Atelier d’ethnographie visuelle – Quatrième session

Au cœur du séminaire LAIOS/IIAC « L’enquête et ses graphies; figurations iconographiques d’après société » se trouve la réflexion sur les formes et les usages possibles de l’image dans le processus de production des savoirs scientifiques ; cette année encore l’atelier d’ethnographie visuelle sera adossé aux séances du séminaire afin d’éprouver par l’expérience les enjeux soulevés quant à l’efficacité iconographique dans l’exercice de la pratique scientifique. Il vous fera participer à une performance collective, de l’écriture jusqu’à la restitution publique en passant par la fabrication de vidéos.
Le thème choisi cette année sera : Scènes de ville à Paris – Ethnographie visuelle des interactions urbaines
Modèle aujourd’hui dominant des regroupements humains la ville apparaît comme un phénomène banal. De ce phénomène urbain, les sciences sociales en ont fait un objet planétaire qui s’oppose partout aux modes anciens d’existence collectives ; son développement est désormais l’indicateur central d’une modernité qui, à travers elle, standardise les comportements sociaux, uniformise les valeurs et les pratiques sociales. Les sociabilités urbaines offre cependant, partout, un grand potentiel d’invention de figures originales d’interaction humaine. Au-delà des formes de vie qu’autorisent la massification, l’anonymat et le relâchement supposé des contrôles sociaux un regard décentré permet d’appréhender des sociétés urbaines en train de se faire, de s’inventer dans le quotidien des relations citadines. Des groupes urbains s’inscrivent dans l’espace de la ville et dans le temps de la nécessité de la vie collective. Paris et ses banlieues, espaces urbains s’il en est, présentent de multiples manières de faire ensemble, de composer des identités sociales ; s’y dessinent en effet des reflets d’identités locales et sociales, inscrites dans des traditions ou « avant-garde » de formes d’association à venir, de rapports sociaux affranchis ou attachés à des inscriptions spatiales, à des régimes d’individualité aux échelles variées et/ou contradictoires, à des cohabitations inédites, à des imaginaires fabuleux et à des usages de lieux, de réseaux et de technologies. Dans ces scènes de ville, se découvrent des couches déposées par l’itinéraire historique d’une grande métropole européenne ouverte au monde.Nous souhaitons cette année porter notre attention sur ces sociabilités urbaines qui manifestent toutes les dimensions de l’interaction sociale, des formes urbaines d’appartenances sociales tout en articulant celles-ci aux les différents étages plus vastes des identités sociales nationales et internationales dans lesquelles elles s’insère. Comme l’a fait naguère Jean Rouch à la recherche des tribus parisiennes, cette ethnographie urbaine invite à exercer un regard curieux sur les modes quotidiens d’actualisation collective des relations sociales urbaines propre à Paris et à ses banlieues.

 

Gaëlle Lacaze – L’image : entre matériaux de terrain et notes de bas de page

 Le mardi 14 novembre 2017
de 15h à 17h
105 boulevard Raspail 75006 Paris 
Salle 9
Son intervention examinera la façon dont l’image (photographie et/ou film) permet de prolonger l’expérience du terrain, de travailler des « modes mineurs » des interactions observées et de restituer une partie du travail de recherche aux informateurs. Partant d’une réflexion sur l’usage de photographies, Gaëlle Lacaze a progressivement ouvert sa pratique visuelle vers le film. Elle reviendra, durant cette séance, sur les raisons d’une telle orientation et de l’apport du film au travail ethnographique.
Gaëlle Lacaze est ethnologue, professeure à l'UFR de Géographie et aménagement de 
l'Université Paris-Sorbonne (Paris 4) et membre de l’UMR 8185 Espaces, nature et culture. 
Elle est auteure notamment de quatre documentaires et d'une base de données.

Atelier d’ethnographie visuelle (2-5 mai 2017)

Sur le thème : élections en France, politique en France les participants ont observé analysé et figuré les différentes formes électives (de définition, de représentation, de contestation du politique) qui se révèlent dans la population française, parisienne notamment, au cours de l’effervescence autour du scrutin présidentiel en 2017. Celles-ci pouvant être considérées comme révélatrices des contours et des hiérarchies de la société française contemporaine.

Visionner les films réalisés pendant l’atelier : http://www.iiac.cnrs.fr/article2944.html

Boris Pétric – L’écriture filmique et le renouvellement épistémologique dans les sciences sociales

      Jeudi 2 mars 2017, de 15h à 17h30, au Bâtiment Le France (190 avenue de France, 75013 Paris). Salle de Conseil B (R-1)                             

A partir de sa propre expérience, Boris Pétric s’attachera à montrer à travers l’analyse de plusieurs extraits de ces films que le documentaire est une écriture au même titre qu’un texte. Le cinéma documentaire ne peut être réduit à une opération de valorisation ou de vulgarisation de la recherche. L’écriture n’est pas seulement l’étape initiale de la fabrication d’un film. Le tournage n’est pas davantage la restitution d’une enquête réalisée au préalable et le montage s’impose comme un moment décisif de l’écriture d’un film. L’écriture filmique s’élabore ainsi en plusieurs étapes où le chercheur opère tout un ensemble de choix épistémologiques (stratégie de narration, représentativité, choix éthiques et méthodologiques etc.). Le cinéma documentaire est une écriture au même titre qu’un texte pouvant renouveler les débats épistémologiques de l’approche sociologique en sociologie ou en anthropologie.

Filmographie                                                                                                                Lost in transmission, film documentaire, 76 min., Urban prod/CNRS Images, 2017.    Jours de colère, film documentaire, 82 min., VF films productions/CNRS Images. Réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2009.                                                      Le vin de la colère, film documentaire, 52 min., VF films productions/CNRS Images, France 5, réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2008.
Democracy@large, film documentaire, 52 min., Kg production/CNRS Images, Arte/RTBF, 2006. Réalisation : E.  Hamon, auteur : B. Pétric, 2006

Bibliographie récente
Where are all our sheep : Kyrgyzstan a global political Arena, New York, Berghahn Press, 2015.
On a mangé nos moutons. Kirghizstan du Berger au Biznessman, Paris, Belin, 2013.

Boris Pétric, directeur du Centre Norbert Elias à l’EHESS-Marseille, a également créé en 2015 la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales : http://centre-norbert-elias.ehess.fr/index.php?2088

Suivre le séminaire :

 


 

Clio Simon – Face au réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

Chères et Chers Collègues,

La seconde séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le jeudi 8 décembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France, métro Quai de la gare), salle 015, de 15h à 17h30.

Clio Simon est réalisatrice, diplômée du Studio national des arts contemporains du Fresnoy. Elle poursuit actuellement des collaborations avec le Fresnoy et l’Ircam – Centre Georges Pompidou. Son projet filmique en cours fait l’objet d’un séminaire pluridisciplinaire (2016/2017) qu’elle coordonne à l’EHESS, à Paris, en collaboration avec des anthropologues, des sociologues et des artistes. Clio Simon est auteure, entre autres, de courts métrages Diable écoute (2015), Camanchaca, là où les corps crient (2014), Le bruissement de la parole (2013) et de performances: Droit contre le mur (2016), A l’origine de la parole. 1° Le Cri (2015), de Valores/ De Valparaiso à Paris (2011). Clio Simon présentera une intervention intitulée :

Face au Réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

A partir des vues de Mallarmé, de Jean Vigo, de Duchamp et de Jean-François Lyotard nous questionneront ce qu’est une oeuvre d’art en prenant au sérieux les mots de Deleuze : « L’oeuvre d’art n’est pas un instrument de communication, l’oeuvre d’art n’a rien à faire avec la communication, l’oeuvre d’art ne contient strictement pas la moindre information ! En revanche, il y a une affinité fondamentale entre l’oeuvre d’art et l’acte de résistance. »

Artiste, cinéaste « du réel », je n’ai pas pour intention de documenter objectivement le monde, ni de révéler par l’image et le son une « vérité » sur ce monde. L’image n’est jamais dénuée de sens. J’évoquerai mon rapport au Réel, étroitement lié à mon rapport à l’art et au document (de la peinture hollandaise du XVII siècle à l’art minimaliste).

À travers les processus d’écritures mis en place autour de mes réalisations passées, (principalement ancrées dans le « réel » politique et social du Chili des années 2000) et à travers le projet filmique actuellement en cours d’écriture (où je me pose la question de « comment restituer la parole ? », accompagnée par deux anthropologues), j’exposerai l’état de mes réflexions qui croisent choix d’écritures, de formes et questionnement éthiques. Les questions de sens agissant sur les manières de faire, de bricoler avec l’image et le son, sachant que le choix d’un cadre, d’un mouvement de caméra, d’une durée, d’un dispositif … engage un rapport à l’autre et au monde qui nous est propre.

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe du séminaire:
Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

Suivre le séminaire