Yolaine Escande – Comment décrire un paysage sans l’écrire ? Images vues et non vues du paysage chinois

Le mardi 13 février 2018
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris
Salle 9

La question de la définition de ce qu’est un « paysage » – quelle que soit la culture ou le lieu – est fondée sur des matériaux écrits, des textes, et construite en l’absence d’images. Pourtant le regard y joue un rôle essentiel. Au point que même les images des paysages sont conditionnées par cette conception. La séance s’interrogera sur cette contradiction, en particulier au sujet de la description et de la définition du paysage chinois, qui ne peut se limiter à l’étude de textes, le paysage constituant en Chine une véritable « culture », qualifiée de « culture des montagnes et eaux ».

Yolaine Escande est directrice de recherche au CNRS, membre du Centre 
de recherches sur les arts et le langage (CRAL, EHESS) et membre 
associé du Centre d’études de la Chine moderne et contemporaine 
(CECMC, EHESS), spécialiste de la pratique et de la théorie des arts 
graphiques chinois, calligraphie et peinture. 
Elle a traduit du chinois en français des traités fondamentaux 
de la théorie de l’art chinois sur la calligraphie et la peinture 
(Notes sur ce que j’ai vu et entendu en peinture 1994, 
Traités chinois de peinture et de calligraphie (des Han aux Sui), 
vol. 1, 2003, (les Tang et les Cinq Dynasties), vol. 2, 2010) 
et a analysé et présenté leurs principes esthétiques (L’Art en Chine, 
2001, Montagnes et eaux. La culture du shanshui, 2005 ; 
Jardins de sagesse en Chine et au Japon, 2013 ; en collaboration 
avec J.-N. Bret, Le Paysage, entre art et nature, PUR, 2017).

Pierre Déléage – Lettres mortes. Essai d’anthropologie inversée

Le mardi 9 janvier 2018
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris
Salle 9

En étudiant les conceptions amérindiennes de l’écriture occidentale, fragmentées et disséminées dans les arts graphiques, les mythes, les discours des chefs et les rituels des chamanes et des messies, on voudrait établir les coordonnées d’une anthropologie inversée, par laquelle ce serait cette fois les colons et leur culture qui seraient pris comme objets de pensée. Un tel projet met nécessairement au jour les conditions épistémologiques et politiques de toute enquête anthropologique, faisant ressortir la violence, symbolique et réelle, qui a donné dans les sociétés amérindiennes forme et valeur à la notion d’écriture.

Pierre Déléage est anthropologue. Auteur de plusieurs livres, il a 
successivement étudié la transmission des savoirs oraux, l’invention
de l’écriture et les processus d’objectivation scientifique. 
Son dernier ouvrage, La folie arctique, est paru en 2017 
aux éditions Zones sensibles.