Élise Lehoux (ANHIMA) – Mythologie de papier : l’infra-ordinaire de la recherche dans les cabinets des archéologues (XVIIIe – milieu XIXe siècle)

 le jeudi 31 janvier 2019
de 13h à 15h
salle 4,
105 bd Raspail 75006 Paris

Considérés jusqu’alors comme simples objets d’arts, les vestiges archéologiques commencent à être étudiés comme des témoignages de la vie matérielle et culturelle des civilisations antiques, à partir du début du XVIIIe siècle. Rassemblés dans des collections privées, ces objets ne circulent qu’à travers leurs représentations, dans des ouvrages de prestige qui témoignent autant de l’intérêt d’une collection que de la notabilité de son possesseur. Il naît ainsi la forme des « musées de papier », précurseurs des manuels d’archéologie qui se développent à la fin du XVIIIe siècle – début du XIXe siècle, alors que cette discipline s’institutionnalise progressivement en Allemagne d’abord, puis en France. Cette présentation s’attachera à retracer l’histoire de ces ouvrages et, plus particulièrement, de la place qu’y tiennent les images mythologiques, qui constituent une grande partie du répertoire figuratif de l’Antiquité.
À travers quelques exemples de traditions bibliographiques qui s’établissent alors (milieu XVIIIe – milieu XIXe siècle), nous montrerons comment les modalités d’exposition (type de gravure, illustrateurs, éditeurs) et d’interprétation des images mythologiques se transforment au cours de cette période et marquent le passage de l’antiquariat à l’archéologie dite « moderne ». Cette période se caractérise par une multiplication des possibilités et des expérimentations graphiques et peut être envisagée comme un véritable laboratoire pour l’archéologie naissante, dont les ouvrages ou les archives des archéologues conservent la trace. La mythologie y devient un champ de savoir, grâce à la multiplication de cours et de séminaires qui lui sont dédiés. L’attention à ces éléments permet de mieux comprendre l’usage scientifique des représentations dans l’histoire de l’archéologie et pose, en creux, des questions toujours actuelles sur l’objectivité ou la véracité des illustrations.

Élise Lehoux est docteure en histoire (EHESS) et chercheure 
associée à ANHIMA. Elle a notamment publié sa thèse remaniée dans le livre 
Mythologie de papier. Donner à voir l’Antiquité entre France 
et Allemagne (XVIIIe – milieu XIXe siècle) aux Éditions universitaires 
de Dijon (2018). Elle est actuellement élève conservatrice des bibliothèques 
(ENSSIB) et membre du comité de rédaction d’Images Re-vues.

Au plaisir de vous retrouver

Bien cordialement,

L’équipe du séminaire

Jacques Lombard, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouédraogo, Arghyro Paouri, Claudia Aguilera Monjaret