Noémie Oxley – Vidéos amateurs en zone de conflit : deux études de cas

La sixième séance du séminaire l’Enquête et ses graphies; figurations iconographiques d’après société (https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1746/) se tiendra le
jeudi 13 avril 2017
de 15h à 17h30
salle 255 du site CNRS-Pouchet
59-61 rue Pouchet, 75017 Paris
Noémie Oxley (EHESS-CRAL/Université Américaine de Paris)
interviendra sur les
Vidéos amateurs en zone de conflit – deux études de cas.

Cette présentation portera sur les vidéos amateurs tournées par les soldats Américains durant la seconde guerre d’Irak, entre 2005 et 2009. Ces vidéos offrent une vision spontanée et directe de l’expérience du soldat sur le front, loin des doctrines de la guerre technologique et de contre-insurrection, et des représentations et discours officiels de la guerre dans les médias traditionnels. Ces versions construisent une représentation technologique, divertissante, spectaculaire et humanitaire de la guerre excluant la mort et le corps meurtri du champ de bataille.

Je m’appuierai sur deux productions amateurs en particulier, l’une portant sur l’expérience des soldats confrontés à l’insurrection lors d’explosions de mines anti-personnelles (IED) et d’embuscades, et l’autre sur la destruction d’une mosquée par une frappe aérienne de la coalition, filmée de loin par un groupe de soldats. Je déploierai dans un premier temps le cadre méthodologique adapté à l’analyse de ces vidéos, notamment fondé sur l’iconologie et le « paradigme indiciaire » proposé par Carlo Ginzburg, qui me permet d’explorer l’expérience de guerre du soldat en partant de leurs images. Les vidéos présentées exposent le contraste entre une représentation structurée par des références constantes à d’autres images de conflits, et le compte rendu brut de leur anxiété, excitation, agressivité ou peur sur le front. Ce contraste reflète les contradictions inhérentes au rôle du soldat sur le champ de bataille à la fois technologique et virtualisé, et défini par la capacité de l’insurrection à contourner et mettre en échec les stratégies déployées par l’Armée Américaine contre elle. Les productions amateurs expriment, plus que tout, la vulnérabilité et l’impuissance des fantassins confrontés aux tactiques de l’insurrection, et ce malgré la suprématie militaire américaine.

Manuel João Ramos – L’anthropologie graphique d’un acte politique

Nous aurons le plaisir d’accueillir Manuel João Ramos, anthropologue, Instituto Superior de Ciências do Travalho e da Empresa (ISCTE-IUL), Lisbonne, Portugal
le lundi 27 mars 2017 de 10h à 13h
Salle 159 – site CNRS-Pouchet,
59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

Les événements collectifs ritualisés ont une dimension sensible non-négligeable, laquelle, pour les chercheurs en mission de terrain en sciences sociales, ne peut être saisie à travers l’usage exclusif des méthodes de terrain basés sur le recueil d’informations verbales et sa transcription écrite.
Cahier de terrain à la main, pour y inscrire en dessins et en mots le vu, l’entendu, l´inouï, l’insolite, les espaces, les temps, les gens, les sensations, les sentiments, les raisons de l’acte électoral du printemps 2017, est le premier défi lancé aux participants du séminaire L´enquête et ses graphies ; le deuxième étant de construire en collaboration un objet caléidoscopique issu de l’intégration des graphismes produits individuellement.
En effet, la triangulation entre les sens, la main et la pensée a le potentiel d’être un puissant outil cognitif, à condition que le travail de la main puisse se désenrouler au-delà des contraintes du format académique fondé sur le primat de l’écriture « descriptive ». L’exploration des potentialités du graphisme au terrain – incluant l’ébauche, le griffon, l’esquisse, le croquis, la cartographie, le schéma, l’annotation, le commentaire, etc. –, loin d’être un simple exercice de dilettantisme marginal à la connaissance anthropologique, doit être plutôt conçu comme un de ses plus importants fondements.
Ainsi, le probable déclenchement émotionnel à la fois individuel et collectif de tensions, aspirations et peurs pendant la période électorale qui s’avoisine en France et en particulier l’intervalle entre les deux tours du scrutin, celui du 23 avril et celui du 7 mai 2017, offre une riche opportunité pour tester les possibilités d’usage d’une sorte d’outils de recherche de terrain qui on pourrait qualifier comme graphiques.
Il faudra forcement commencer par délimiter le sens épistémologique et la valeur heuristique de ce qu’on veut exprimer par outils graphiques dans le présent contexte. L’idée que la recherche de terrain disons classique peut être complétée, voire substituée, par des méthodes visuelles laisse de côté une importante aire de possibilités de travail dans la procédure complexe et résolument subjective d’observation et interprétation de l’expérience toujours unique qui est le être là. Comment le rappelait déjà Maurice Bloch, dans son œuvre de 1998 Why We Think They Think, celle-ci est une opération cognitive largement non-verbale. Mais il faut l’admettre : il est également naïf de glorifier la transcription écrite des informations verbales comme de compter que les méthodes visuelles, c’est à dire celles fondées dans l’enregistrement d’images par le biais des appareils mécaniques ou/et digitaux, sont a priori dotés d’une force objective et une efficacité heuristique indubitable.

Le travail d’observation, d’intégration et de compréhension des dynamiques qu’offrent les interactions humaines en société à des caractéristiques, disons-le sans crainte, artisanales – au sens où on a affaire à un processus cognitif à la fois sensoriel et intellectuel, comme le souligne un autre anthropologue, Tim Ingold. Acquérir une expérience de terrain n’est pas seulement transcrire et enregistrer, le recours à l’imagination – à imager et imaginer mentalement – est une partie essentielle de la tache de construire une mémoire durable et englobante de telle expérience.

Pour l’après-midi, nous constituerons une équipe de trois ou quatre étudiants qui dédieront leurs interventions dans cet atelier à l’usage exclusif du dessin pour traiter du thème de l’atelier d’ethnographie visuelle de cette année, 2017, élection en France, politiques en France.

Marielle Macé – Le style documentaire, ou la vie qualifiée

Vendredi 10 mars 2017,
Salle Maurice et Denis Lombard, EHESS,
96 Bd Raspail de 10h à 13h.

C’est dans le prolongement de son livre récent, Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016) que Marielle Macé propose cette réflexion sur le documentaire. Il s’agira d’y défendre une idée : le documentaire est le genre, ou l’espace esthétique, qui prend pour objet frontal les formes de vie et leur mise en débat. Il ne prend évidemment pas pour objet, comme les œuvres de fiction, des vies idéales, imaginées ; mais pas non plus des vies réelles, attestées. Il a pour terrain, pour tourment même, les formes qui traversent ces existences réelles (manières d’être, façons de faire, rythmes, gestes, habitudes, éthos…), faisant émerger dans ces formes, dans leur pluralité rétive et indocile, autant d’idées de la vie, autant de chance de vie ou d’écrasement de ces chances : le documentaire (c’est ce que l’on va essayer de montrer) saisit les vies en tant qu’elles sont jouées dans des formes qui les excèdent, dans lesquelles elles risquent leurs valeurs — et dans lesquelles, à tous les sens du terme, elles « se débattent ».
 
Marielle Macé est directrice de recherche au CNRS, directrice adjointe du CRAL, et enseigne la littérature à l’EHESS et à New York University.
Parmi ses publications : Le Temps de l’essai (Belin, 2006) ; Façons de lire, manières d’être (Gallimard, 2011) ; Styles. Critique de nos formes de vie (Gallimard, 2016), et Sidérer, considérer. Migrants en France (Verdier, sous presse).
Suivre le séminaire :

 

Boris Pétric – L’écriture filmique et le renouvellement épistémologique dans les sciences sociales

      Jeudi 2 mars 2017, de 15h à 17h30, au Bâtiment Le France (190 avenue de France, 75013 Paris). Salle de Conseil B (R-1)                             

A partir de sa propre expérience, Boris Pétric s’attachera à montrer à travers l’analyse de plusieurs extraits de ces films que le documentaire est une écriture au même titre qu’un texte. Le cinéma documentaire ne peut être réduit à une opération de valorisation ou de vulgarisation de la recherche. L’écriture n’est pas seulement l’étape initiale de la fabrication d’un film. Le tournage n’est pas davantage la restitution d’une enquête réalisée au préalable et le montage s’impose comme un moment décisif de l’écriture d’un film. L’écriture filmique s’élabore ainsi en plusieurs étapes où le chercheur opère tout un ensemble de choix épistémologiques (stratégie de narration, représentativité, choix éthiques et méthodologiques etc.). Le cinéma documentaire est une écriture au même titre qu’un texte pouvant renouveler les débats épistémologiques de l’approche sociologique en sociologie ou en anthropologie.

Filmographie                                                                                                                Lost in transmission, film documentaire, 76 min., Urban prod/CNRS Images, 2017.    Jours de colère, film documentaire, 82 min., VF films productions/CNRS Images. Réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2009.                                                      Le vin de la colère, film documentaire, 52 min., VF films productions/CNRS Images, France 5, réalisation E. Laborie, auteurs : Pétric, Laborie, 2008.
Democracy@large, film documentaire, 52 min., Kg production/CNRS Images, Arte/RTBF, 2006. Réalisation : E.  Hamon, auteur : B. Pétric, 2006

Bibliographie récente
Where are all our sheep : Kyrgyzstan a global political Arena, New York, Berghahn Press, 2015.
On a mangé nos moutons. Kirghizstan du Berger au Biznessman, Paris, Belin, 2013.

Boris Pétric, directeur du Centre Norbert Elias à l’EHESS-Marseille, a également créé en 2015 la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales : http://centre-norbert-elias.ehess.fr/index.php?2088

Suivre le séminaire :

 


 

Clio Simon – Face au réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

Chères et Chers Collègues,

La seconde séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le jeudi 8 décembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France, métro Quai de la gare), salle 015, de 15h à 17h30.

Clio Simon est réalisatrice, diplômée du Studio national des arts contemporains du Fresnoy. Elle poursuit actuellement des collaborations avec le Fresnoy et l’Ircam – Centre Georges Pompidou. Son projet filmique en cours fait l’objet d’un séminaire pluridisciplinaire (2016/2017) qu’elle coordonne à l’EHESS, à Paris, en collaboration avec des anthropologues, des sociologues et des artistes. Clio Simon est auteure, entre autres, de courts métrages Diable écoute (2015), Camanchaca, là où les corps crient (2014), Le bruissement de la parole (2013) et de performances: Droit contre le mur (2016), A l’origine de la parole. 1° Le Cri (2015), de Valores/ De Valparaiso à Paris (2011). Clio Simon présentera une intervention intitulée :

Face au Réel, cinéma et anthropologie ont-ils des espoirs communs ?

A partir des vues de Mallarmé, de Jean Vigo, de Duchamp et de Jean-François Lyotard nous questionneront ce qu’est une oeuvre d’art en prenant au sérieux les mots de Deleuze : « L’oeuvre d’art n’est pas un instrument de communication, l’oeuvre d’art n’a rien à faire avec la communication, l’oeuvre d’art ne contient strictement pas la moindre information ! En revanche, il y a une affinité fondamentale entre l’oeuvre d’art et l’acte de résistance. »

Artiste, cinéaste « du réel », je n’ai pas pour intention de documenter objectivement le monde, ni de révéler par l’image et le son une « vérité » sur ce monde. L’image n’est jamais dénuée de sens. J’évoquerai mon rapport au Réel, étroitement lié à mon rapport à l’art et au document (de la peinture hollandaise du XVII siècle à l’art minimaliste).

À travers les processus d’écritures mis en place autour de mes réalisations passées, (principalement ancrées dans le « réel » politique et social du Chili des années 2000) et à travers le projet filmique actuellement en cours d’écriture (où je me pose la question de « comment restituer la parole ? », accompagnée par deux anthropologues), j’exposerai l’état de mes réflexions qui croisent choix d’écritures, de formes et questionnement éthiques. Les questions de sens agissant sur les manières de faire, de bricoler avec l’image et le son, sachant que le choix d’un cadre, d’un mouvement de caméra, d’une durée, d’un dispositif … engage un rapport à l’autre et au monde qui nous est propre.

Au plaisir de vous y retrouver,

L’équipe du séminaire:
Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

Suivre le séminaire

Alessandro Pignocchi – Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

Cher(e)s collègues,

La première séance du séminaire L’Enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société se tiendra le vendredi 25 novembre 2016 au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle 1, de 15h à 17h30.

ALESSANDRO PIGNOCCHI est chercheur en sciences cognitives et philosophie de l’art à l’Institut Jean Nicod (CNRS/ENS/EHESS. Il a publié chez Odile Jacob L’Œuvre d’art et ses intentions en 2012 et Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs en 2015. Il nous parlera de

Documentaire en bande-dessinée : sur les traces de Philippe Descola.

A la fin des années soixante-dix, Philippe Descola et sa femme, Anne-Christine Taylor, passèrent trois ans en compagnie de la tribu jivaro des Achuar, en Amazonie équatorienne. La fascination pour les Lances du crépuscule, le livre que Descola a tiré de son journal de terrain, m’a poussé à partir sur ses traces, quarante ans plus tard. Ma bande dessinée, Anent. Nouvelles des Indiens Jivaros, raconte la confrontation des images que j’avais construites à la lecture des textes de Philippe Descola avec ce que j’ai découvert sur place – et, bien sûr, la réalité ne s’est pas conformée au fantasme. Pour retranscrire une expérience de ce type, la bande dessinée est un medium particulièrement efficace. Mieux que la vidéo et plus aisément que le texte, elle permet de se mettre en scène et de se moquer de soi, d’obtenir une superposition entre le regard que l’on avait lorsqu’on vivait les événements au présent et celui que l’on porte sur soi avec le recul, quand vient le moment de l’écriture.

Au plaisir de vous y retrouver,
L’équipe du séminaire: Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, Arghyro Paouri

07-l-enquete-et-ses-graphies_25nov16 Suivre le séminaire :

Compte-rendu du séminaire 2015-2016

Organisation

– Laurent Berger, maître de conférences à l’EHESS ( LAS )
– Manuel Boutet, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis ( Hors EHESS )
– Manon Denoun, doctorante à l’EHESS ( IIAC-LAIOS )
– Katrin Langewiesche, chercheuse à l’Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Johannes Gutenberg Universität (Allemagne) ( Hors EHESS )
– Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )
– Arghyro Paouri, responsable de la cellule audio/vidéo (IIAC-CEM)

Le séminaire a interrogé cette année encore les usages de l’image dans l’enquête de terrain. Les séances ont porté sur l’évolution de l’anthropologie visuelle et sur la narration par l’image vidéo, photographique et dessinée, en faisant intervenir praticiens et théoriciens de l’image. Cette réflexion théorique a été prolongée et complétée par un atelier pratique.

Séminaire

Le processus d’enquête a bien sûr été au cœur de nombreuses interventions. L’image permet en particulier des relations différentes aux enquêtés, pour qui les images sont plus accessibles que les textes (Christian Papinot, Éliane de Latour, Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand). L’image permet en effet d’exprimer différemment : objectivité et subjectivité s’y mêlent (Manuel Ramos), et le chercheur doit arbitrer entre ses capacités de langage visuel (Maria Giulia Dondero) et de représentation de la contingence propre à l’existence humaine (Albert Piette). Ces arbitrages prennent d’ailleurs un tour politique au moment de la restitution (Emmanuelle Cheyns). Faut-il alors chercher d’abord à être compris, et quelle place faire à la fidélité au terrain (Lisa Lugrin et Xavier Clément) ?

Nous avons ainsi croisés, prolongés et approfondis des réflexions entamées au cours des années précédentes, sur les questions de la preuve par l’image (Olivier Godechot, Catherine Allamel-Raffin) et du temps et du rythme (Cassis Kilian, Loulia Podoroga, Mathieu Triclot).

Atelier

Cette année, l’équipe de l’atelier a choisi de travailler sur la Goutte-d’Or, située dans le 18ème arrondissement de Paris. L’équipe et les étudiant(e)s ont investi les différents espaces de ce quartier populaire afin d’y découvrir par l’image les rencontres et interactions des multiples populations et classes sociales en présence et la façon dont s’inventent quotidiennement les relations dans les espaces privés / publics et leurs interstices.

L’atelier d’ethnographie visuelle s’est composé de trois temps forts majeurs :

1. Les séances théoriques préparatoires ayant comme objectif de familiariser les étudiant(e)s avec leur terrain et fournir les outils conceptuels pour l’en approcher et construire leur objet de recherche.

2. L’atelier ayant comme objectif de fournir les outils nécessaires afin de transcrire l’argumentation conceptuelle à l’aide de graphies visuelles et sonores et pratiquer le langage filmique, s’est déroulé en immersion, dans l’espace d’une semaine (9-13 mai 2016).

3. La restitution ayant comme objectif de présenter les films réalisés, la diversité des approches et discuter les modalités d’usage de l’image comme outil de recherche, d’exploration et de traduction en sciences sociales avec des personnalités du monde académique, l’équipe de l’atelier et le public du séminaire.

Les films des seize participants ont été projetés lors de la dernière séance du séminaire, en présence d’Elijah Anderson (Professeur de Sociologie, Yale University), de Corinne Fortier (LAS/CNRS) et Jacques Lombard (cinéaste et anthropologue), afin de croiser les regards et réfléchir ensemble sur les limites techniques, méthodes d’investigation et possibilités de l’anthropologie visuelle contemporaine.

séance 8 – Mathieu Triclot

Mathieu Triclot, maître de conférences à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (Laboratoire IRTES) développera son intervention sur « [Pour] une phénoménographie du jeu vidéo ».

Cette communication présentera les résultats d’une recherche en cours sur l’analyse des pratiques des joueurs de jeu vidéo en France (ANR Ludespace, 2011-2014). Le matériau de l’enquête est  constitué de situations de jeu filmées selon une méthodologie issue de la linguistique interactionnelle, qui s’attache à modifier le moins possible les conditions de la pratique ordinaire. Chaque session est ainsi saisie au moyen de plusieurs caméras, positionnées par les protagonistes eux-mêmes dans leur environnement familier : sur le ou les joueurs, sur l’écran, sur l’activité des mains. Les situations filmées reflètent la diversité des modes de pratique : seul ou à plusieurs, au salon ou dans le bureau, dans l’espace domestique ou à l’extérieur, sur dispositifs mobiles, etc.

Cette recherche interroge le rapport à l’image dans l’enquête sous deux formes. Le matériau filmique premier est lui-même élaboré : synchronisation des vues en une seule image, timelines et recodage des interactions verbales. L’intérêt de ce premier matériau est de confronter le chercheur à des modes d’engagement faibles, qui contrastent avec la description ordinaire des jeux vidéo en termes d’immersion, d’engagement, voire de fascination. Loin d’illustrer un savoir préalable, ce matériau filmique interroge le décalage entre ce qui est saisi sur la durée d’une session et ce qui peut en être verbalisé, notamment en entretiens. C’est toute la question de la manière dont les acteurs constituent le sens de leur activité qui est posée par cet écart entre le linguistique et le filmique.

La question de l’image intervient ensuite, à un second niveau, non plus sous la forme du matériau filmique premier, mais sous celle de son recodage. Pour extraire de la signification de ce matériau en apparence extrêmement pauvre en moments signifiants, et respecter cette insignifiance même, nous faisons usage des instruments « phénoménographiques » élaborés par Albert Piette (L’acte d’exister, une phénoménographie de la présence). L’analyse des « modes de présence », la notion d’ « homme minimal », l’insistance sur les « engagements faibles » en deçà des constructions de sens correspondent en effet particulièrement bien au matériau étudié. Les situations filmées sont ainsi recodées en utilisant le graphe de Piette, lui-même considérablement modifié pour l’adapter à ce nouvel usage : saisie temporelle plutôt que simultanée, redéfinition des catégories, choix d’un cadre plus serré pour l’activité. Ce travail phénoménographique fait apparaître les transitions entre différents modes d’engagement et de présence au sein des situations étudiées.

Ce recodage graphique d’un matériau filmique poursuit le projet, amorcé dans Philosophie des jeux vidéo, de passer d’une analyse du jeu en tant que game, dispositif d’objet ou système de règles, à une analyse du play, des joueurs engagés dans leur activité et des affects qui s’y produisent. L’attention portée aux transferts de mouvement entre les différents « corps du jeu vidéo », sur le modèle des analyses de Raymond Bellour en théorie du cinéma (Le corps du cinéma), vise à faire apparaître des formes d’émotions, de nature rythmique, qui ne se laissent appréhender par les catégories de haut rang de la psychologie : en deçà des rapports à la fiction, aux personnages, aux représentations, que ces dernières peuvent saisir. Au plus près de l’enquête et de ses matériaux, de son recodage, il y a ici place pour un travail de nature philosophique, qui interroge les données de base de la sensation. Les jeux vidéo fournissent un objet de choix pour une telle esthétique minimale dans la mesure où ils offrent prise, par leur nature numérique, à des possibilités d’objectivation qui ne se présentent aussi aisément pas pour les autres formes culturelles.

séance 2 – Ioulia Podoroga

Ioulia Podoroga (Université de Genève) nous parlera du  « [Le] temps et [de] l’expérience. Sur la méthodologie de l’image chez Henri Bergson« 

Au tournant du XXe siècle la philosophie de Bergson s’impose largement en instance critique eu égard au positivisme et au dogmatisme philosophiques. Comme Husserl, il est un philosophe qui fait appel à l’expérience. Or son mérite est moins d’avoir découvert un nouvel objet pour la pensée, ce que son concept de « durée » désigne, que d’avoir réfléchi sur la façon dont on peut se l’approprier philosophiquement. Autrement dit, Bergson cherche à proposer un mode de transcription conceptuelle de l’expérience immédiate. Les caractères essentiels de cette expérience sont à transposer sur la forme même qu’adoptent les concepts philosophiques : comme l’expérience qu’ils visent, ces concepts doivent être mouvants, changeants, « souples » au point de perdre leur généralité et frôler l’immédiateté même de la vie. Sur le plan épistémologique, ces concepts relèvent alors de la sphère des images. Nous nous intéresserons donc à la manière dont Bergson utilise les images afin d’éviter de faire recours aux concepts philosophiques définis.

Nous vous invitons à (re)lire l’introduction de La pensée et le mouvant de Bergson pour cette séance.

séance 7 – Cassis Kilian

Cassis Kilian, ethnologue et enseignante à l’Université de Mayence nous parlera des « Rythmes de l’urbanisation du monde. Un acteur et une ethnologue explorent les possibilités des citoyennetés cosmopolites ». 

Plaçant le rythme au centre de ses recherches, elle explore les aspects corporels et émotionnels de la mondialisation à partir de la pratique artistique d’Emil Abossolo-Mbo, acteur cosmopolite, né à Yaoundé et vivant à Paris.
Le rythme, paramètre déterminant de la vie urbaine, s’avère particulièrement difficile à saisir, nécessitant d’être « à la fois dedans et dehors » (Lefebvre, 1992). Or, si la recherche médicale et l’urbanisme explorent aujourd’hui l’impact des rythmes imposés par les infrastructures au travers d’enquêtes quantitatives, il existe peu de recherches qualitatives.
Le projet « Les rythmes de l’urbanisation du monde », mené en collaboration avec Emil Abossolo Mbo et présenté au cours de la séance revient ainsi sur les dimensions existentielles, difficiles à appréhender pour l’anthropologie urbaine, qu’induit l’adoption des rythmes imposés par les infrastructures. Mettant en question les hiérarchisations  épistémologiques (Marcus, 2010), l’objectif du projet est d’élargir les concepts, les méthodes et les possibilités de représentations anthropologiques.

 

Reggio, G. (1982), Koyaanisqatsi, 35 mm, 86 min., USA: Island alive, New Cinema.

Reggio, G. (1982), Koyaanisqatsi, 35 mm, 86 min., USA: Island alive, New Cinema.

Références bibliographiques
Abossolo Mbo, E. (2013), ‘Debate at NollywoodWeek Paris: film export and translation – Final 7/7’ <https://www.youtube.com/watch?v=Ij0qqyJkcns> (30 août 2014)
Appiah, K. A. (2007), Cosmopolitanism: Ethics in a World of Strangers (New York: Norton).
Lefebvre H. (1992), Éléments de Rythmanalyse : Introduction à la connaissance des Rythmes, Paris, Syllepse.
Lefebvre, H. 2000: Writings on cities (Oxford: Blackwell).
Marcus, G. E. (2010) ‘Affinities: Fieldwork in Anthropology Today and the Ethnographic in Art-work’, dans A. Schneider and C. Wright (ed.), Between Art and Anthropology: Con-temporary Ethnographic Practice (Oxford, New York: Berg), 83-94.
Mbembe, A. (2004), ‘Aesthetics of Superfluity’, in Public Culture 16, no. 3: 373-405.

 

 

 

 

séance 6 – Katharina Fink

Katharina Fink, de la Bayreuth Academy of Advanced African Studies nous parlera de « Revolution beyond area: digital entanglements of images. »

Images hold an inherent power – much as text, they enunciate what could be, what is to come: A radically different future, an alternative kind of society – or simply‚ something else. As a figuration of ‚’Vorschein’ (Bloch), images talk radically about change and constitute an archive which is accessed by artists, political actors and ordinary people alike. Particularly in the digital age, image production is key to holding shares in the claims
around attention and visibility.
This talk will provide a conceptual outlook on images of revolutions, using ‘future’ as a lens to understand movements, their action and the performance of futures from the past by means of image activation. Focussing on case studies from Africa and beyond, a footnote on archival practices and on methodology in image research is provided.

 

 

séance 5 – Catherine Allamel-Raffin

Catherine Allamel-Raffin, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, nous parlera du

« Le statut épistémique des images au sein des sciences de la nature et des sciences humaines et sociales. »

Les images scientifiques occupent de nombreuses fonctions dans le cadre d’une publication scientifique. Après avoir évoqué certaines d’entre elles, nous concentrerons notre attention sur la valeur probatoire des images scientifiques dans le cadre de publications dans les sciences de la nature et des sciences humaines et sociales.

Les exemples seront empruntés à des études de type ethnographiques que nous avons menées depuis une dizaine d’années en nanoscience et en archéologie.

 

 

séance 4 – Sylvaine Conord

Sylvaine Conord, maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheure dans l’équipe  Mosaïques, UMR LAVUE (CNRS, 7218) présentera

« La méthode de la photographie participative. Interactions et représentations ».

Aborder les relations entre photographie et anthropologie sous un angle méthodologique permet de s’interroger sur l’implication du chercheur sur son terrain et des conséquences de celle-ci sur les résultats et la restitution de la recherche. Plusieurs exemples nous montrent que la relation sujets photographiés/sujet photographiant placée au cœur de l’enquête révèle des aspects du terrain insoupçonnés. Et lorsque le chercheur décide de faire participer les interviewés en les désignant comme guides durant un cheminement dans la ville, peut-il avoir la prétention de vouloir « penser avec les enquêtés » ?

séance 1 – Albert Piette

Le jeudi 8 janvier 2015 (au Bâtiment Le France (190 avenue de France), salle du Conseil B, de 15h à 17h 30). Albert Piette, professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense nous parlera de

Ce qui manque à l’anthropologie (visuelle) est une théorie de l’existence humaine

 

Qu’on le veuille ou non, l’image a un statut marginal en anthropologie. Les images filmées ou photographiées ne semblent constituer qu’un  plus, un « bonus ». Mais elles ne sont pas une nécessité épistémologique. La radiographie du médecin, elle, est une nécessité en vue de soigner la malade. Pensons à Malinowski partant sur le terrain, qui parfois oubliait son appareil photo, alors qu’il avait prévu de l’emporter. En anthropologie, l’image peut ne pas exister, elle peut être oubliée. Cette séance visera à réfléchir sur les raisons de cette situation. Et si une des raisons était dans une des spécificités de l’anthropologie sociale ou culturelle : avoir méconnu, dissous et oublié les hommes dans ce qu’ils ont de plus singulier : le fait d’exister ?