIAC/CNRS)Le dessin ethnographique : une enquête revisitée  Salle 3

 

 

 

 

 

Milton Guran – Bricolage de la mémoire: sources orales et visuelles dans la construction de l’identité agouda au Bénin et au Togo

Cette séance présente une recherche sur les agoudas développée depuis 1994 au Bénin et au Togo, en Afrique Occidentale. L’usage des sources orales est ici mis en valeur comme moyen de constitution d’un corpus documentaire portant sur les stratégies d’organisation de la mémoire sociale des agoudas. Par ailleurs, l’emploi de la photographie, comme un outil de recherche, est également valorisé pour l’étude des formes de représentation de cette identité sociale. Cet expose est largement basé sur une recherche de terrain effectuée en 2010, au cours de laquelle des enregistrements audiovisuels et des photographies (basés sur l’étude de ces processus de remémorisation) ont été produit.

Milton Guran est photographe et docteur en Anthropologie (EHESS, 1996), M.S. en Sciences de la Communication (Université de Brasilia, 1991). Professeur visitant du Programme de Doctorat en Histoire et chercheur au Laboratoire d’Histoire Orale et Image de l’Université Fédérale Fluminense (Rio de Janeiro). Auteur de plusieurs ouvrages, dont Agoudas – les “Brésiliens” du Bénin (La Dispute, Paris, 2010). Depuis février 2011, membre du Comité Scientifique International du Projet La Route de l’Esclave de l’UNESCO. Il est également commissaire de nombreuses expositions et fondateur du festival FOTORIO.

 

FotoRio • Encontro Internacional de Fotografia do Rio de Janeiro