Atelier d’ethnographie visuelle – Quatrième session

Au cœur du séminaire LAIOS/IIAC « L’enquête et ses graphies; figurations iconographiques d’après société » se trouve la réflexion sur les formes et les usages possibles de l’image dans le processus de production des savoirs scientifiques ; cette année encore l’atelier d’ethnographie visuelle sera adossé aux séances du séminaire afin d’éprouver par l’expérience les enjeux soulevés quant à l’efficacité iconographique dans l’exercice de la pratique scientifique. Il vous fera participer à une performance collective, de l’écriture jusqu’à la restitution publique en passant par la fabrication de vidéos.
Le thème choisi cette année sera : Scènes de ville à Paris – Ethnographie visuelle des interactions urbaines
Modèle aujourd’hui dominant des regroupements humains la ville apparaît comme un phénomène banal. De ce phénomène urbain, les sciences sociales en ont fait un objet planétaire qui s’oppose partout aux modes anciens d’existence collectives ; son développement est désormais l’indicateur central d’une modernité qui, à travers elle, standardise les comportements sociaux, uniformise les valeurs et les pratiques sociales. Les sociabilités urbaines offre cependant, partout, un grand potentiel d’invention de figures originales d’interaction humaine. Au-delà des formes de vie qu’autorisent la massification, l’anonymat et le relâchement supposé des contrôles sociaux un regard décentré permet d’appréhender des sociétés urbaines en train de se faire, de s’inventer dans le quotidien des relations citadines. Des groupes urbains s’inscrivent dans l’espace de la ville et dans le temps de la nécessité de la vie collective. Paris et ses banlieues, espaces urbains s’il en est, présentent de multiples manières de faire ensemble, de composer des identités sociales ; s’y dessinent en effet des reflets d’identités locales et sociales, inscrites dans des traditions ou « avant-garde » de formes d’association à venir, de rapports sociaux affranchis ou attachés à des inscriptions spatiales, à des régimes d’individualité aux échelles variées et/ou contradictoires, à des cohabitations inédites, à des imaginaires fabuleux et à des usages de lieux, de réseaux et de technologies. Dans ces scènes de ville, se découvrent des couches déposées par l’itinéraire historique d’une grande métropole européenne ouverte au monde.Nous souhaitons cette année porter notre attention sur ces sociabilités urbaines qui manifestent toutes les dimensions de l’interaction sociale, des formes urbaines d’appartenances sociales tout en articulant celles-ci aux les différents étages plus vastes des identités sociales nationales et internationales dans lesquelles elles s’insère. Comme l’a fait naguère Jean Rouch à la recherche des tribus parisiennes, cette ethnographie urbaine invite à exercer un regard curieux sur les modes quotidiens d’actualisation collective des relations sociales urbaines propre à Paris et à ses banlieues.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.